Changer d'édition

Quel avenir pour la sidérurgie au Luxembourg?
Économie 3 min. 06.10.2020

Quel avenir pour la sidérurgie au Luxembourg?

Les syndicats se trouvent toujours dans l'attente d'informations sur la réorganisation du travail au sein des sept sites de production du groupe au Luxembourg.

Quel avenir pour la sidérurgie au Luxembourg?

Les syndicats se trouvent toujours dans l'attente d'informations sur la réorganisation du travail au sein des sept sites de production du groupe au Luxembourg.
Photo: Lex Kleren/archives
Économie 3 min. 06.10.2020

Quel avenir pour la sidérurgie au Luxembourg?

Eddy RENAULD
Eddy RENAULD
Syndicats, direction et gouvernement se retrouvent ce mardi après-midi (15h) pour aborder la restructuration chez ArcelorMittal qui envisage de se séparer de 570 personnes. Mais pour les grandes manœuvres, il faudra encore patienter car de nombreuses zones d'ombre demeurent.

Trois semaines après un «premier échange de vue», les partenaires sociaux se retrouvent ce mardi pour une nouvelle réunion tripartite sidérurgie. Avec pour enjeu non seulement l'avenir des quelque 580 salariés d'ArcelorMittal sous la menace d'un plan social, mais aussi sur les perspectives d'un secteur emblématique au Grand-Duché. Qu'il s'agisse à court, moyen ou long terme.


Stahlwerk von Arcelor-Mittal in Differdingen
Une tripartite sur ArcelorMittal en octobre
Quelques jours après l'annonce du numéro un mondial de l'acier de supprimer plus de 570 emplois, la rencontre entre les représentants syndicaux, la direction et le gouvernement a permis de mettre en place «un premier échange de vue».

Sauf qu'à ce stade, «il y a encore de nombreuses questions sans réponse», estime Stefano Araujo, secrétaire central sidérurgie et mines de l'OGBL, en référence à «l'absence d'informations détaillées et de ligne du temps».  En clair, l'absence à ce stade d'un cadre structuré pour les négociations, le groupe de travail mis sur pied à la suite de la première rencontre n'ayant pas permis de mettre des propositions concrètes sur la table.

Côté syndical, la première priorité consistera à «éviter les licenciements» en utilisant au maximum les outils à disposition. En l'occurrence les mesures de reclassement, de formation et d'accompagnement ou de départs en préretraite qui devraient concerner la majorité des emplois concernés. Pour les autres, le recours à des solutions plus inventives devra être testé. Avec, en toile de fond, le besoin d'imaginer le fonctionnement futur des sites impactés par cette restructuration majeure, dans un contexte économique compliqué, marqué par la baisse des coûts de l'acier en Europe et la variation du prix des matières premières.

Des questionnements qui seront aussi au cœur de l'approche du gouvernement, désireux de conserver sur son sol une partie des activités opérationnelles du leader mondial de l'acier. En d'autres termes, de parvenir à conserver une part non négligeable de son secteur industriel et de ne pas se contenter d'une présence liée à la seule activité financière du groupe qu'incarnera le futur siège du groupe au Kirchberg. «Nous allons pouvoir nous faire une idée davantage précise selon les investissements plus ou moins substantiels que le groupe sidérurgique va consentir sur les sites luxembourgeois», précise Patrick Dury, président du LCGB.

Contactée lundi, la direction d'ArcelorMittal n'a pas souhaité préciser ses intentions avant la tenue de cette rencontre tripartite. Seule certitude, le groupe est à la recherche active de liquidités, comme l'indique la vente totale de son activité aux États-Unis. Une opération qui lui aura permis de récolter 1,2 milliard d'euros. Lundi, le leader mondial de l'acier indiquait simultanément le lancement d'une vente d'obligations à hauteur d'un milliard d'euros et d'une offre publique d'achat pour ses obligations arrivant à échéance en 2025.

Pour rappel, le sixième employeur du pays avait annoncé, à la suite de son conseil d'administration du 10 septembre, sa volonté de supprimer 15 % des effectifs au Grand-Duché, dans le cadre de «mesures d'économies».  Selon le ministère du Travail, si plus de 110 postes concernent des départs en retraite et préretraite, le sort de 274 personnes n'est pas encore déterminé.    

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Les tripartites «sidérurgie» et «aviation» au menu
Semaine chargée sur le front social. Une première réunion, mardi, concernera le devenir de quelque 570 salariés d’ArcelorMittal, alors que mercredi les employeurs de l'aéroport et les deux syndicats se retrouveront pour le troisième volet de la tripartite « aviation».
La rentrée sociale donne la fièvre à l'OGBL
Le syndicat a formulé cinq axes d'actions pour le maintien des emplois, du pouvoir d'achat ou une réforme de la fiscalité notamment. Le comité national réclame une nouvelle réunion d'urgence des partenaires sociaux.
Politik, Pressekonferenz OGBL Nationalcomité, Nora Back, foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
Premier tour de table sur l'avenir d'ArcelorMittal
Quatre jours après l'annonce, par la direction du numéro un mondial de l'acier, de la suppression potentielle de 578 emplois, partenaires sociaux et gouvernement se réunissent ce lundi à 16h30. Une réunion qui ne devrait toutefois pas aboutir à des annonces concrètes.
An employee looks at coils of steel treated by galvanization are stored in the world's largest steel maker ArcelorMittal's "cold factory" of the northeastern France plant of Florange, on April 16, 2013. Usibor steel (weight savings and improved crashworthiness) are producted in the cold factory.   AFP PHOTO / JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN
ArcelorMittal veut supprimer 570 postes au Luxembourg
Déjà impacté par un marché volatile, le numéro un mondial de l'acier annonce ce jeudi vouloir mettre en place «des mesures d'économie» au niveau de son personnel. Plusieurs centaines de personnes pourraient perdre leur emploi.
Un jour avec un Couleur-Giesser, Chez Arcelor Mittal, Stahlwerk, Siderurgie, Stahlindustrie a Esch-sur-Alzette, le 06 Decembre 2016. Photo: Chris Karaba