Changer d'édition

Quatre choses à savoir sur l'élection à l'Eurogroupe
Économie 3 min. 07.07.2020

Quatre choses à savoir sur l'élection à l'Eurogroupe

Pierre Gramegna se présente à la présidence de l'Eurogroupe pour la deuxième fois.

Quatre choses à savoir sur l'élection à l'Eurogroupe

Pierre Gramegna se présente à la présidence de l'Eurogroupe pour la deuxième fois.
Photo: AFP
Économie 3 min. 07.07.2020

Quatre choses à savoir sur l'élection à l'Eurogroupe

Alors que Nadia Calvino, la ministre espagnole de l'Economie, est présentée comme la favorite de l'élection à la présidence de l'organe qui réunit les ministres des pays de la zone euro, Pierre Gramegna ne part pas battu d'avance. Le ministre luxembourgeois possède à la fois entregent et expérience.

(AFP) - Les ministres des Finances des 19 pays ayant adopté la monnaie unique, c'est-à-dire l'Eurogroupe, éliront jeudi soir leur prochain président, un poste clé au moment où l'Europe affronte une récession historique. Voici quatre choses à savoir sur cette élection.

Un poste stratégique

Le président de l'Eurogroupe préside les réunions mensuelles des ministres des Finances de la zone euro, qui ont pour objectif de coordonner les politiques économiques nationales. Cette tâche requiert une grande diplomatie puisqu'il s'agit de forger des compromis entre les grands argentiers du Nord, adeptes de la discipline budgétaire, et ceux du Sud, considérés comme plus laxistes. 

Critiqué pour son opacité, l'Eurogroupe a été au centre de toutes les attentions au moment de la crise grecque, quand il était présidé par Jean-Claude Juncker, puis le Néerlandais Jeroen Dijsselbloem. Mais il a perdu de sa superbe sous la présidence du Portugais Mario Centeno. La mission qui attend son futur président s'annonce cruciale au moment où les Européens tentent de s'entendre sur un plan de relance massif de l'économie de l'UE, mise à l'arrêt par la pandémie de coronavirus.

Une Espagnole favorite

La ministre espagnole de l'Economie, Nadia Calvino (51 ans) est présentée comme la favorite. Ancienne haute fonctionnaire dans son pays, elle a ensuite rejoint l'administration de la Commission européenne, avant d'être nommée ministre en 2018. Cette modérée aux accents libéraux, au profil très technique, fait figure d'élément modérateur au sein du gouvernement de coalition de gauche. Elle est aujourd'hui la seule femme au sein de l'Eurogroupe. Et en cas d'élection, elle deviendrait la première à le présider.

Nadia Calvino est la seule femme de l'Eurogroupe.
Nadia Calvino est la seule femme de l'Eurogroupe.
Photo: AFP

Elle a récemment reçu un soutien précieux, celui de la chancelière allemande Angela Merkel, «toujours heureuse que des femmes occupent des postes de direction politique». Mais certains pays - notamment les plus libéraux - s'opposent vigoureusement à sa candidature, doutant qu'elle ait les qualités requises pour un poste qui réclame un sens aigu du compromis. «Des pays comme les Pays-Bas, la France et l'Espagne ont des philosophies économiques très prononcées et ce n'est pas ce que la position appelle», ajoute un diplomate européen.

Pierre Gramegna en embuscade

Deux hommes ont présenté leur candidature face à l'Espagnole: le conservateur-libéral irlandais Paschal Donohoe (45 ans) et le libéral luxembourgeois Pierre Gramegna (62 ans). M. Donohoe espère apparaître comme un candidat de compromis en dehors du traditionnel clivage Nord-Sud.  Il ne  manque pas de rappeler que son pays a bénéficié d'un plan d'aide pendant la crise de la zone euro, au même titre que la Grèce, Chypre et le Portugal. Il a aussi reçu le «soutien total» du PPE, qui regroupe les partis de droite européens. 

Pierre Gramegna possède de son côté une certaine expérience de la bataille: il y a deux ans et demi, il était déjà candidat face à Mario Centeno. Le Luxembourgeois appartient aussi à un pays profondément européen qui a l'habitude d'obtenir des postes importants au sein des institutions. De plus, l'ancien diplomate est aussi l'un des plus anciens membres de l'Eurogroupe, qu'il fréquente depuis 2013.

Un vote incertain

Le nouveau président de l'Eurogroupe sera élu par un vote à la majorité simple, ce qui signifie qu'il lui faudra obtenir 10 voix sur 19 pour l'emporter. Il est possible que plusieurs tours soient nécessaires. Dans ce cas, le candidat qui a obtenu le moins de voix au premier tour a pour coutume d'abandonner. Lors de la dernière élection, en décembre 2017, deux des quatre candidats avaient renoncé après le premier tour, laissant Pierre Gramegna et Mario Centeno face à face.

De nombreux paramètres sont à prendre en compte au moment du vote à bulletin secret: l'étiquette politique ou le caractère du candidat, mais aussi la division entre le Nord et le Sud, entre l'Est et l'Ouest ou encore la taille des pays. La proximité géographique joue également un rôle: probable, par exemple, que les Pays-Bas et la Belgique votent pour le Luxembourg, tandis que le Portugal se prononcera en faveur de l'Espagne.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

«Des défis d'une envergure inédite»
Déjà en lice à la fin de l'année 2017, Pierre Gramegna brigue à nouveau la présidence de l'Eurogroupe alors que l'Europe va devoir gérer une récession historique. Rencontre avec le ministre des Finances qui évoque aussi l'impact du covid-19 sur le secteur bancaire et les scénarios de l'après-crise.
Wi,Classement des banques -ITV Pierre Gramegna.Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
Gramegna candidat pour diriger l'Eurogroupe
Le ministre des Finances a annoncé jeudi son intention de remplacer Mario Centeno, le «Cristiano Ronaldo de l'Ecofin», dont le mandat prendra fin le 13 juillet 2020. Il sera notamment opposé à l'Espagnole Nadia Calviño. Décision le 9 juillet prochain.
Pierre Gramegna, ministre des Finances
«L'UE ne doit pas s'accrocher à ses vieux logiciels»
Jean-Claude Juncker juge la réponse européenne apportée à la crise du coronavirus. L'ex-président de la Commission observe que «les premières réactions furent nationales» pour la bonne et simple raison que «l'UE ne dispose pas d'un arsenal suffisant en matière de santé publique».
European Commission President Jean-Claude Juncker gestures during his last presser in Brussels on November 29, 2019. - The 64-year-old head of the EU's executive is at the end of his five-year mandate and is expected to hand over the reins to his successor on December 1, 2019. (Photo by Kenzo TRIBOUILLARD / AFP)
Une crise économique avec un air de déjà-vu
Actuel président de la Chambre de commerce, Luc Frieden occupait les fonctions de ministre des Finances quand est survenue la crise économique de 2008-9. De quoi lui donner un certain recul sur les turbulences actuelles.
6.7. Wi / Banque de Luxembourg / Table Ronde Glocal Histories of Finance / Geschichte des Finanplatzes Luxemburg / Luc Frieden Foto:Guy Jallay
L'UE envisage des mesures plus «fortes»
Les 27 Etats membres ont accepté jeudi soir, sous la pression de l'Italie, d'examiner sous quinze jours des mesures plus fortes pour faire face à la récession annoncée. Quant à Xavier Bettel, il a plaidé pour «le maintien du trafic transfrontalier».
This photo of a television screen taken and handout by the press office of Palazzo Chigi on March 26, 2020 shows Italian Prime Minister, Giuseppe Conte (Bottom R), European Council President Charles Michel (C), German Chancellor Angela Merkel (R) and other world leaders taking part in a video conference as part of an extraordinary meeting of G20 leaders, from the Chigi Palace in Rome, during the country's lockdown following the COVID-19 new coronavirus pandemic. - Italian Prime Minister Giuseppe Conte is blocking a joint response that EU leaders are trying to put together to the coronavirus crisis, an Italian government source said on March 26. (Photo by Handout / Palazzo Chigi press office / AFP) / RESTRICTED TO EDITORIAL USE - MANDATORY CREDIT "AFP PHOTO / PALAZZO CHIGI PRESS OFFICE" - NO MARKETING - NO ADVERTISING CAMPAIGNS - DISTRIBUTED AS A SERVICE TO CLIENTS
David Sassoli prend la tête du Parlement européen
Le social-démocrate italien a été élu mercredi à la présidence du Parlement européen, au lendemain de l'accord au forceps conclu par les dirigeants des 28 à Bruxelles pour répartir les postes clés de l'UE.
David-Maria Sassoliwurde am Mittwoch mehrheitlich zum neuen EU-Parlamentsvorsitzenden gewählt.