Changer d'édition

Protections des données: vers un recrutement mieux protégé
Économie 28.05.2018

Protections des données: vers un recrutement mieux protégé

Protections des données: vers un recrutement mieux protégé

Shutterstock
Économie 28.05.2018

Protections des données: vers un recrutement mieux protégé

Le recrutement de nouveaux employés, depuis l'entrée en vigueur du nouveau règlement de l'Union européenne sur la protection des données, nécessite un changement de la part des ressources humaines, des chasseurs de têtes et des agences de recrutement dans toute l'Europe.

"Dès le début du processus de recrutement, il faut savoir qui a accès à quelles données, où elles se trouvent stockées et qui est responsable de leur bonne utilisation", explique Jackye Elombo, avocat associé chez Wildgen, "Le directeur du personnel et tous ses supérieurs doivent déterminer ensemble à quelles fins et avec quelle autorisation les données sont collectées ou utilisées".

La responsabilité du traitement correct des données n'expire pas non plus si une entreprise engage une agence de recrutement externe pour la recherche de nouveau personnel. "L'entreprise doit prouver qu'elle se conforme au RGPD et qu'elle a pris toutes les mesures de protection nécessaires pour traiter les données qu'elle reçoit de l'agence", poursuit Jackye Elombo.

Garder les demandes, c'est dépassé

Pour qu'une entreprise puisse consulter, recueillir et évaluer les renseignements et les données d'un candidat à un poste, il faut obtenir le consentement préalable du candidat. Un des moyens d'y parvenir est de demander dans l'offre d'emploi que chaque partie intéressée donne son consentement à l'utilisation de ses données dès la lettre de candidature.

Une pratique courante dans de nombreuses entreprises est de conserver les candidatures spéculatives afin de pouvoir y revenir à une date ultérieure. Avec le nouveau règlement, cela ne peut se faire qu'avec le consentement du candidat. Les renseignements recueillis au sujet d'un candidat pendant la phase de candidature, comme les références vérifiées ou les résultats d'examen, ne peuvent être conservés que si le candidat est embauché. Les données relatives aux candidats qui reçoivent un refus doivent être supprimées après la fin de la procédure de sélection.

Les observations et les notes, par exemple,  sur le comportement d'un candidat lors d'un entretien, ne doivent pas non plus être sauvegardées. Selon Jackye Elombo, il ne sera plus possible de tenir des listes noires sur lesquelles sont inscrits les candidats qui ne seront pas pris en considération pour des candidatures futures.

M.G.traduit par wort/fr

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.