Projections

Le Luxembourg accueillerait 350.000 frontaliers en 2060

Près de 162.000 frontaliers viennent travailler au Grand-Duché chaque jour, soit 43% de l’emploi total.
Près de 162.000 frontaliers viennent travailler au Grand-Duché chaque jour, soit 43% de l’emploi total.
(Photo: Chris Karaba)

(ndp) - La population frontalière au Luxembourg pourrait atteindre 350.000 personnes à l'horizon 2060, selon une projection effectuée par la fondation Idea.

Dans un nouveau document de travail publié ce vendredi, la fondation a analysé cette question sur la base des scénarios démographiques d'Eurostat: Europop2013 qui suppose qu'en 2060, le Luxembourg atteindrait le  "fameux" 1,1 million d'habitants, et Europop2015 qui table sur une population de 992.924 habitants à l'horizon 2060.

Dans ces benchmarks, la population frontalière compterait plus de 350.000 personnes à l'horizon 2060; elle atteindrait même 384.000 dans le scénario Europop2015. La part de cette main-d'œuvre dans l'emploi à l'horizon 2060 atteindrait 45% et 51% respectivement dans les scénarios Europop2013 et Europop2015.

Idea rappelle que l'économie luxembourgeoise est intrinsèquement liée à la population frontalière qui constitue, avec l'immigration, le levier principal sur un marché de l'emploi. Selon les chiffres du Statec, près de 162.000 frontaliers viennent travailler au Grand-Duché chaque jour, soit 43% de l'emploi total.

Rifkin et les frontaliers

La fondation Idea tient à rappeler que ces analyses prospectives "ne constituent pas des prévisions ou des recommandations de ce qui se produira dans un environnement aussi lointain que 2060".

Elle regrette toutefois que l'étude stratégique développée dans le cadre de la "Troisième révolution industrielle" n'aborde par les impacts sur l'économie, les finances publiques et l'environnement d'une modification de la structure de l'emploi au niveau des travailleurs frontaliers. Or, "ces impacts ne sauraient être évalués sans tenir compte de l'évolution de la part des frontaliers dans l'emploi luxembourgeois qui pourrait modifier de manière conséquente la répartition et l'utilisation des richesses produites."