Changer d'édition

L'audition très attendue d'Antoine Deltour
Économie 03.05.2016 Cet article est archivé
Procès Luxleaks

L'audition très attendue d'Antoine Deltour

Antoine Deltour livrera mardi sa version devant le tribunal correctionnel de Luxembourg.
Procès Luxleaks

L'audition très attendue d'Antoine Deltour

Antoine Deltour livrera mardi sa version devant le tribunal correctionnel de Luxembourg.
Photo: Guy Jallay
Économie 03.05.2016 Cet article est archivé
Procès Luxleaks

L'audition très attendue d'Antoine Deltour

Marc VANACKER
Marc VANACKER
C'est sans conteste l'une des audiences les plus attendues du procès «LuxLeaks»: ce mardi, Antoine Deltour doit livrer sa version lors de son audition devant le tribunal correctionnel de Luxembourg.

(ndp) - C'est sans conteste l'une des audiences les plus attendues du procès «LuxLeaks»: ce mardi, Antoine Deltour doit livrer sa version lors de son audition devant le tribunal correctionnel de Luxembourg.

Soupçonné d'avoir volé 45.000 pages de documents secrets concernant plus de 400 clients de PwC, l'ancien collaborateur du cabinet d'audit va tenter de convaincre qu'il n'a pas prémédité son action à l'avance et que l'intérêt général était au coeur de sa démarche.

Il a ainsi toujours déclaré avoir «agi par conviction», pour ses idées, «pas pour apparaître dans les médias». «Je suis juste l'élément d'un mouvement plus général», s'est–il justifié à plusieurs reprises.

Le témoignage de l'auditrice interne de PwC, Anita Bouvy, a permis de savoir comment Antoine Deltour avait pu avoir accès aux milliers de pages de documents confidentiels, le rapport d'enquête indiquant une faille informatique dans le système de PwC.

Ce même rapport a aussi révélé qu'Antoine Deltour avait déjà à trois reprises eu accès à des documents strictement confidentiels. Pour autant, l'auditrice n'était pas en mesure de dire «quel usage il en avait fait». Son avocat n'a eu de cesse de rappeler qu'Antoine Deltour n'avait «pas fait de recherche ciblée sur les rulings le jour de son départ de PwC», mais qu'il les avait bien trouvés en cherchant des documents de formation.

Antoine Deltour fera sans doute valoir qu'il avait perdu le contrôle des documents après les avoir confiés au journaliste Edouard Perrin avec qui il était entré en contact. «Je n'ai jamais demandé de contrepartie. PwC est partie civile mais, dans leur mentalité, ils ont du mal à comprendre le caractère désintéressé de ma démarche», a-t-il déclaré lors d'une interview. Alors celui qui dit avoir «agi en citoyen» arrivera-t-il à convaincre les juges de sa «bonne foi»?

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Quelques semaines après les révélations des "Panama Papers", le procès des "LuxLeaks" à Luxembourg promet de brasser jusqu'à la semaine prochaine plusieurs sujets brûlants d'actualité, du statut fragile des lanceurs d'alerte au scandale de l'évasion fiscale.
(COMBO) This combination of pictures created on April 26, 2016 shows (L to R) French journalist Edouard Perrin, former employees at services firm PricewaterhouseCoopers (PwC), Raphael Halet and Antoine Deltour, at the courthouse in Luxembourg, for a trial over the so-called LuxLeaks scandal that exposed the country's huge tax breaks for major international companies, with the issue riding high after the recent Panama Papers revelations.
Three men went on trial in Luxembourg on April 26, 2016 accused of a huge document leak that exposed tax breaks for major global companies, in an issue brought sharply into focus by the Panama Papers scandal. Antoine Deltour and Raphael Halet, two former employees at services firm PricewaterhouseCoopers (PwC), and French journalist Edouard Perrin face charges over the theft of thousands of confidential files in the so-called LuxLeaks scandal. / AFP PHOTO / JOHN THYS
Antoine Deltour comparait ce mardi devant la justice pour avoir organisé la fuite de documents fiscaux du cabinet d'audit PricewaterhouseCoopers (PwC), pour lequel il travaillait à Luxembourg. Une première journée où le principal accusé ne s'est pas exprimé.
Antoine Deltour est l'un des trois lanceurs d'alerte jugés.
La barre des témoins au procès Luxleaks devrait voir défiler le député européen des Verts Sven Giegold et le directeur de "Tax Justice Network" John Christensen. Un procès qui pourrait donc voir défiler de grosses pointures citées comme témoins.
Marghrete Vestager, commissaire européenne à la Concurrence, est appelée à témoigner au procès LuxLeaks.
Antoine Deltour, ancien auditeur de PWC et à l'origine de l'affaire LuxLeaks, a pris la parole mardi soir dans "La nouvelle édition" sur Canal+ et déclare avoir "agi par conviction". Il risque néanmoins jusqu'à 10 ans de prison.
"J’ai copié des documents chez mon ancien employeur pour alimenter un débat public sur le sujet", a déclaré Antoine Deltour lors d'une interview sur Canal+
Sortie médiatique d'Antoine Deltour
Sollicitée par les médias suite à la publication lundi de l'interview de son ancien employé, la société d'audit ne se prononce pas sur le vol de ces documents à l'origine de LuxLeaks. Elle indique en revanche avoir passé en revue son système informatique.
La firme luxembourgeoise avait été beaucoup plus prompte à réagir lors de la publication des documents de LuxLeaks.