Changer d'édition

La croissance est toujours en panne dans la zone euro 
Économie 3 min. 04.11.2014 Cet article est archivé
Prévisions économiques

La croissance est toujours en panne dans la zone euro 

La croissance de la zone euro a été revue à la baisse de 1,2% à 0,8% pour 2014.
Prévisions économiques

La croissance est toujours en panne dans la zone euro 

La croissance de la zone euro a été revue à la baisse de 1,2% à 0,8% pour 2014.
AFP
Économie 3 min. 04.11.2014 Cet article est archivé
Prévisions économiques

La croissance est toujours en panne dans la zone euro 

La croissance devrait s'avérer nettement moins bonne que prévu cette année et l'an prochain dans la zone euro, et s'accompagner d'une inflation désespérément basse et d'un chômage élevé, selon les dernières prévisions économiques de la Commission européenne.

(AFP) - La croissance devrait s'avérer nettement moins bonne que prévu cette année et l'an prochain dans la zone euro, et s'accompagner d'une inflation désespérément basse et d'un chômage élevé, selon les prévisions économiques d'automne publiées mardi par la Commission européenne.

0,8% au lieu de 1,2% pour 2014

La croissance de la zone euro ne devrait pas dépasser 0,8% cette année et 1,1% en 2015, selon les prévisions économiques d'automne rendues publiques mardi par la Commission européenne, qui se montre nettement plus pessimiste pour la reprise qu'au printemps dernier. Cette révision à la baisse s'explique notamment par une confiance moindre, en raison des risques géopolitiques accrus et de perspectives économiques globales moins bonnes, explique la Commission.

En mai, la Commission anticipait encore une croissance de 1,2% cette année et de 1,7% l'an prochain pour les 18 pays de l'union monétaire. La zone euro ne devrait atteindre finalement 1,7% de croissance du PIB qu'en 2016, soit un an plus tard que prévu.

La situation est contrastée selon les pays, mais les trois principales économies de la zone euro n'incitent pas à l'optimisme.

Forte baisse pour l'Allemagne et la France

Le moteur allemand semble grippé, selon la Commission qui a nettement revu à la baisse ses prévisions de croissance pour ce pays, à 1,3% cette année (contre 1,8% au printemps) et surtout 1,1% en 2015 (contre 2% au printemps).

La France patine, avec une croissance de 0,3% cette année (1% prévu au printemps), 0,7% en 2015 (contre 1,5% prévu précédemment), puis 1,5% en 2016.

L'Italie devrait rester en récession cette année pour la troisième année consécutive (-0,4%), alors que la Commission prévoyait encore une croissance de 0,6% au printemps, un niveau qui ne devrait être atteint qu'en 2015, là encore un an plus tard que prévu.

"La situation de l'économie et de l'emploi ne s'améliore pas assez vite", a commenté Jyrki Katainen, vice-président de la Commission européenne chargé de la croissance. "La Commission européenne utilisera tous les outils et ressources à sa disposition pour créer plus d'emplois et de croissance en Europe", a-t-il insisté, notamment sous la forme du plan d'investissement de 300 milliards d'euros promis par le président de la Commission, Jean-Claude Juncker.

L'inflation toujours très basse, à 0,5%

Autre élément préoccupant, l'inflation dans la zone euro ne devrait pas dépasser 0,5% cette année et 0,8% en 2015, un niveau très bas lié à la lenteur de la reprise économique.

L'union monétaire devrait donc échapper à la déflation, caractérisée par une spirale négative des prix et des salaires néfaste à la croissance, mais l'inflation ne devrait pas dépasser 1,5% en 2016, alors que l'objectif de la Banque centrale européenne est de maintenir une inflation inférieure mais proche de 2%.

Quant au chômage, il ne devrait baisser que lentement, avec un taux à 11,6% cette année, 11,3% l'an prochain et 10,8% en 2016.


Sur le même sujet

La Commission européenne a annoncé jeudi un abaissement de sa prévision de croissance pour la zone euro à 3,8% en 2021 (contre 4,2% anticipé à l'automne) mais table sur un rebond plus fort que prévu fin 2021 et en 2022.
EU commissioner for 'Economy' Paolo Gentiloni gives a press conference on the Winter (Interim) Economic Forecast, at the EU headquarters in Brussels, on February 11, 2021. (Photo by Kenzo TRIBOUILLARD / AFP)
Après un premier semestre marqué par les confinements, puis «un rebond vigoureux» avec la levée progressive des mesures sanitaires, l'économie de la zone euro affronte ce que la Commission nomme «des perturbations». Au Luxembourg, l'année devrait s'achever avec un recul de 4,5% du PIB.
Paolo Gentiloni
Selon la Commission européenne, la crise économique sera plus importante que prévu mais aussi plus inégale. Et si les pays de la zone euro les plus touchés fin 2020 devraient être l'Italie, l'Espagne ou la France, le Luxembourg devrait connaître une récession légèrement inférieure à la moyenne européenne.
La décélération du niveau d'embauche et la stagnation du chômage observées ces derniers mois poussent le Statec à faire part, mercredi, d'une vision pessimiste sur ses perspectives «pour les trimestres à venir». Et ce, sans compter sur l'impact potentiel du coronavirus.
La Commission européenne table sur une croissance de 3,1% cette année au Luxembourg, c’est un demi-point de croissance de plus que lors des dernières prévisions au printemps 2015. Bruxelles voit également le chômage régresser et l’endettement se stabiliser.
C'est toujours le dynamisme de la place financière qui devrait tirer l'activité économique pour les deux prochaines années.