Changer d'édition

Prévisions économiques en hausse pour le Luxembourg
Économie 05.11.2015 Cet article est archivé
3,1% de croissance en 2015

Prévisions économiques en hausse pour le Luxembourg

C'est toujours le dynamisme de la place financière qui devrait tirer l'activité économique pour les deux prochaines années.
3,1% de croissance en 2015

Prévisions économiques en hausse pour le Luxembourg

C'est toujours le dynamisme de la place financière qui devrait tirer l'activité économique pour les deux prochaines années.
Pierre Matgé
Économie 05.11.2015 Cet article est archivé
3,1% de croissance en 2015

Prévisions économiques en hausse pour le Luxembourg

La Commission européenne table sur une croissance de 3,1% cette année au Luxembourg, c’est un demi-point de croissance de plus que lors des dernières prévisions au printemps 2015. Bruxelles voit également le chômage régresser et l’endettement se stabiliser.

Le Luxembourg devrait être l’un des pays de la zone euro à profiter le plus de la petite reprise économique d’ici à 2017, selon les prévisions présentées par la Commission européenne ce jeudi. La croissance devrait atteindre 3,1% cette année, puis 3,2% en 2016 et 3% en 2017. Parmi les 19 pays de la zone euro, seuls Malte et l’Irlande font mieux.

Bruxelles a donc révisé à la hausse ses prévisions pour la zone euro et pour le Luxembourg par rapport au printemps dernier. Ce qui ne se traduit toutefois que par de petites améliorations sur l’emploi et la dette. Ainsi, le taux de chômage devrait arrêter de progresser et même diminuer un peu, passant de 5,9% cette année à 5,8% en 2016 et 2017. L’endettement devrait également se stabiliser, passant de 22,3% du PIB en 2015 à 23,5% en 2017.

Dans son analyse sur le Luxembourg, la Commission européenne souligne que c’est la dynamique du secteur financier qui devrait tirer la croissance de l’ensemble de l’économie. Cette dynamique devrait toutefois être moindre d’ici 2017. Dans le détail, Bruxelles note que tous les secteurs de la croissance connaissent une évolution positive.

Côté pouvoir d’achat, la hausse de la TVA en début d’année a visiblement eu un impact sur la consommation au premier semestre, note Bruxelles. Ce phénomène ne devrait pas perdurer en 2016. Le secteur de l’investissement devrait quant à lui rester robuste dans les années à venir, porté par la construction et les projets d'infrastructures publiques.

Ce retour d’une activité économique soutenue devrait également entraîner une hausse de l’inflation. Après un plus bas à 0,3% cette année (contre 0,7% prévu en mars dernier), l’inflation devrait atteindre 1,7% en 2016 et 2017.

Côté finances publiques, Bruxelles note que le budget devrait rester à l’équilibre pour les prochaines années. Le solde budgétaire devrait être positif cette année, alors que les prévisions du printemps tablaient sur un petit déficit. Cette révision est principalement due à l’effet positif de la hausse de la TVA sur les finances publiques.

Linda Cortey


Sur le même sujet

Le marché du travail et les finances publiques vont être sérieusement impactés par les conséquences économiques de la pandémie de covid-19 annonce ce jeudi l'institut de statistiques. Ce dernier s'attend d'ailleurs à ce que le PIB luxembourgeois enregistre «un repli de 6%» cette année.
Wissen, Wirtschaft, Bau, Bauarbeiter, Hammer, Handwerker, Sonnenuntergang (Foto: Shutterstock)
La Commission européenne a relevé ses perspectives de croissance pour le Luxembourg et se montre plus optimiste sur la baisse du chômage. Dans la mise à jour de ses prévisions publiées ce mardi, elle vise en effet un PIB à 3,4% cette année contre 2,6% projeté l'hiver dernier. 
Pour 2016, Bruxelles se montre optimiste en tablant sur une croissance de 3,5%. (Photo: Anouk Antony)
L'agence de notation financière Standard & Poor's a réaffirmé la note «AAA» du Luxembourg. S&P met toutefois le doigt sur le financement à long terme du système des retraites et le poids élevé que pèse le secteur financier dans l'économie.
La croissance devrait s'avérer nettement moins bonne que prévu cette année et l'an prochain dans la zone euro, et s'accompagner d'une inflation désespérément basse et d'un chômage élevé, selon les dernières prévisions économiques de la Commission européenne.
La croissance de la zone euro a été revue à la baisse de 1,2% à 0,8% pour 2014.