Changer d'édition

Les baguettes et les croissants bientôt plus chers
Économie 6 min. 01.05.2022
Prix du blé

Les baguettes et les croissants bientôt plus chers

En 2021, le Luxembourg a importé 624 kilos de céréales ukrainiennes.
Prix du blé

Les baguettes et les croissants bientôt plus chers

En 2021, le Luxembourg a importé 624 kilos de céréales ukrainiennes.
Photo: Armin Weigel/dpa
Économie 6 min. 01.05.2022
Prix du blé

Les baguettes et les croissants bientôt plus chers

L'Ukraine est considérée comme le grenier à blé de l'Europe. D'où proviennent les céréales du Luxembourg ? L'approvisionnement est-il menacé? Et pourrions-nous être autosuffisants ?

(m. m. avec Marlene Brey) - Ce 24 février, jour du déclenchement de la guerre en Ukraine, le prix du blé sur le marché parisien a atteint des sommets inespérés, n'a cessé de grimper puis s'est stabilisé à un niveau extrêmement élevé.


Vers une augmentation du prix du pain
Pour la Fédération des artisans, il est inévitable que l'on va assister à une hausse du prix du pain prochainement en raison de l'augmentation des prix des matières premières.

L'évolution du marché du gaz et du pétrole n'est pas la seule source de maux de tête depuis fin février, il y a donc aussi l'évolution du marché agricole.

La guerre dans le grenier à blé de l'Europe 

La Russie et l'Ukraine couvraient alors jusqu'à un tiers des besoins mondiaux en céréales. Depuis 2018, la Russie est le premier exportateur de blé au monde. L'Ukraine était en passe d'atteindre la troisième place. Désormais, c'est la guerre dans le grenier à blé de l'Europe : les champs sont minés, les paysans sont devenus des soldats, les voies maritimes sont coupées. 

«Il apparaît clairement que la crise géopolitique aura un impact considérable sur l'évolution des prix des céréales, notamment du blé», écrit André Bauler, député du DP, dans une question parlementaire. Il a sollicité des réponses du ministère de l'Agriculture et du ministère de l'Économie : d'où vient le blé qui sert à fabriquer la farine, la baguette et les croissants au Luxembourg ? Et le Grand-Duché pourrait-il être autosuffisant en cas de besoin ?

Des importations peu importantes

En 2021, le Luxembourg a importé 624 kilos de céréales ukrainiennes, qu'il a payés 3.052 euros, mentionne la réponse à cette question parlementaire. Elle se base sur les données du Statec. Ces importations ne sont pas particulièrement importantes. Le Luxembourg achète 92.000 tonnes à la France et 54.000 tonnes à l'Allemagne. Si l'on en croit les chiffres des années 2015 à 2021, l'Ukraine ne joue pratiquement aucun rôle dans les importations de blé dans notre pays. 

Il apparaît clairement que la crise géopolitique aura un impact considérable sur l'évolution des prix des céréales, notamment du blé.

André Bauler, député du DP

Mais ces chiffres sont à prendre avec précaution, explique Nadine Urhausen du Statec. En effet, les marchandises d'origine ukrainienne importées via un pays tiers sont souvent comptabilisées comme du commerce avec ce pays tiers et non comme des importations en provenance d'Ukraine. 

Les quantités en provenance de la zone de guerre qui atterrissent sur les tables ou sont revendues ici sous forme de pâtes ou de pain pourraient donc être beaucoup plus élevées. Ainsi, les chiffres des importations européennes de céréales en provenance de pays non membres de l'UE attribuent déjà plus de poids à l'Ukraine. 

Ces dernières années, l'Ukraine a livré en moyenne plus de dix millions de tonnes de céréales, contre seulement 600.000 tonnes pour la Russie. Ce sont surtout les pays du Proche-Orient, d'Asie et d'Afrique qui importent directement des céréales d'Ukraine et de Russie. Ils sont donc particulièrement touchés par les conséquences de la guerre sur le marché du blé. Mais au final, les prix des céréales augmentent dans le monde entier. Les pays qui importent de la région en guerre ne sont donc pas les seuls concernés, tous les autres le sont également. La nourriture devient plus chère.

Les boulangers luxembourgeois sont touchés 

Les premiers à être touchés sont ceux dont les prix d'achat fluctuent avec ceux de la bourse, ceux qui achètent du blé auprès de grands fournisseurs. «Les prix avaient déjà augmenté avant la guerre», explique Tom Oberweis. «En septembre, octobre, il y a eu des hausses de prix de 10 à 15% pour les céréales. C'était en partie dû à de mauvaises récoltes et en partie parce que la demande a augmenté très rapidement après la crise», explique le boulanger. 

Tom Oberweis observe le marché de près.
Tom Oberweis observe le marché de près.
Photo: Marc Wilwert

Avec la guerre, les prix ont à nouveau augmenté de 10 à 15%, ce qui fait déjà plus de 30% de coûts supplémentaires par rapport à l'été dernier. Le début de la guerre n'a évidemment pas entraîné une baisse immédiate de la quantité de céréales. «Ce qui m'énerve, c'est que la spéculation et la peur poussent en partie les prix des fournisseurs vers le haut. La peur est toujours mauvaise conseillère», estime Tom Oberweis. «Il y a juste assez de céréales pour le marché européen». C'est l'inquiétude pour l'avenir qui fait les prix actuels.

Les agriculteurs contents

La boulangerie Oberweis répercute-t-elle ces coûts sur ses clients ? «À la fin de l'année, nous avons partiellement ajusté les prix, mais nous ne l'avons pas fait depuis la guerre», explique Tom Oberweis. La situation est délicate. La boulangerie a des coûts plus élevés, mais si elle les répercute sur les clients, ceux-ci risquent d'acheter moins. Et de faire diminuer les recettes. «Nous ne pouvons pas nous le permettre. Mais les coûts de certains produits vont tout de même augmenter». Le boulanger et homme d'affaires en a déjà discuté avec des collègues. La baguette et les croissants seront alors probablement plus chers. 


Es gibt immer weniger landwirtschaftliche Betriebe, dafür werden sie immer größer, nicht zuletzt, weil sie unter ökonomischem Druck stehen. Die Umwelt- und Naturschutzorganisationen fordern die Politik auf, Anreize für eine nachhaltigere Landwirtschaft zu schaffen.
La flambée des matières premières secoue les agriculteurs
L'explosion des prix des produits pétroliers, l'inflation élevée et la guerre en Ukraine font grimper les prix agricoles.

Christian Wester, président de la Centrale Paysanne Luxembourgeoise, estime que les prix évoluent dans la bonne direction. «Pour les agriculteurs qui vendent du blé, les prix actuels couvrent enfin leurs frais», explique-t-il clairement. «Nous sommes donc contents de la hausse des prix, car elle permet d'apprécier à nouveau les produits», explique-t-il.

Mais il sait que la situation est compliquée. Les agriculteurs qui achètent des céréales pour nourrir leurs animaux doivent désormais payer plus. Comme le Luxembourg consomme plus de blé dans l'élevage qu'il n'en vend, ce n'est pas rentable pour les agriculteurs du pays. «Ceux qui élèvent des poules, des vaches ou des porcs devraient recevoir plus pour les œufs, le lait et la viande qu'ils produisent afin de pouvoir payer le prix de la nourriture pour leurs animaux».

Notre blé reste chez nous 

Et puis il y a aussi l'inquiétude que la quantité de céréales ne suffise plus. Pour certaines céréales, comme le blé tendre, le seigle ou l'avoine, le Luxembourg pourrait devenir autosuffisant, comme le montrent les chiffres du Statec. 

Pour les agriculteurs qui vendent du blé, les prix actuels couvrent enfin leurs frais.

Christian Wester, président de la Centrale Paysanne Luxembourgeoise

Mais il n'y a pas qu'ici qu'un nouveau protectionnisme se dessine actuellement. «Au Luxembourg, nous travaillons beaucoup au niveau régional. Nous avons des promesses écrites des grands moulins que nous recevrons le blé dont nous avons besoin. C'est une promesse importante», explique Tom Oberweis. 

«Nous ne connaîtrons pas de pénurie alimentaire ici. Il y aura peut-être des difficultés dans la chaîne d'approvisionnement, mais sous ces latitudes, nous avons l'avantage d'être au début de la chaîne. Si pénurie il y a, elle se manifeste toujours en premier lieu à la fin de la chaîne. Même si les prix augmentent, nous pouvons encore nous le permettre. Le vrai problème, ce sont les pays les plus pauvres», explique de son côté Christian Wester.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Des aides financières seront mises à disposition des agriculteurs suite au conflit en Ukraine. Les bénéficiaires de ces aides ne sont toutefois pas encore identifiés.
Getreideexperten beobachten derzeit kräftige Preisaufschläge zum Beispiel bei Weizen, Mais und Ölsaaten wie Raps.
Alors qu'une accalmie semblait se dessiner sur le front de la pandémie, l'Europe voit se dérouler une guerre à ses portes. Les conséquences de ce conflit viennent renforcer les inquiétudes liées à l'inflation et aux difficultés d'approvisionnement.
poor Asian man hand open empty purse looking for money having problem bankrupt broke after credit card payday