Changer d'édition

Pour Franz Fayot, 2020 «n'a pas été une année perdue»
Économie 6 min. 04.02.2021

Pour Franz Fayot, 2020 «n'a pas été une année perdue»

Course, marche et yoga permettent au ministre de l'Economie de décompresser au terme d'une année 2020 particulièrement active.

Pour Franz Fayot, 2020 «n'a pas été une année perdue»

Course, marche et yoga permettent au ministre de l'Economie de décompresser au terme d'une année 2020 particulièrement active.
Photo : Anouk Antony
Économie 6 min. 04.02.2021

Pour Franz Fayot, 2020 «n'a pas été une année perdue»

Il a été l'un des ministres les plus exposés ces douze derniers mois, à l'Economie. Mais au-delà de l'épisode de crise actuel, le socialiste de (bientôt) 49 ans croit au rebond du Luxembourg.

(pj avec Marco MENG) Franz Fayot (LSAP) n'aura guère connu de répit depuis sa nomination, en février dernier, au poste de ministre de l'Economie. Le successeur d'Etienne Schneider a ainsi traversé 2020 en mode «mobilisation générale», se focalisant uniquement sur la situation domestique du Luxembourg.

Quel a été le moment le plus difficile de cette première année de fonction? 

«Il n'y a pas eu un pic, toute la période a été difficile en fait. J'étais en mission en Italie avec le ministre des Finances quand le ''tsunami covid'' a débuté. A partir de là, fini la représentation du Luxembourg à l'étranger, mon unique travail a consisté à gérer la crise pour et au Grand-Duché. 

A combien s'établit l'effort de l'Etat depuis le début de cette crise covid? 

« Juste pour couvrir les besoins immédiats de liquidités des entreprises ou promouvoir la recherche et l'investissement pour lutter contre le virus, le ministère de l'Economie a déboursé environ 340 millions d'euros. Ce montant n'inclut pas les 175 millions d'euros destinés au système de garantie de l'État pour les nouveaux prêts bancaires.


Das Finanzministerium verlängert die Abgabefristen für Steuererklärungen.
L'Etat clôt 2020 avec 16 milliards de dette
Malgré une légère reprise de la croissance aux troisième et quatrième trimestres, les recettes de l'Etat sur l'année 2020 sont en baisse (-4,9%) par rapport à l'an dernier, tandis que les dépenses ont bondi de 14,5%, selon les données publiées ce vendredi par le ministère des Finances.

Il faut ajouter le coût de la prise en charge du chômage partiel (450 millions entre mars et juillet, et depuis 22.813 demandes d'entreprises prises en charge par l'Etat). Mais les dépenses à cet égard sont absolument justifiées, car elles contribuent à éviter des licenciements, en particulier dans les secteurs les plus gravement impactés par la pandémie.

Craignez-vous maintenant une vague de faillites ?

«En 2020, il n'y a pas eu plus de faillites que l'année précédente. Deux raisons l'expliquent. D'une part, le lockdown des marchés a permis de lever les délais de dépôt de bilan et, d'autre part, de nombreuses entreprises ont pu être stabilisées grâce aux aides d'État versées. Mais dans les secteurs comme Horesca, le tourisme ou l'événementiel, nous nous attendons à davantage d'insolvabilités cette année.


Un an de plus pour Fit 4 Resilience
Le programme permettant aux entreprises de se réorienter suite à la crise covid est prolongé jusqu'au 31 décembre 2021.

Dans le tourisme d'affaires ou les grands salons, même si davantage de personnes sont vaccinées, nous ne reviendrons pas immédiatement à la situation passée. Il y aura à nouveau des congrès, des séminaires où les gens se réuniront physiquement, mais la crise a montré combien les options numériques étaient efficaces aussi. 

Y aurait-il un retard digital à rattraper?

«Disons que la crise a favorisé l’accélération de la numérisation au Luxembourg. Par un recours massif au télétravail mais pas seulement. L'Etat y a contribué en rendant possibles en ligne nombre de démarches administratives ou auprès des tribunaux. Toutes les aides Covid soumises au ministère de l'Economie ne peuvent ainsi être demandées que via MyGuichet. Sinon la masse de papiers ne pourrait pas être gérée. Imaginez, plus de deux millions de transactions ont été effectuées sur Guichet.lu l'an dernier. Il y a aussi eu des progrès en matière de télémédecine ou dans le commerce en ligne.


Mother trying to talk with doctor on laptop while watching two kids.Family in isolation covid-19
Le covid booste l'usage de MyGuichet.lu
Jamais le service en ligne n'avait connu pareille fréquentation depuis son lancement en 2009. Ces neuf derniers mois, MyGuichet.lu a vu transiter plus de 1,3 million de démarches.

Mais reconnaissons que, dans l'ensemble, pour la numérisation le pays se situe en milieu de peloton à l'échelle mondiale. Nous devons donc encore produire quelques efforts dans ce domaine.

Après la crise, le Luxembourg va-t-il s'efforcer d'accentuer le recours au télétravail? 

«Je pense que cela sera discuté. Le ministre des Finances a conclu des accords avec les pays voisins pour cette période particulière, et les experts estiment que, même après la crise, une moyenne de deux jours de bureau à domicile par semaine pourrait être établie, selon les secteurs bien entendu. Les cadres juridiques et fiscaux doivent être mis en place à cet effet. 


dr
La vie de bureau version digitale «ne va pas de soi»
A l'heure où le travail à domicile se généralise, les entreprises tentent de ne pas tomber dans le piège du tandem «boulot, dodo». Et redoublent d'efforts pour mettre en place une nouvelle forme de vie d'entreprise.

Le télétravail présente certainement un certain nombre d'avantages (moins d'embouteillages, plus de temps pour la vie de famille et aussi de revitalisation des localités où vivent les travailleurs).

Quels ont été vos projets bloqués par cet épisode covid?

«En tant que ministre de la Coopération et de l'Economie, je n'ai pas pu voyager et entretenir des contacts personnels avec mes homologues étrangers. Mais d'un autre côté, cela m'a permis de vite me mettre en selle sur d'autres dossiers essentiels pour le Luxembourg :  durabilité, digitalisation, chaînes d'approvisionnement locales, économie circulaire, santé et recherche. Donc 2020 n'a pas été une année perdue. 

 A quoi ressemblera l'économie luxembourgeoise demain ? 

«J'espère que d'ici l'été, nous aurons vacciné la population vulnérable et que nous pourrons revenir à une certaine normalité. Nous n'aurons pas une économie radicalement différente au sortir de la crise que celle d'avant. De nombreuses entreprises ont profité de la crise pour se repositionner et en sortiront plus fortes. Nous verrons aussi comment le commerce électronique affectera la consommation et les magasins dans le pays, les petits commerces comme les grands centres commerciaux.

Parmi les dossiers sur votre bureau, il y a ceux de Google et Guardian. Où en sont-ils?

«Avec Google, le PAP (plan d'aménagement partiel) a été voté par la municipalité de Bissen. Le projet de réalisation d'un centre de données est donc en bonne voie, sachant que les évaluations environnementales sont en cours.

En ce qui concerne Guardian, je reste en contact avec la direction européenne de l'entreprise. Un voyage aux Etats-Unis, au siège du groupe, n'a pas été possible à cause des restrictions covid, mais je vais prendre contact là aussi, car nous voulons naturellement que Guardian continue à produire du verre plat au Luxembourg et à investir dans un nouveau four à faible émission ici. 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Après Fayot, Gramegna s'expliquera sur Fage
La commission de l'exécution budgétaire demande des comptes aux ministères impliqués dans la vente "hors procédure" d'un terrain de 15 ha au groupe industriel Fage. Après l'Economie, les Finances s'expliqueront bientôt.
Wirtschaft, Dan KERSCH, Franz FAYOT, Konferenz, chômage partiel, Teilarbeitslosigkeit,  Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
Les artisans commencent l'année avec le blues
La sortie de crise tardant, l'enquête de la Chambre des métiers auprès de ses adhérents montre que l'optimisme n'est pas d'actualité en ce début d'année. D'où un appel du pied à l'Etat à maintenir (et même accentuer) ses aides.
Land surveyor working with total station on a construction site (excavator is beyond depth of field).
Le covid-19 accélère l'ancrage du télétravail
Beaucoup d'employés le souhaitaient, beaucoup d'employeurs le craignaient, mais voilà la pratique devenue réalité avec la pandémie. Accélérant de fait les discussions et la mise en place d'un cadre légal, à plus long terme, dans plusieurs entreprises.
L'avenir du Luxembourg passera par la Grande Région
Épicentre économique d'un territoire qui regroupe 12 millions de personnes, le Luxembourg devrait conserver encore un temps son rôle d'aimant. A condition toutefois de mieux tirer profit des «interdépendances existantes» et de «créer de nouvelles synergies» avec ses voisins.
Le Luxembourg se dote d'un superordinateur
Le Premier ministre et le ministre de l'Economie ont annoncé, mardi, l'acquisition de Meluxina. D'une puissance de dix pétaflops, l'appareil sera dédié à la recherche, la médecine personnalisée et aux projets eHealth. Mais il vise surtout à intégrer le pays dans le réseau européen des supercalculateurs.
(de g. à dr.) Xavier Bettel, Premier ministre, ministre d’État, ministre de la Digitalisation ; Roger Lampach, CEO LuxProvide SA ; Pascal Bouvry, CEO LuxProvide SA