Changer d'édition

Plus de visibilité pour les offres d'emploi
Économie 1 2 min. 19.04.2021

Plus de visibilité pour les offres d'emploi

80% des postes proposés le mois dernier par l'ADEM concernaient des contrats de travail à durée déterminée ou indéterminée, 14% étant des missions de travail intérimaire.

Plus de visibilité pour les offres d'emploi

80% des postes proposés le mois dernier par l'ADEM concernaient des contrats de travail à durée déterminée ou indéterminée, 14% étant des missions de travail intérimaire.
Photo : AP
Économie 1 2 min. 19.04.2021

Plus de visibilité pour les offres d'emploi

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Plus besoin d'être inscrit auprès de l'ADEM pour accéder aux annonces de postes vacants. Une facilité pour le recrutement que devraient apprécier les demandeurs d'emploi autant que les entreprises.

Un petit pas pour l'ADEM, mais un grand pas pour l'emploi. Ainsi pourrait-on qualifier le changement que va connaitre le JobBoard de l'Agence pour le développement de l'emploi à compter du 28 avril prochain. A cette date, l'accès aux offres d'emploi sera ouvert bien au-delà des seuls demandeurs d'emploi recensés par l'administration. La crise, tout autant que la digitalisation, poussent à ce changement. Une mue qui devrait permettre aux sociétés de trouver les profils attendus plus facilement.


Le français domine les offres d'emploi
En étudiant les annonces publiées dans le Luxemburger Wort, Fernand Fehler et Isabelle Pigeron-Piroth notent que la langue de Molière reste dominante sur le marché du travail. Cependant, la connaissance du luxembourgeois est de plus en plus prisée.

Car des postes vacants, il en reste toujours à l'ADEM. Pour le mois dernier, l'Agence en a recensé près de 8.000, alors que dans le même temps le nombre de chômeurs inscrits dépassait les 19.000 personnes. A défaut de permettre le plein-emploi, offrir plus de visibilités aux postes proposés devrait aboutir à une mise en relation recruteur-postulants facilitée, et donc faire descendre le niveau du chômage dans le pays.

Et si ce n'est auprès des chômeurs, cette opportunité trouvera aussi son public auprès des salariés en place mais  à la recherche d'une nouvelle opportunité professionnelle. Jusqu'à présent, ces derniers n'avaient pas accès à la plupart de ces places. Voilà donc l'accès au JobBoard libéré de toute contrainte de situation ou de formalités administratives.

Toutefois, l'Agence réservera à son vivier de demandeurs d'emploi l'exclusivité des annonces pendant 7 jours, avant de les rendre accessibles à tous. Les employeurs qui souhaiteraient déposer un avis de recherche disposant, eux, de la possibilité de se cantonner dans une diffusion aux inscrits de l'Adem ou tout public. 

A l'heure de présenter ce dispositif, le ministre du Travail a également rappelé que l'ADEM venait de lancer une «Youth eAcademy». Les jeunes demandeurs d’emploi inscrits bénéficient ainsi d'un accès gratuit à la plateforme d'e-learning Belearn. Outre des formations digitales aux logiciels les plus connus (Word, PowerPoint, Excel, Outlook, Teams, OneNote, etc), les ''étudiants'' peuvent aussi élargir leurs connaissances sur le cloud, l’analyse de données, la programmation ou encore la cybersécurité. 

L’accès à la plateforme se fait selon plusieurs critères: dont l'âge (avoir moins de 30 ans), être titulaire d'au moins un diplôme de fin d’études secondaires (équivalent du Bac) et être en mesure de suivre de manière autonome (sans encadrement) des formations e-learning.

Les vidéo 360 ne sont pas supportées. Voir la vidéo 360 dans l'app Youtube.


Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

La déferlante que la construction n'a pas vue venir
Il y a un an tout juste, les ouvriers du secteur de la construction étaient les premiers à sortir du lockdown. Et si l'activité n'a pas manqué depuis, la flambée des prix des matières premières rend l'an II de l'ère covid bien plus délicat que prévu.
Two construction workers or engineers.
Le covid-19 complique l'entrée dans le monde du travail
Prudence dans les recrutements, travail à distance, difficultés à créer des liens... L'insertion sur le marché professionnel des jeunes diplômés est inévitablement compliquée par les effets de la pandémie. Une situation qui pourrait laisser des traces pendant plusieurs années.
A défaut de pouvoir retrouver ses collègues, les entreprises sont de plus en plus nombreuses à proposer des «coffee breaks» virtuels.
Les arnaques au chômage partiel traquées
Certains employeurs font travailler leurs salariés à temps plein alors qu'ils perçoivent des indemnités de chômage partiel pour ces mêmes employés. Une arnaque sur laquelle veillent Adem et Inspection du travail.
Bientôt un Master of data science à l'Uni
L'Université de Luxembourg va ajouter, dès septembre 2021, une nouvelle formation à la cinquantaine de masters déjà proposés. De quoi former les futurs spécialistes en intelligence artificielle, gestion de données et autre cloud computing.
Artificial intelligence
38 emplois menacés chez IBM Luxembourg
Le LCGB a annoncé mercredi la signature d’un plan social au sein de l'entreprise de services informatiques. Une décision qui ne serait néanmoins pas liée à la pandémie, affirme la direction.
Photo: AFP
La Place attire les entreprises de la City
Signé la veille de Noël, l'accord sur le départ du Royaume-Uni de l'Union européenne a impacté le Grand-Duché. En attirant notamment des entreprises du secteur financier sur le territoire.
Illu - Finanzplatz - Place financiere - Luxembourg - Photo : Pierre Matge