Changer d'édition

Plan social signé à Mitsubishi Bank
Économie 15.03.2021 Cet article est archivé

Plan social signé à Mitsubishi Bank

Si 22 salariés étaient initialement concernés, le nombre de départs a été réduit à 16.

Plan social signé à Mitsubishi Bank

Si 22 salariés étaient initialement concernés, le nombre de départs a été réduit à 16.
Photo: Licence CC
Économie 15.03.2021 Cet article est archivé

Plan social signé à Mitsubishi Bank

Deux semaines et demie après l'annonce de la restructuration de l'entité luxembourgeoise de la banque japonaise, 16 emplois se trouvent officiellement sur la sellette, annoncent ce lundi les syndicats dans un communiqué commun.

(ASdN) - Si la Place luxembourgeoise attire de nouvelles entreprises, le secteur doit également faire face à des départs et restructurations. Après RBC et IBM, c'est ainsi au tour de la banque Mitsubishi UFJ Investor Services & Banking (Luxembourg) S.A de signer lundi la mise en place d'un plan social. 16 emplois se trouveraient ainsi sur la sellette, soulignent l'OGBL, l'Aleba et le LCGB dans un communiqué commun.


Plan social en vue au sein de la banque Mitsubishi
Deux jours après l'annonce du départ de Commerzbank et de l'incertitude de 200 salariés, c'est au tour de la banque japonaise d'indiquer mettre en place une restructuration de son entité au Luxembourg. Une vingtaine d'emplois est concernée, indique jeudi l'Aleba.

Depuis l'annonce de la volonté de restructuration de la banque japonaise, le nombre de départs a néanmoins été réduit. Initialement, 22 emplois, sur les 164 postes que compte l'entité luxembourgeoise,  étaient en effet concernés. Une baisse que les syndicats expliquent par le «redéploiement des salariés en interne» au cours des différentes réunions de négociations. 

Si nombre de plans sociaux ont été enregistrés sur le territoire depuis le début de la pandémie, cette réduction d'effectifs au sein de la banque ne serait néanmoins pas liée au covid-19. En effet, face à de nouvelles exigences des clients, des autorités de surveillance ou de la concurrence accrue des fintechs, les banques se voient contraintes de modifier leur fonctionnement. Ce qui passe notamment par des réductions d'effectifs.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

2013, 2019, 2021 : les années passent et les plans sociaux se succèdent pour la filiale luxembourgeoise de la Banque royale du Canada (RBC). De quoi faire douter de la stratégie de l'établissement pour les syndicats OGBL, LCGB et ALEBA.
RBC - Belval - Photo : Pierre Matgé
Le LCGB a annoncé mercredi la signature d’un plan social au sein de l'entreprise de services informatiques. Une décision qui ne serait néanmoins pas liée à la pandémie, affirme la direction.
Photo: AFP
Signé la veille de Noël, l'accord sur le départ du Royaume-Uni de l'Union européenne a impacté le Grand-Duché. En attirant notamment des entreprises du secteur financier sur le territoire.
Illu - Finanzplatz - Place financiere - Luxembourg - Photo : Pierre Matge
Alors que, fin janvier, syndicats et direction de la banque canadienne implantée à Belval s'accordaient sur une extension du deuxième plan social, une nouvelle taille dans les effectifs est annoncée ce jeudi.
RBC - Belval - Photo : Pierre Matgé
Deux jours après l'annonce du départ de Commerzbank et de l'incertitude de 200 salariés, c'est au tour de la banque japonaise d'indiquer mettre en place une restructuration de son entité au Luxembourg. Une vingtaine d'emplois est concernée, indique jeudi l'Aleba.