Changer d'édition

Plafonnement des prix du gaz: Claude Turmes reste sceptique
Économie 2 min. 25.10.2022
Réunion des ministres de l'Energie à Luxembourg

Plafonnement des prix du gaz: Claude Turmes reste sceptique

Le ministre de l'Énergie Claude Turmes met en garde contre l'introduction d'un plafond de prix sur les importations de gaz.
Réunion des ministres de l'Energie à Luxembourg

Plafonnement des prix du gaz: Claude Turmes reste sceptique

Le ministre de l'Énergie Claude Turmes met en garde contre l'introduction d'un plafond de prix sur les importations de gaz.
Photo: Gerry Huberty
Économie 2 min. 25.10.2022
Réunion des ministres de l'Energie à Luxembourg

Plafonnement des prix du gaz: Claude Turmes reste sceptique

Le ministre de l'Énergie plaide en faveur d'une demande groupée de gaz au niveau européen.

(Diego VELAZQUEZ avec dpa) - Lors de la réunion des ministres de l'Énergie de l'UE à Luxembourg ce mardi, les dernières propositions de la Commission européenne visant à réduire les prix élevés du gaz ont été discutées pour la première fois au niveau ministériel. Concrètement, il s'agit de regrouper au moins une partie de la demande de gaz au sein de l'UE afin de négocier de meilleurs prix et de réduire le risque que les États membres ne se fassent concurrence mutuellement sur le marché mondial.


WI, PK Claude Turmes, Le ministre de l'energie présentera la mise à jour du plan d'urgence relatif à la sécurité d'approvisionnemnt en gaz naturel du Luxembourg.Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
Le Luxembourg se prépare en cas de pénurie de gaz
Alors que de nombreuses incertitudes demeurent quant aux sources d'approvisionnement en gaz de l'Union européenne, le gouvernement luxembourgeois a élaboré un plan d'urgence bien précis.

Les discussions ont également porté sur l'introduction éventuelle d'un plafond des prix du gaz, les chefs d'État et de gouvernement de l'UE ayant décidé, lors de leur sommet de la semaine dernière, de transmettre les travaux à leurs ministres de l'énergie.

Turmes veut plus d'achats européens

Mardi, le ministre luxembourgeois de l'Énergie Claude Turmes (Déi Gréng) s'est à nouveau montré sceptique quant à cette idée. «Au final, discuter d'un prix maximum est un signe d'impuissance politique», a-t-il déclaré au début de la réunion. «Avant cela, nous devrions mettre en place les instruments qui apportent vraiment quelque chose - c'est-à-dire remplir les réservoirs de gaz, faire des économies et des achats communs», a poursuivi Turmes. «Ce sont les choses qui font vraiment avancer le processus».

Et d'ajouter: «Personnellement, je ne vois pas ce qu’un plafonnement des prix du gaz importé peut apporter. Pour le Luxembourg, ce n'est pas le modèle idéal».

En fin de compte, la discussion sur un prix maximal est un signe d'impuissance politique.

Le ministre de l'Énergie Claude Turmes

Claude Turmes a en effet estimé que c'était surtout la panique autour des achats des différents États membres qui avait provoqué une telle hausse du prix du gaz. «C'est pourquoi il est si important d'acheter ensemble pour ne pas se surenchérir mutuellement».


Politik , Claude Turmes , déi Gréng , Partei , Energie , Energieskrise , Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
-15% de gaz : «Le match ne fait que commencer»
Le ministère de l'Energie dresse un premier bilan de la consommation de gaz au Grand-Duché. A la fin du mois de septembre, elle est en dessous de l'objectif de diminution de 15%. Une bonne chose, mais le plus dur commence...

Le ministre souhaite donc que les achats groupés ne se limitent pas à 15% des niveaux de stockage obligatoires, comme le propose la Commission, mais qu'ils aillent «vers 30%».

Le «modèle ibérique» - c'est-à-dire le plafonnement des prix que l'Espagne et le Portugal ont déjà mis en place et qui consiste à fixer politiquement le prix de l'électricité produite à partir du gaz par mégawattheure à un niveau avantageux - devrait en revanche continuer à être «sérieusement analysé», a déclaré Claude Turmes en marge de la réunion.

En effet, ce modèle permet à l'électricité de rester globalement moins chère en Espagne et au Portugal, car le prix de l'électricité est fixé par le producteur le plus cher, c'est-à-dire les centrales électriques qui consomment du gaz. Il n'est toutefois pas certain que cette idée soit facilement applicable au niveau européen. Les ministres et les experts se penchent actuellement sur cette question.

Cet article a été publié pour la première fois sur www.wort.lu/de

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Dans la lignée de sa stratégie en faveur de la neutralité climatique à l'horizon 2050, le gouvernement lance un appel d'offres aux agriculteurs pour l'installation de centrales agrivoltaïques.
L'exécutif européen a présenté plusieurs mesures visant à limiter la flambée des prix du gaz. Ces propositions doivent encore recevoir l'approbation des pays membres de l'Union européenne.
ARCHIV - 31.01.2020, Frankreich, Straßburg: Die Flaggen der europäischen Mitgliedsstaaten wehen vor dem Gebäude des Europäischen Parlaments in Strasbourg. Inmitten der Energiekrise sollen die meisten Mitarbeiterinnen und Mitarbeiter der EU - also auch Spitzenverdiener - eine merkbare Gehaltserhöhung bekommen. Die Meinungen darüber sind auch unter Europapolitikern gespalten. (zu dpa: «Gehaltsplus in der Krise - Sollten EU-Spitzenpolitiker verzichten?») Foto: Philipp von Ditfurth/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Pas de plafonnement général des prix du gaz à l'échelle européenne : le Luxembourg, comme d'autres pays de l'Union, estime que cette mesure serait contre-productive pour les approvisionnements en gaz dans le contexte actuel de crise énergétique.
Piggy Bank Balanced On Radiator To Illustrate Energy Costs