Changer d'édition

«Pas de retard dans les aides à l'événementiel»
Économie 4 min. 07.10.2020

«Pas de retard dans les aides à l'événementiel»

Pour Charles Schroeder, président de la LEA, la reprise réelle du marché pourrait intervenir «vers mai 2021»

«Pas de retard dans les aides à l'événementiel»

Pour Charles Schroeder, président de la LEA, la reprise réelle du marché pourrait intervenir «vers mai 2021»
Photo: Getty Images
Économie 4 min. 07.10.2020

«Pas de retard dans les aides à l'événementiel»

Jean-François COLIN
Jean-François COLIN
Les coups de pouce de l'État à destination de ce secteur particulièrement touché par la crise sanitaire sont enfin arrivés. C'est ce que confirment tant le ministère du Travail que la Luxembourg Event Association (LEA).

Chamboulés depuis mi-mars par la crise sanitaire, les calendriers des grands rendez-vous festifs, culturels et d'affaires semblent s'étoffer à nouveau. Toutefois, pour le secteur de l'événementiel, 2020 restera une année noire, déjà plombée par neuf mois de pandémie. Plus que dans tout autre secteur, les aides de l'État ont été et continuent d'être précieuses. Le ministère du Travail assure qu'«aucun retard dans le versement du chômage partiel ne peut être confirmé.».

Une affirmation dont la justesse a pu être prise en défaut ces derniers mois. Mais cette fois, tout semble rentrer dans l'ordre. En témoigne l'avis de Charles Schroeder, le président de la Luxembourg Event Association (LEA) pour qui «quand cela fonctionne bien, il faut aussi le dire». Si le représentant de l'association née en mai dernier et fédérant aujourd'hui 75 membres concède «quelques retards observés fin juillet et en août pendant la période des congés», il souligne que «tout est rentré dans l'ordre depuis mi-septembre».


L'événementiel pas vraiment à la fête
A l'arrêt depuis deux mois, et ne percevant pas de reprise avant de longs mois, le secteur de l'événementiel a décidé de se fédérer. LEA entend ainsi défendre les intérêts d'un secteur qui pèse près d'un demi-milliard d'euros dans l'économie luxembourgeoise.

Dans une réponse adressée à Laurent Mosar et Martine Hansen (CSV), le ministère du Travail précise que de mars à juin, il était question d'une «avance pour chômage partiel pour les cas de force majeure», directement versée «via une procédure accélérée». Par contre, à partir du mois de juillet, le «chômage partiel structurel» est devenu d'application pour le secteur de l'événementiel. Sous-entendu: dans ce cas de figure, la procédure ne consiste plus en une avance de fonds, mais se fait «sur base des décomptes fournis par la société».

Le Fonds de relance et de solidarité constitue le second axe de l'aide publique au secteur de l'événementiel. Ici, la date limite prévue pour le dépôt des demandes auprès de la direction générale des classes moyennes expirait le 15 septembre. Or, prétend le ministère de Lex Delles (DP), «à la date du 29 septembre, 90% des dossiers avaient été instruits et, dans une large mesure, les versements effectués». «Ici aussi, tout est pratiquement à jour», confirme Charles Schroeder. «Bien sûr à charge pour chaque entreprise de tenir de manière méticuleuse toute sa paperasserie administrative et de bien respecter les délais», ajoute le managing partner de la société Party Rent.

En effet, le traitement des dossiers déposés suppose pour chaque demande la vérification de multiples pièces de la part de l'administration: numéro de matricule de chaque salarié, réalité des mises en chômage partiel, évaluation de la perte de chiffre d'affaires (éligibilité au-delà des -25%), etc. 

Aucune donnée n'est par contre disponible concernant les montants alloués par l'État au secteur. La raison en est simple: le chômage partiel se divise en différentes catégories en fonction des codes «NACE», eux-mêmes conformes à la nomenclature européenne des activités économiques. «Or, précise un porte-parole du ministère du Travail, le secteur de l'événementiel n'est pas défini en tant que tel. Les aides se diluent donc entre l'Horesca, des sociétés spécialisées dans le son, d'autres dans les lumières, d'autres dans l'artistique.»


Arbeitsminister Dan Kersch - Foto : Pierre Matgé/Luxemburger Wort
«Dépenser plus pour assurer la cohésion sociale»
Dan Kersch s'est confié sur la crise sanitaire et ses conséquences économiques notamment sur l'évolution du marché du travail. Le ministre du Travail et de l'Emploi évoque aussi la question de la fiscalité.

Les services du ministre Dan Kersch rappellent au passage que la nouvelle réglementation concernant le chômage partiel «court jusqu'au 31 décembre». Mais «une analyse de l'évolution de la situation» pourrait amener le gouvernement à devoir «prendre des mesures supplémentaires pour l'année prochaine».

Dans ce contexte, le discours du Premier ministre sur l'état de la Nation prévu le 13 octobre est attendu par le secteur. «Xavier Bettel pourrait à cette occasion communiquer des nouveautés en termes de chômage et d'aides étatiques», espère Charles Schroeder suite à sa rencontre, lundi, avec le Premier ministre.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

«La digitalisation du business events va s'accentuer»
François Lafont, CEO du Luxembourg Convention Bureau, anticipe d'importants changements pour l'industrie du tourisme d'affaires. Si l'organisation d'événements est aujourd'hui possible, le gros problème reste selon lui «les restrictions imposées aux voyageurs».
Une belle opportunité pour le «business events»
Du 1er au 3 novembre, le Centre européen de convention au Kirchberg accueillera le 59ème Congrès de l'International Convention and Congress Association (Icca). L'occasion de valoriser encore plus la veine du tourisme de business au pays.
Wirtschaft, ACA Insurance Day, Kirchberg Convention Center. Foto: Guy Wolff/Luxemburger Wort
«La crise actuelle ne constitue pas un alibi»
Jean-Paul Olinger, directeur de l'Union des entreprises luxembourgeoises (UEL), estime que le chômage partiel devrait se poursuivre pendant une bonne partie de 2021 et devrait constituer une réponse aux conséquences de la crise. A l'image de ce qui se passe ailleurs en Europe.
Wirtschaft, Interview mit Jean-Paul Olinger, UEL, Unions des Entreprises Luxembourgeoise, Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
L'événementiel pas vraiment à la fête
A l'arrêt depuis deux mois, et ne percevant pas de reprise avant de longs mois, le secteur de l'événementiel a décidé de se fédérer. LEA entend ainsi défendre les intérêts d'un secteur qui pèse près d'un demi-milliard d'euros dans l'économie luxembourgeoise.
Le chômage partiel étendu jusque fin 2020
L'Etat luxembourgeois a déjà dépensé 725 millions d'euros pour accompagner les mesures de chômage partiel depuis la mi-mars. Mais le dispositif sera maintenu «jusqu'au 31 décembre, au moins» a annoncé le ministre du Travail.