Changer d'édition

Pas de licenciement (avant décembre) chez G4S
Économie 2 min. 01.06.2021

Pas de licenciement (avant décembre) chez G4S

Laurent Jossart, dirigeant de G4S, et les syndicats seront parvenus à un terrain d'accord in extremis.

Pas de licenciement (avant décembre) chez G4S

Laurent Jossart, dirigeant de G4S, et les syndicats seront parvenus à un terrain d'accord in extremis.
Photo archives : Guy Jallay
Économie 2 min. 01.06.2021

Pas de licenciement (avant décembre) chez G4S

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Direction et représentants du personnel de la société de surveillance ont convenu d'un plan de maintien dans l'emploi jusqu'à la fin de l'année. Accord trouvé alors qu'une soixantaine de postes étaient sur la sellette.

Réduire directement de 5% ses effectifs. En dernier, la société G4S avait ainsi fait part de son intention de se séparer de 60 personnels. Un plan social qui devait se décliner en trois phases. Finalement, il n'en sera rien. En tout cas pas avant le mois décembre. «Ce n'est que là, et si et seulement si l'activité n'a pas repris qu'un plan social pourra être envisagé», annonce Paul Glouchitski, secrétaire général LCGB qui a suivi les négociations.


G4S Gasperich
G4S sous la menace d'un plan social
Coup dur pour les quelque 1.200 salariés du leader luxembourgeois de la sécurité. La société vient de convoquer une rencontre de consultation pour évoquer une vague de licenciements.

Ce plan d'ailleurs se limitera à 15 agents «au pire». Un maximum qui dépendra de l'état de l'entreprise à ce moment-là. Sachant que d'ici là, il a été convenu entre partenaires sociaux qu'un comité de suivi allait étudier une fois par mois ce qu'il en est de la situation économique, des contrats signés et des volets sociaux.

Pour l'OGBL (syndicat majoritaire dans la société) comme pour le LCGB (majoritaire dans la branche), cette conclusion apparaît comme satisfaisante. La signature d'un plan de maintien dans l'emploi permettant non seulement de préserver les effectifs en place, mais de démarrer l'arsenal d'accompagnements classiques : chômage partiel, formation, reconversion, facilitation des départs volontaires, etc. Oubliées donc les trois coupes sombres un temps évoquées par Laurent Jossart, managing director du groupe au Luxembourg.

Dans l'espoir d'une reprise d'activité

La signature du plan de maintien dans l'emploi a certainement été favorisée par l'amélioration de la situation sanitaire. Moins d'infections covid signalées, plus de commerces ouverts, de services accessibles ou d'événements grand public (comme la Schueberfouer) ou de possibilités de voyager signifiant par effet miroir un besoin de vigiles ou de patrouilles de surveillance plus conséquent. Idem pour des grandes réunions au niveau des instances européennes au Kirchberg.

De son côté, Michelle Cloos, secrétaire centrale OGBL, ne cache pas qu'«il a fallu faire preuve de beaucoup de persuasion» pour que la direction de G4S change son fusil d'épaule. Et l'accord conclu n'a été finalisé qu'in extremis, «mais les pistes avancées pour le suivi de formations (techniques de surveillance, mais aussi linguistiques par exemple) ou des réaffectations en interne par exemple devraient permettre à chacun -entreprise et salariés- de sortir confortés de cette crise.» 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Le Conseil de la concurrence vient d'approuver le projet de loi devant, notamment, introduire un statut légal pour les transporteurs type Uber mais aussi ouvrir plus largement l'accès à la profession.
-
C'en est maintenant fini des «conditions simplifiées» d'accès aux mesures de chômage partiel. Les dossiers déposés seront désormais soumis aux mêmes règles qu'avant la pandémie après avoir bénéficié à près de 15.000 entreprises luxembourgeoises.
12.05.2021, Sachsen-Anhalt, Sülzetal: Ein Mitarbeiter des Amazon Logistikzentrums fährt mit Paketen an Hochregalen vorbei. Der Versand-Händler hatte den neuen Standort in Sachsen-Anhalt im August 2020 eröffnet. Foto: Klaus-Dietmar Gabbert/dpa-Zentralbild/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Si la décrue n'est pas aussi spectaculaire qu'en mars, le nombre de personnes sans emploi a encore diminué au Luxembourg au mois d'avril, indique jeudi l'Adem. Les postes vacants, eux, sont en hausse.
Wirtschaft, Jugendarbeitslosigkeit in der Corona-Krise, Adem, Arbeitslos, Arbeitsamt, Foto: Lex Kleren/Luxemburger Wort
La Fedil a sondé le tissu industriel luxembourgeois sur ses attentes en matière de recrutement. Et, aucun doute, les personnels disposant d'un diplôme d'aptitude professionnelle seront fort recherchés.
Suite à la décision de Lydie Polfer (DP) de continuer à faire appel à des sociétés de gardiennage privées, deux élus déi Lénk de la capitale ont déposé un recours devant le tribunal administratif. Un autre concerne la ministre de l'Intérieur.
Tram, Gare de Luxembourg, Bahnhof Luxemburg