Panama Papers - LuxLeaks

L'avocat de Deltour se défend

Antoine Deltour foi ontem ouvido no tribunal do Luxemburgo no âmbito do processo Luxleaks
Antoine Deltour foi ontem ouvido no tribunal do Luxemburgo no âmbito do processo Luxleaks
Foto: Chris Karaba

(pso) Alors que le procès LuxLeaks touchait à sa fin, le scandale Panama Papers est venu rattraper la défense de l'emblématique lanceur d'alerte, Antoine Deltour. Dans les documents publiés lundi soir par le consortium international de journalistes, ICIJ, apparaît en effet le nom du cabinet de Philippe Penning, «Penning-Schiltz-Wurth».

L'avocat luxembourgeois, principalement actif au contentieux, a fait ainsi fait savoir qu'il n'a «jamais créé, acheté ou détenu une quelconque société de droit panaméen à titre personnel» et n'a procédé «à aucun moment directement ou indirectement à la vente ou à la mise à disposition d'une telle structure.»

L'étude bien concernée

Il ne conteste cependant pas la véracité des données. «Il est vrai que d'autres membres de l'étude ont été en relation avec le cabinet Mossack Fonseca. Vous aurez constaté qu'ils n'ont à chaque fois agi qu'en tant qu'intermédiaire pour la vente de telles sociétés».

Les informations publiées par l'ICIJ lundi soir permettent d'identifier plusieurs dizaines de cabinets d'avocats ayant effectivement agi en qualité d'intermédiaires pour faire créer des sociétés dans des «paradis fiscaux» pour le compte de leurs clients.

Pas de conflit d'intérêts

L'organisation basée à Washington recense 10.877 sociétés créées par le cabinet panaméen Mossack Fonseca liées au Grand-Duché. Leur création a été permise par l'intervention de 411 intermédiaires de droit luxembourgeois (fiduciaires ou cabinets d'avocats).

Me Penning relève par ailleurs que les journalistes lui reprochent depuis les révélations «une incompatibilité entre le mandat pour Antoine Deltour et cette activité marginale et désuète du cabinet». «Or dans nos règles, complète-t-il, il n'existe aucune incompatibilité de ce genre. Chaque avocat peut défendre un jour un auteur d'une infraction et le jour suivant une victime d'infraction.»

Seul le client peut reprocher

Lors de sa plaidoirie le 10 mai, soit le lendemain de la publication de l'ICIJ, Me Penning avait fustigé, l'association que l'on peut faire entre le Luxembourg et les Panama Papers.

«La seule personne qui pourrait me faire un tel reproche, est bien le client lui-même, ce qui sauf erreur de ma part, n'est pas le cas» conclut Me Penning. Il buvait en effet un verre à la terrasse jouxtant la cité judiciaire avec Antoine Deltour et ses proches à l'issue de l'audience ce mercredi.