Changer d'édition

Pakt Pro Artisanat: Vers un artisanat 4.0
Économie 4 min. 15.03.2017

Pakt Pro Artisanat: Vers un artisanat 4.0

Virginie ORLANDI
Virginie ORLANDI
Francine Closener vient de présenter le «Pakt PRO Artisanat» qui prévoit différents champs d’action pour pérenniser l’emploi dans les entreprises, dynamiser leur développement et favoriser la création, la transmission ainsi que la reprise d’entreprises relevant de ce secteur.

La secrétaire d’État à l’Économie, Francine Closener, vient de présenter le «Pakt PRO Artisanat» qui prévoit différents champs d’action pour pérenniser l’emploi dans les entreprises, dynamiser leur développement et favoriser la création, la transmission ainsi que la reprise d’entreprises relevant de ce secteur.

L’artisanat, premier employeur du pays

L'artisanat représente le «premier employeur» au Luxembourg et occupe actuellement environ 90.000 salariés dans plus de 7.000 entreprises, le Pakt Pro a pour objectif de pérenniser l’emploi dans ces entreprises, de dynamiser leur développement et de favoriser la création, la transmission et la reprise d’entreprises.

Élaboré en commun par le ministère de l’Économie, la Chambre des métiers et la Fédération des artisans, il s’inscrit à la fois dans la logique du «4e Plan d’action en faveur des PME» et dans les démarches engagées suite à l’étude stratégique Rifkin.

Un pacte à plusieurs volets

1. Promouvoir l'image de marque de l’artisanat

Le but est d'aider le secteur à se positionner et à améliorer encore davantage son image de marque.

Les partenaires du présent Pakt s’engagent à impliquer les entreprises du secteur dans les mesures prévues sous le présent champ d’action et à favoriser la promotion de l’artisanat auprès du grand public, en vue de le positionner comme un secteur d’avenir offrant des opportunités de carrières aux générations futures.

2. La transmission d'entreprise

De nombreuses entreprises artisanales cherchent un successeur. Dans les 10 années à venir, environ 3 000 entreprises artisanales occupant 47 000 salariés (données 2015) seront à transmettre.

Étant donné que bon nombre d’entrepreneurs se penchent souvent trop tard sur la question de leur propre succession, une sensibilisation et un accompagnement accrus avec des mesures spécifiques s’imposent. Une campagne de sensibilisation systématique s’adressant directement aux entrepreneurs/ gérants ayant atteint l’âge de 50 ans devrait les inciter dans les années à venir à préparer la cession/transmission de leur entreprise, que ce soit au niveau familial ou moyennant un repreneur externe.

3. La culture et qualité du service

Le Ministère de l’Économie a fait développer une offre de services visant à faire évaluer la qualité de la gestion client dans les entreprises. Le résultat de ce diagnostic permettra d’identifier des axes d’amélioration et de formuler le cas échéant des recommandations.

Ce programme d’assistance sera lancé, en coopération avec le secteur de l’artisanat et du commerce, en tant que projet pilote fin mars 2017. Le Ministère de l’Économie soutiendra les entreprises tant au niveau du diagnostic qu’au niveau de l’implémentation des recommandations. Cette démarche contribuera également à renforcer l’image du secteur artisanal.

4. L'Artisanat 4.0

Dans le cadre d’un premier axe, les partenaires visent à sensibiliser les entreprises à la thématique par le biais de workshops et de formations. Outre l’aspect formation, une présence sur le terrain s’impose. Ainsi, la mise en place d’une « Cellule digitalisation dans l’Artisanat » permettra d’offrir une guidance et des conseils concrets aux entreprises.

Les interventions en entreprise seront modulables en fonction des particularités et des besoins des entreprises intéressées. Dans le cadre de cette mesure, la promotion des programmes déjà disponibles comme « Fit for Digital » ou « Fit for Innovation » sera assurée par les signataires du Pakt.

 "L’artisanat luxembourgeois orienté vers l’avenir"

(de g. à dr.) Roland Kuhn, Chambre des métiers ; Gilles Scholtus, ministère de l'Économie ; Francine Closener, secrétaire d'État à l'Économie ; Michel Reckinger, Fédération des artisans
(de g. à dr.) Roland Kuhn, Chambre des métiers ; Gilles Scholtus, ministère de l'Économie ; Francine Closener, secrétaire d'État à l'Économie ; Michel Reckinger, Fédération des artisans
Sip

Francine Closener, a déclaré: «L’artisanat luxembourgeois est résolument orienté vers l’avenir. En adhérant au pacte, les représentants du secteur démontrent qu’ils ont bien pris conscience de l’ère du temps et des défis liés à la digitalisation. En raison de son poids économique, le secteur mérite d’être soutenu comme il faut dans sa démarche vers l’artisanat 4.0».

Lors de la conférence de presse, le président de la Chambre des métiers, Roland Kuhn, a dit: «Ce pacte montre que le gouvernement en général et le ministère de l’Économie en particulier souhaitent valoriser le statut primordial de l’artisanat au sein du tissu socio-économique national. Nous partageons une philosophie et une volonté communes pour dynamiser davantage le développement du secteur».

Le président de la Fédération des artisans, Michel Reckinger, a déclaré: «La signature du pacte par les trois partenaires aujourd’hui marque le point de départ du processus pour préparer l’artisanat luxembourgeois à affronter sereinement l’avenir. Je considère que les progrès à venir en matière de digitalisation représentent une opportunité pour le secteur, et non pas un risque.»

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet