Changer d'édition

Ouverture officielle: Le Freeport, bunker des collectionneurs
Économie 1 5 min. 17.09.2014

Ouverture officielle: Le Freeport, bunker des collectionneurs

Le Freeport Luxembourg a officiellement été inauguré mercredi, à côté du cargo center de l'aéroport. 11.000 m² de stockage d'oeuvres d'art, de vins précieux ou de voitures de collection dans des conditions optimales de sécurité et de conservation. Pour le Luxembourg, une opportunité unique de développer un nouveau secteur économique.

(T.L.) Le Freeport Luxembourg a officiellement été inauguré mercredi, près du cargo center de l'aéroport. 11.000 m² de stockage d'oeuvres d'art, de vins précieux ou de voitures de collection dans des conditions optimales de sécurité et de conservation. Pour le Luxembourg, une opportunité unique de développer un nouveau secteur économique autour des métiers de l'art, de l'expertise ou de la restauration.

Lunettes noires vissées sur le nez et oreillette de téléphone qui lui dessine un physique de garde du corps, Yves Bouvier regarde les murs extérieurs en pierre du Freeport Luxembourg avec satisfaction. A quelques mètres de sa limousine noire qui l'attend près du tapis rouge déployé pour la cérémonie officielle, l'homme d'affaires suisse, principal investisseur de ce projet qui tournera finalement à 65 à 70 millions d'euros, est serein.

Au milieu d'une fourmilière qui s'agite dans la perspective d'accueillir plus de cinq cents personnes pour l'inauguration, il ne doute pas du succès de son projet: 75% de l'espace ont déjà été réservés par les différents opérateurs.

Un système de surveillance de pointe

Autour de ce bâtiment presque austère qui a nécessité 16.400 mètres cubes de béton et 1.700 tonnes d'armatures, des camions lèvent des nuages de poussière pour rendre la route d'accès praticable. Elle devra encore être complètement refaite pour arriver au niveau du Freeport. A l'intérieur, des murs de béton armés, sont capables de supporter quatre tonnes au mètre carré au sous-sol pour les matériaux précieux dans une des quatre salles de 40 à 80 mètres carrés. De lourdes portes en acier isolent chaque collection de couloirs communs surveillés par des caméras et autres détecteurs de présence. A chaque fois, il faut un code et des empreintes digitales pour espérer pouvoir ouvrir la porte.

Chaque salle est isolée des couloirs communs par des portes blindées et des accès sécurisés
Chaque salle est isolée des couloirs communs par des portes blindées et des accès sécurisés
(Photo: Freeport Luxembourg)

Au premier, quatre caves à vins capables d'accueillir jusqu'à 700.000 bouteilles, toutes les quatre réservées par Natural Le Coultre, la société mère de M. Bouvier. Il y est à la fois possible de stocker de grands crûs de blancs à 12 degrés et de rouges à 14 ou 15, avec le taux d'humidité qui convient. L'isolation y a été renforcée et un dispositif permet de supprimer 99% de l'oxygène pour éloigner tout risque d'incendie.

Tout arrivera ici par le tarmac de l'aéroport, en moins de deux minutes, soit par un des six quais d'accueils de camions dans un hall sous haute surveillance des douanes. Un immense scanner permettra de vérifier chaque chose qui entre dans le Freeport et il faudra montrer patte blanche. Les premiers mandataires auront quinze jours pour installer leurs bureaux et réviser la totalité des procédures avant d'accueillir les premiers "objets".

Au total, 60 pièces dont un garage à voitures de collection qui permet de les stocker sur trois niveaux avec un ascenseur spécialement aménagé.

Huit show-rooms pour les collectionneurs

Le Freeport comprendra également deux datacenters de Telecom Luxembourg, un laboratoire d'expertise et un atelier de restauration. Les propriétaires qui voudraient pouvoir montrer leur collection, monter un événement ou vendre l'une ou l'autre pièce, disposeront de huit showrooms particuliers ou d'un show-room de 700 m² dans lequel se déroule la cérémonie d'ouverture en présence du Grand-Duc Henri, du vice-Premier ministre Etienne Schneider, du ministre des Finances Pierre Gramegna et de la ministre de la Culture, Maggy Nagel, et de plus de cinq cents personnes. La pièce a été spécialement été désignée par l'Américaine Johanna Grawunder et l'artiste portugais Vhils.

"Il ne s'agit pas d'un no man's land, comme j'ai pu le lire ici ou là", a dit l'administrateur du Freeport Luxembourg, David Arendt, à la mi-journée. "Nous sommes en territoire luxembourgeois et toutes les lois s'appliquent ici comme ailleurs, dont celles qui concernent la lutte contre le blanchiment. Ce n'est pas non plus un endroit où l'on peut organiser des activités illégales! Aucune transaction ni aucun mouvement ne pourront se faire en dehors du strict contrôle des douanes et en fonction de leurs horaires."

C'est l'une des critiques les plus souvent émises de voir cette zone franche, donc dans laquelle n'est appliquée aucune TVA, permettre de blanchir de l'argent.

Le bâtiment vu, de nuit, depuis un carré qui permettrait une extension en cas de besoin
Le bâtiment vu, de nuit, depuis un carré qui permettrait une extension en cas de besoin
(Photo: Freeport Luxembourg)

Yves Bouvier, lui-même collectionneur d'objets de design, a déjà d'autres projets en tête: "Le Freeport" est désormais une marque déposée sous laquelle figurent ses deux structures, à Luxembourg et à Singapour. La Chine, de plus en plus demanderesse de ce type d'équipement, devrait prochainement accueillir un Freeport de 700.000 m². Il ouvrira aussi le R4, lieu parisien destiné à l'art.

Pour en savoir plus, le site du Freeport.


Sur le même sujet