Changer d'édition

Optimisme prudent sur l'avenir d'ArcelorMittal
Économie 2 min. 12.11.2020

Optimisme prudent sur l'avenir d'ArcelorMittal

Le site de Rodange, tout comme celui de Belval et Differdange, est considéré comme stratégique par ArcelorMittal, car à l'origine de produits à haute valeur ajoutée.

Optimisme prudent sur l'avenir d'ArcelorMittal

Le site de Rodange, tout comme celui de Belval et Differdange, est considéré comme stratégique par ArcelorMittal, car à l'origine de produits à haute valeur ajoutée.
Photo: Lex Kleren/archive
Économie 2 min. 12.11.2020

Optimisme prudent sur l'avenir d'ArcelorMittal

Jean-Michel HENNEBERT
Jean-Michel HENNEBERT
Réunis pour la troisième fois ce jeudi pour évoquer la pérennité de la présence du géant mondial de l'acier au Luxembourg, les partenaires sociaux semblent s'accorder sur la direction à prendre. Mais bon nombre d'interrogations restent encore en suspens.

Contrairement à la tripartite aviation qui est parvenue en quelques semaines à apporter une réponse aux difficultés de Luxair, les discussions autour de la sidérurgie s'annoncent bien plus longues. Car si les partenaires sociaux ont dû, dans un cas, apporter une solution à une situation immédiate, les thématiques soulevées dans l'autre relèvent d'un horizon différent. Mais visent toutes à assurer la pérennité d'une activité sidérurgique au Grand-Duché.


Blick in das Walzwerk von ArcelorMittal in Rodange.
Suite de la tripartite «sidérurgie» le 11 novembre
Gouvernement, représentants d'ArcelorMittal et syndicats se sont retrouvés à la table des négociations ce mardi avec pour enjeu le devenir des 570 salariés du géant de l'acier dont l'emploi est menacé. Cette deuxième rencontre aura une suite dans cinq semaines.

Alors que la direction avait déjà annoncé sa volonté d'externaliser certaines activités et de supprimer près de 15% de ses effectifs, elle a dévoilé jeudi un plan d'investissement qui prévoit une enveloppe globale comprise entre 150 et 200 millions d'euros. Dont «une partie dédiée exclusivement au développement technologique» et «une dizaine de projets de grande envergure», selon Pascal Moisy, porte-parole d'ArcelorMittal Luxembourg. Des projets destinés à assurer le fonctionnement des sites de Belval, Differdange, Rodange, Bissen et Dommeldange, les cinq sites de production ArcelorMittal du pays. 

«Nous ne pouvons pas crier victoire aujourd'hui, car il est encore trop tôt pour y voir clair», estime Stefano Araujo, secrétaire central OGBL, en référence «aux discussions toujours en cours» autour des garanties apportées par la direction du géant mondial de l'acier. Que ce soit le montant précis qui sera réellement investi dans les sites luxembourgeois ou des mesures d'accompagnement social pour les personnes amenées à voir disparaître leur poste. 


Workers move rolls of aluminium at a factory in Zouping in China's eastern Shandong province on April 7, 2018. 
China said on April 6 it is ready to pay "any cost" in a trade war after US President Donald Trump threatened an additional $100 billion in tit-for-tat tariffs on Beijing. / AFP PHOTO / - / China OUT
Le prêt de main-d'œuvre toujours d'actualité
Faire temporairement appel à des renforts venus d'autres entreprises : ce choix avait été boosté lors de la première vague covid. Mais il pourrait bien connaître le même succès au vu du nombre d'infections et de mises en quarantaine perturbant certaines sociétés.

Du côté du LCGB, les interrogations se portent notamment sur l'avenir du site de Dommeldange dont l'activité pourrait être transférée sur les autres sites de production. «Le site se retrouve suspendu à un deal macabre entre délocalisation et valeur foncière attrayante», tonne Robert Fornieri, secrétaire général adjoint. Une vision que ne partage pas Dan Kersch (LSAP), ministre du Travail, qui assure que «cette question ne fait pas partie des priorités à trancher, les discussions portaient plutôt sur les investissements proposés par la direction et leur impact sur la pérennité de l'activité». Et ce dernier de préciser que «cette analyse se fera au sein de groupes de travail».


ArcelorMittal Rodange se positionne pour le deuxième appel d’offres pour les rails du tram, Laminage, Laminoir, Foto Lex Kleren
Quel avenir pour la sidérurgie au Luxembourg?
Syndicats, direction et gouvernement se retrouvent ce mardi après-midi (15h) pour aborder la restructuration chez ArcelorMittal qui envisage de se séparer de 570 personnes. Mais pour les grandes manœuvres, il faudra encore patienter car de nombreuses zones d'ombre demeurent.

Franz Fayot (LSAP), ministre de l'Economie, retient de la réunion de trois heures que «la direction de l'entreprise a reconnu comme stratégiques les sites de Belval, Differdange et Rodange puisque produisant des produits à haute valeur ajoutée». Ce qui fait dire au ministre que les discussions «vont dans le bon sens», même si la direction prévoit toujours une réorganisation des processus de production qui doit aboutir notamment à la suppression de 530 emplois. Si les prochaines réunions des groupes de travail sont prévues pour la fin novembre, une prochaine tripartite pourrait se tenir encore cette année, puisque «tous les acteurs souhaitent avancer», estime le porte-parole d'ArcelorMittal.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Suite de la tripartite «sidérurgie» le 11 novembre
Gouvernement, représentants d'ArcelorMittal et syndicats se sont retrouvés à la table des négociations ce mardi avec pour enjeu le devenir des 570 salariés du géant de l'acier dont l'emploi est menacé. Cette deuxième rencontre aura une suite dans cinq semaines.
Blick in das Walzwerk von ArcelorMittal in Rodange.
Une tripartite sur ArcelorMittal en octobre
Quelques jours après l'annonce du numéro un mondial de l'acier de supprimer plus de 570 emplois, la rencontre entre les représentants syndicaux, la direction et le gouvernement a permis de mettre en place «un premier échange de vue».
Stahlwerk von Arcelor-Mittal in Differdingen
ArcelorMittal veut supprimer 570 postes au Luxembourg
Déjà impacté par un marché volatile, le numéro un mondial de l'acier annonce ce jeudi vouloir mettre en place «des mesures d'économie» au niveau de son personnel. Plusieurs centaines de personnes pourraient perdre leur emploi.
Un jour avec un Couleur-Giesser, Chez Arcelor Mittal, Stahlwerk, Siderurgie, Stahlindustrie a Esch-sur-Alzette, le 06 Decembre 2016. Photo: Chris Karaba
ArcelorMittal réfute la suppression de 260 postes
Au lendemain de l'annonce de Dan Kersch, ministre du Travail, d'une restructuration impactant plusieurs centaines d'emplois sur les sites de Belval et Differdange, le géant de l'acier indique vendredi «ne pas confirmer» les chiffres avancés.
Un jour avec un Couleur-Giesser, Chez Arcelor Mittal, Stahlwerk, Siderurgie, Stahlindustrie a Esch-sur-Alzette, le 06 Decembre 2016. Photo: Chris Karaba