Changer d'édition

Optimisation fiscale «agressive»: Bruxelles épingle le Luxembourg
Économie 2 min. 07.03.2018 Cet article est archivé

Optimisation fiscale «agressive»: Bruxelles épingle le Luxembourg

Optimisation fiscale «agressive»: Bruxelles épingle le Luxembourg

Shutterstock
Économie 2 min. 07.03.2018 Cet article est archivé

Optimisation fiscale «agressive»: Bruxelles épingle le Luxembourg

La Commission européenne va épingler ce mercredi sept pays de l'UE, dont l'Irlande, le Luxembourg ou les Pays-Bas, «qui compromettent l'équité» dans le marché intérieur en favorisant la planification fiscale agressive des entreprises, a annoncé mardi le commissaire européen à la Fiscalité Pierre Moscovici.

AFP - «Pour la première fois, la Commission insiste sur la question de la planification fiscale agressive dans sept pays: la Belgique, Chypre, la Hongrie, l'Irlande, le Luxembourg, Malte et les Pays-Bas», a déclaré M. Moscovici.

«Ces pratiques nuisent à l'équité, empêchent une concurrence loyale dans le marché intérieur et augmentent le fardeau des contribuables européens», a-t-il ajouté.

M. Moscovici doit présenter mercredi l'analyse annuelle de la Commission sur la situation économique et sociale dans les États membres.

Les rapports qui seront publiés sur les sept pays concernés «reposent sur un examen approfondi de leurs règles fiscales et sur des indicateurs économiques pertinents», insiste-t-il.

«Si nous reconnaissons les mesures prises récemment par certains de ces Etats membres pour adapter leur modèle fiscal, il reste manifestement beaucoup à faire», a estimé M. Moscovici. «Nous devons faire en sorte qu'une fiscalité équitable devienne la règle sans exception», a-t-il encore plaidé.

L'évasion fiscale dans l'UE représente selon la Commission un manque à gagner compris entre 50 et 70 milliards d'euros par an.

Les pays concernés appartiennent tous à la zone euro, à l'exception de la Hongrie.

Les accords fiscaux que certains d'entre eux ont passé avec des multinationales ont déjà fait l'objet d'enquête de la part de la Commission, qui les a dans certains cas condamnés à récupérer les «avantages fiscaux indus» qu'ils avaient octroyés.

C'est le cas par exemple de l'Irlande, à qui Bruxelles a demandé en août 2016 de récupérer 13 milliards d'euros auprès d'Apple. Le Luxembourg, la Belgique ou les Pays-Bas ont également été récemment condamnés ou ont fait l'objet d'enquêtes.

L'UE multiplie depuis plusieurs mois les initiatives pour mettre fin aux pratiques fiscales agressives des multinationales, notamment les géants numériques.

La Commission européenne compte présenter à Bruxelles le 21 mars ses premières propositions sur la fiscalité du numérique, qui doivent être évoquées par les chefs d'Etat et de gouvernement de l'UE lors d'un sommet les 22 et 23 mars à Bruxelles.

Elle a également publié récemment une liste noire des paradis fiscaux, qui compte aujourd'hui neuf pays: Bahreïn, Guam, les Iles Marshall, la Namibie, les Palaos, Samoa, les Samoa américaines, Sainte-Lucie ainsi que Trinité et Tobago.

Cette liste a été critiquée par les ONG car elle ne comportait aucun pays européen.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Le Grand-Duché, mais aussi Chypre, la Hongrie, l'Irlande, Malte et les Pays-Bas ont été pointés du doigt mercredi par la Commission européenne pour leurs systèmes fiscaux susceptibles d'«être utilisés par les entreprises qui s'engagent dans une planification fiscale agressive».
European Commissioner for Economic and Financial Affairs, Taxation and Customs Pierre Moscovici readjusts his glasses as he speaks during a press conference on the European semester 2019 package, at the European Commission in Brussels on June 5, 2019. (Photo by EMMANUEL DUNAND / AFP)
La Commission européenne a ouvert lundi une enquête contre le Suédois Ikea, numéro un mondial de l'ameublement, qu'elle soupçonne d'avoir bénéficié d'avantages fiscaux indus de la part des Pays-Bas.
Selon les eurodéputés verts, le géant suédois aurait évité de payer au moins un milliard d'euros d'impôts entre 2009 et 2014.
L'UE a ouvert jeudi une enquête sur un régime fiscal britannique qui favoriserait les multinationales, leur permettant de payer moins d'impôts au Royaume-Uni, une décision qui ressemble à "un signal" en pleine négociation sur le Brexit.
Amazon est l'une des multinationales visées par l'enquête de l'UE.
La Belgique est à son tour soupçonnée de favoriser les multinationales par des pratiques fiscales aussi avantageuses qu'injustifiées, trois mois après le scandale LuxLeaks au Luxembourg et en pleine offensive de l'administration américaine pour empêcher les fleurons de son économie d'échapper à l'impôt.
Le siège de la Commission européenne à Bruxelles
Pratiques fiscales au Luxembourg
La Commission européenne est prête à sanctionner s'il y a lieu le Luxembourg sur ses pratiques fiscales, a affirmé jeudi à l'AFP un de ses porte-parole, alors que sortent des révélations sur des accords fiscaux secrets entre le Luxembourg et 340 multinationales.