Changer d'édition

OCSiAl retarde son projet pour Differdange
Économie 3 min. 19.07.2019

OCSiAl retarde son projet pour Differdange

OCSiAl retarde son projet pour Differdange

Économie 3 min. 19.07.2019

OCSiAl retarde son projet pour Differdange

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Le fabricant de nanotubes de graphène annonce désormais l'ouverture de son usine et centre de recherche à Differdange pour 2022. Initialement, le projet devait entrer en service dès 2020.

En 2017, le plus important fabricant mondial de nanotubes de graphène OCSiAl affirmait son intention d'implanter à Differdange «la plus grande usine de synthèse de nanotubes de graphène du monde». La date de mise en service avancée alors était 2020. Dans un communiqué de presse dévoilé mardi, l'ouverture du site semble décalée de deux ans. 

Au Grand-Duché, OCSiAl a non seulement son quartier général depuis 2012, mais la société internationale est surtout connue pour être l'un des soutiens de l'usine de scooters électriques Ujet, à Foetz, depuis 2017. Le CEO d'OCSiAl Europe, Konstantin Notman, figure d'ailleurs dans l'organigramme du site en tant que directeur de l'innovation.


Présentation dâ??un important projet dâ??investissement industriel / Foto: Steve EASTWOOD
Differdange: OCSiAL investit 100 millions d'euros et crée 200 emplois
D’ici 2020, l’entreprise OCSiAl installera la plus grande production industrielle au monde de nanotubes en carbone à paroi simple au Luxembourg, dans la zone industrielle Hanebësch.

Jusqu'à 200 emplois

En juin 2017, c'est d'ailleurs Konstantin Notman qui, aux côtés d'Etienne Schneider  ministre de l'Economie, avait fait part de la volonté du groupe, d'origine russe, de lancer le «premier train de la plus grande usine de synthèse de nanotubes de graphène du monde» à Differdange.

Tout devait être bâti d'ici 2020, sur la zone industrielle Hanebësch. Les effectifs  à recruter pouvant monter jusqu'à 200 employés.

En plus de cette unité de production, OCSiAl envisageait de lancer un Centre de Recherche & Développement pour accélérer la recherche fondamentale et appliquée sur les nanotubes de graphène. Soit un investissement annoncé d'une centaine de millions d'euros.

Des critères à respecter

Passée la conférence de presse, le dossier a suivi le parcours traditionnel pour ce type d'implantation. De bureaux d'études en contrôles administratifs, de demandes de précisions en rappels de la législation.

 «Au cours des discussions sur le projet, certains critères supplémentaires ont été mis en avant. Cela a amené OCSiAl à la nécessité d'analyses supplémentaires et d'investigations plus approfondies en rapport avec le projet», commente aujourd'hui l'industriel interrogé par la rédaction de Wort.lu

Une valorisation supérieure au milliard de dollars

Sans doute, le groupe veut-il parler d'aménagements à prévoir pour un meilleur respect de normes environnementales. Dans sa réponse, OCSiAl se contente d'annoncer que la firme a dû lancer «une série de recherches supplémentaires et de développements techniques pour s’assurer que l'ensemble du projet sera en parfaite conformité avec la réglementation luxembourgeoise». 

Contacté le ministère de l'Economie n'a pas souhaité réagir à cette annonce de report. 

L'information avait discrètement fait son apparition dans un communiqué de presse où le groupe annonçait par ailleurs une bonne nouvelle. En effet, OCSiAl a annoncé avoir dépassé le milliard de dollars de valorisation cette année, grâce à un rachat de parts. Cette «licorne» - pour reprendre le terme économique en vogue - prévoit son introduction en bourse d'ici 2025.


Sur le même sujet