Changer d'édition

Oak Finance Luxembourg: Bataille de géants entre Mittal, Goldman Sachs et la Banque du Portugal
Avec onze autres investisseurs, Lakshmi Mittal, a investi 835 millions d'euros dans Oak Finance Luxembourg

Oak Finance Luxembourg: Bataille de géants entre Mittal, Goldman Sachs et la Banque du Portugal

REUTERS
Avec onze autres investisseurs, Lakshmi Mittal, a investi 835 millions d'euros dans Oak Finance Luxembourg
Économie 10.04.2015

Oak Finance Luxembourg: Bataille de géants entre Mittal, Goldman Sachs et la Banque du Portugal

Une bataille de géants s'annonce entre, d'un côté, Lakshmi Mittal et Goldman Sachs, et, de l'autre, la Banque centrale du Portugal, au sujet d'un investissement de 835 millions d'euros pour Banco Espirito Santo par Oak Finance Luxembourg, annonce l'agence Bloomberg.

Pas contents, Goldman Sachs, Paul Singer's Elliott management Corp, Lakshmi Mittal, le fonds de pension néozélandais et huit autres investisseurs: jusqu'à décembre, la Banque centrale du Portugal avait décidé que les dettes de Oak Finance Luxembourg seraient transférées dans la "bonne" banque, Novo Banco, créée dans le contexte du sauvetage de la Banco Espirito Santo.

Selon l'agence Bloomberg, la Banque centrale portugaise, qui a injecté 4,9 milliards d'euros dans le sauvetage du géant bancaire portugais, a fait machine arrière et refuse désormais que ces dettes soient assumées par Novo Banco, les reléguant dans la "bad bank".

Pour les douze investisseurs qui avaient réuni 835 millions d'euros dans Oak Finance créée par Goldman Sachs pour aider BES à investir dans une raffinerie au Venezuela, la pilule est évidemment difficile à avaler puisqu'on ignore encore combien ils pourraient y laisser de plumes. Dans un document que Bloomberg a consulté et qui date de mars, les investisseurs réclament le remboursement de 631 millions de dollars.

Dans un communiqué de février, la Banque centrale du Portugal avait indiqué ne pas pouvoir transférer ces avoirs dans Novo Banco car Goldman Sachs posséderait plus de 2% du capital de Banco Espirito Santo, ce que la banque américaine conteste. "La décision de la Banque du Portugal de ne pas restaurer les obligations de Oak Finance à Novo Banco est basé sur des erreurs factuelles et viole les principes de base", a indiqué le porte-parole de la banque, Fiona Laffan, cité par Bloomberg. (T. L.)


Sur le même sujet