Changer d'édition

Où trouver l'argent du revenu de remplacement?
Économie 3 min. 11.02.2021

Où trouver l'argent du revenu de remplacement?

Dan Kersch (à gauche) fait-il cavalier seul ou les ministres de l'Economie (Franz Fayot ici à droite) et des Classes moyennes (Lex Delles) le suivent-ils?

Où trouver l'argent du revenu de remplacement?

Dan Kersch (à gauche) fait-il cavalier seul ou les ministres de l'Economie (Franz Fayot ici à droite) et des Classes moyennes (Lex Delles) le suivent-ils?
Photo : Anouk Antony
Économie 3 min. 11.02.2021

Où trouver l'argent du revenu de remplacement?

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Entre LCGB, OGBL et UEL, les positions sont loin d'être les mêmes pour assurer aux indépendants en crise l'équivalent d'un chômage partiel. Pas de doute : Dan Kersch a réussi à attiser le dialogue.

Si, comme il l'a dit, le ministre du Travail veut instaurer (sous conditions) un revenu de remplacement en mars, il reste du pain sur la planche. En effet, jeudi, en évoquant l'instauration de cette version inédite du chômage partiel pour les petits artisans ou petits commerçants et plus largement d'autres professions déclarées comme indépendants, Dan Kersch a jeté un pavé dans la mare. Certes, l'ensemble des partenaires sociaux reconnaissent l'urgence d'aider aussi cette catégorie de travailleur. Mais de là à s'accorder sur le mode de financement, le chemin parait encore long. Aussi long que mars est proche!


Politik, Pressekonferenz Dan Kersch, Romain Schneider, Foto: Guy Wolff/Luxemburger Wort
Un revenu de remplacement qui fâche déjà
Dan Kersch, ministre du Travail, a annoncé la mise en place de ce salaire pour les indépendants en crise dès le mois prochain. Mais les représentants du patronat sont furieux du mode de financement envisagé : ils devraient cotiser à une nouvelle mutuelle.

Côté patronat, le nouveau président de l'UEL crie déjà «à l'injustice». En effet, à l'Union des entreprises luxembourgeoises, nul ne souhaite aller dans le sens du ministre. C'est-à-dire faire cotiser les sociétés via la Mutuelle des employeurs, par exemple, pour trouver l'argent nécessaire. «Non, c'est le Fonds pour l'emploi qui doit servir de réserve, martèle Michel Reckinger. Les indépendants cotisent par leurs impôts à ce Fonds, il est donc légitime qu'il leur bénéficie maintenant.»

Un point de vue que l'UEL avait déjà eu l'occasion de partager avec le vice-Premier ministre socialiste. D'où l'étonnement aussi de Michel Reckinger de voir le ministre prendre pour acquis ce qui était un point d'opposition. «Comme il n'y avait aucun accord, il est dommageable qu'il relance ainsi le débat. J'attends donc du Premier ministre qu'il clarifie la position du gouvernement à ce sujet.» Autrement dit à Xavier Bettel de légitimer -ou pas- la sortie de son ministre.

Si c'est non, il faut nous le dire tout de suite !»

Michel Reckinger, président de l'UEL

Une prise de position du chef du gouvernement attendue si possible avant le 23 février, date à laquelle il était prévu que le patronat se retrouve autour de la table avec les ministres Kersch, Franz Fayot (autre LSAP) et Lex Delles (DP). Rendez-vous dont l'ordre du jour indiqué noir sur blanc est justement ''financement par le Fonds pour l'emploi''... «Donc si c'est non, il faut nous le dire tout de suite!»


Arbeiter travail
L'Union étend l'assouplissement des aides d'Etat
Jusqu'au 31 décembre, les pays de l'Union européenne sont autorisés à soutenir avec des fonds publics les entreprises souffrant des conséquences de la pandémie de coronavirus.

Discuter, Patrick Dury en rêve. Pour le président du LCGB, ce nouveau point chaud montre à quel point «il est temps de réunir tous les partenaires sociaux, et pas seulement le patronat». En tant qu'organisation syndicale, nulle contestation autour du «nécessaire soutien qui doit être apporté à des hommes et des femmes véritablement en détresse». Mais sur l'origine même du financement à trouver, lui aussi fait la moue. «Que l'Etat y apporte sa part, je le souhaite. Que le Fonds pour l'emploi soit sollicité pour ce revenu de remplacement, nettement moins».

Côté OGBL, un communiqué précisera la position de Nora Back vendredi. Mais voilà plusieurs semaines que la présidente réclame, elle aussi, que le gouvernement remette en place une tripartite, comme en juillet dernier. Visiblement, le nécessaire consensus devant entourer la mise en place (rapide) du revenu de remplacement pourrait mériter pareil retour de tous à la table des négociations.

«Mais si le Fonds de l'emploi doit être sollicité, plus encore qu'il ne l'est pour le chômage partiel aujourd'hui, alors il faudra aussi parler de la part versée par les employeurs eux-mêmes», souffle le LCGB. Voilà une première base de discussion...

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

De nouvelles aides à venir pour l'Horeca
Quelques heures après la tenue d'une manifestation sur la place d'Armes, le DP annonce que le ministre des Classes moyennes présentera vendredi en Conseil de gouvernement de nouveaux dispositifs. Ces derniers devraient être détaillés lundi prochain.
Lokales, Demo Horesca, Covid-19, Coronavirus, Chris Karaba/Luxemburger Wort
«La priorité est donnée au paiement des aides»
Alors que Lex Delles doit à nouveau rencontrer, ce vendredi, les représentants de la fédération Horesca pour tenter d'apaiser la colère d'un secteur à l'arrêt depuis fin novembre, le ministère des Classes moyennes publie le détail des demandes. Et du timing pour le versement des fonds.
Wirtschaft, Lights on,  de gudde Wëllen, café-concert, Luxemburg, Gastrogewerbe demonstriert in aller Stille, Gastronomen gehen auf die Strasse, gegen Lockdown Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
Coup de pouce supplémentaire pour les indépendants
Alors que la pandémie se poursuit, le gouvernement a annoncé jeudi mettre en place des initiatives complémentaires visant à alléger la charge financière des employeurs et travailleurs indépendants en matière de cotisations sociales.
Les demandes d'indemnisation pourront être faites dès la semaine prochaine.
Les syndicats parlent, Bettel écoute et... à mardi
OGBL, CGFP et LCGB ont pu exposer, jeudi, leurs attentes concernant la sortie de crise à un Premier ministre jusque-là sourd à leurs revendications. Mais écouter n'est pas accepter. Et pour la loi covid-19, chacun en rediscute le 19 mai prochain.
Politik, ITV Xavier Bettel für Europa Tag, Foto. Lex Kleren/Luxemburger Wort