Changer d'édition

Nouvelles perquisitions au sein de Jost Group
Économie 2 min. 19.02.2019 Cet article est archivé

Nouvelles perquisitions au sein de Jost Group

Nouvelles perquisitions au sein de Jost Group

Photo: Archives LW
Économie 2 min. 19.02.2019 Cet article est archivé

Nouvelles perquisitions au sein de Jost Group

La société de transport belge fait à nouveau la Une des médias dans le royaume. 19 camions ont été saisis par la justice belge en charge de l'enquête sur un possible trafic d'êtres humains au sein de l'entreprise, basée à Weiswampach.

Contacté par notre rédaction, le parquet belge confirme bien que 19 camions du  deuxième plus gros transporteur routier du pays ont été confisqués, comme l'avait signalé un peu plus tôt ce mardi matin le journal belge "la Dernière Heure". Un porte-parole du bureau du procureur a également ajouté qu'il «pourrait y en avoir plus», sans toutefois nous révéler de chiffres officiels exacts.


Jost Group Transport Logistics Aubange Belgique Foto: LW-Archiv 2016
Le Groupe Jost suspecté de traite d'êtres humains
Le parquet de Dierkich et le parquet fédéral belge ont mené lundi matin une opération dans 15 entreprises du groupe luxembourgeois de transport et de logistique Jost, suspecté de traite d'être humains et d'organisation criminelle.

La saisie de ces camions est liée aux enquêtes en cours depuis mai 2017. L'allégation concerne un trafic d'êtres humains, du blanchiment d'argent, l'organisation criminelle et la fraude sociale, comme l'a confirmé le parquet belge, ajoutant: «Il se peut que certaines des activités reprochées à l'entreprise se soient déroulées dans ces camions.»

Début mai 2017, le chef de l'entreprise, Roland Jost, avait été arrêté. La société a depuis été dirigée par Eric Demonty. Une audience publique aura lieu le 26 février prochain à Liège.

La société basée à Weiswampach a réagi dans l'après-midi et expliqué que le Tribunal de première instance de Liège «a interdit la saisie illégale de plus de 300 camions souhaitée par le Parquet fédéral. Cette décision remonte au 27 janvier dernier et le Parquet fédéral entend la contester».

Jost Group se dit «consterné par le fait que, dans une tentative manifeste (mais vaine) de déstabiliser la société pour faire peur à ses clients, le Procureur fédéral continue à communiquer à la presse des informations erronées et contraires à la présomption d’innocence, alors même qu’il s’obstine pourtant à lui refuser l’accès au dossier».

 Jost Group demande à la Justice de «confirmer la décision prise précédemment d’interdire la saisie de plus de 300 camions» et prévit qu'il continuera a «réfuté avec vigueur les accusations qui lui ont été portées et continuera à le faire».

Par Mara Bilo, traduction Sophie Wiessler


Sur le même sujet

Dans le cadre de la série de perquisitions menée lundi en Belgique au sein de l'entreprise de transport Jost International, trois personnes ont été placées sous mandat d'arrêt, dont le patron Roland Jost.
Jost Group au Luxembourg
Le parquet de Dierkich et le parquet fédéral belge ont mené lundi matin une opération dans 15 entreprises du groupe luxembourgeois de transport et de logistique Jost, suspecté de traite d'être humains et d'organisation criminelle.
Jost Group Transport Logistics Aubange Belgique Foto: LW-Archiv 2016