Changer d'édition

Nouvelles modalités pour l'octroi du chômage partiel
Économie 2 min. 10.06.2020

Nouvelles modalités pour l'octroi du chômage partiel

Parmi les options validées entre gouvernement et partenaires sociaux pour l'octroi du chômage partiel d'ici la fin 2020, la possibilité pour les entreprises de l'Horeca de licencier jusqu'à 25% de leur effectif.

Nouvelles modalités pour l'octroi du chômage partiel

Parmi les options validées entre gouvernement et partenaires sociaux pour l'octroi du chômage partiel d'ici la fin 2020, la possibilité pour les entreprises de l'Horeca de licencier jusqu'à 25% de leur effectif.
Photo : Guy Wolff
Économie 2 min. 10.06.2020

Nouvelles modalités pour l'octroi du chômage partiel

Jean-Michel HENNEBERT
Jean-Michel HENNEBERT
A l'approche de la fin de l'état de crise, gouvernement, syndicats et patronat ont convenu «d'un commun accord» de maintenir le soutien aux entreprises impactées par la crise sanitaire jusqu'à la fin de l'année. De quatre manières différentes.

Si les discussions sur la situation post-covid-19 seront menées «début juillet» dans le cadre d'une tripartite, gouvernement et partenaires sociaux se sont d'ores et déjà accordés sur l'avenir du chômage partiel. Conformément à ce qui avait été annoncé fin mai, le dispositif sera donc maintenu jusqu'à la fin de l'année, mais prendra de nouvelles formes. Objectif annoncé: «préserver un maximum d'emplois». 

Dans un communiqué commun publié mercredi soir, ministères du Travail et de l'Economie indiquent que «quatre voies possibles» seront désormais offertes aux entreprises impactées par la crise sanitaire. L'une réservée aux entreprises industrielles, une autre dédiée aux secteurs de l'Horeca, du tourisme et de l'événementiel, une troisième pour les entreprises non industrielles et enfin une dernière pour «les sociétés de secteurs vulnérables licenciant plus de 25% de leur effectif» ainsi que «les entreprises voulant procéder à des licenciements».


IPO , Adem , Arbeitslosenzahlen , Arbeitsamt , Konjunktur , Foto: Guy Jallay/Luxemburger Wort
Le devenir du chômage partiel inquiète les syndicats
Avec la fin de l'état de crise, c'est aussi le régime transitoire du chômage partiel qui expire. Une situation qui préoccupe l'OGBL, le LCGB et la CGFP. Ces derniers vont adopter une position commune ce lundi avant de retrouver la table des négociations avec le gouvernement.

La première option prévoit ainsi que les entreprises industrielles «continueront à bénéficier du régime de chômage partiel conjoncturel afin de pouvoir réagir face aux perturbations des marchés internationaux». En échange de quoi elles s'engageront à ne procéder à aucun licenciement pour raisons économiques. 

La voie réservée à l'Horeca notamment autorise les entreprises à avoir recours «au chômage partiel de source structurelle sans limitation du nombre de salariés», ainsi qu'au recours aux licenciements économiques. Mais dans la limite de 25% de leurs salariés jusqu'au 31 décembre 2020. Dans ce contexte, les dispositions sur le licenciement collectif «restent entièrement applicables». A noter qu'une fois les difficultés surmontées, les entreprises ayant licencié du personnel devront réembaucher en priorité leurs anciens salariés licenciés.


IPO,corona Tripartite Senningen. Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
La tripartite se décide dans l'après-midi
C'est en conseil de gouvernement, ce mercredi, que le Premier ministre choisira (ou non) de rassembler les partenaires sociaux. Mais au sortir de leur rencontre avec Xavier Bettel, OGBL, LCGB et CGFP étaient optimistes sur une prochaine rencontre possiblement dans la première quinzaine de juillet.

La troisième possibilité à destination des entreprises non industrielles et qui ne sont pas actives dans les secteurs vulnérables permet l'accès «par la voie accélérée» au chômage partiel à condition de ne pas licencier. Mais dans la limite de 25% des effectifs pour juillet-août, 20% pour septembre-octobre et 15 pour novembre et décembre. 

Enfin, les demandes émanant des entreprises des secteurs vulnérables licenciant plus de 25% de leur effectif et celles voulant effectuer des licenciements devront obligatoirement présenter une demande de chômage partielle traditionnelle. Car l'accord conclu entre gouvernement, syndicats et patronat prévoit que le soutien financier ne sera accordé qu'aux entreprises ayant établi un plan de restructuration.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Le patronat salue «un échange constructif»
L'Union des entreprises luxembourgeoises (UEL) a apprécié l'entrevue accordée par Xavier Bettel et sept de ses ministres mercredi matin. Même si rien ne presse encore à ses yeux, l'organisation patronale se dit prête à participer à une tripartite.
IPO,corona Tripartite Senningen. Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
La tripartite se décide dans l'après-midi
C'est en conseil de gouvernement, ce mercredi, que le Premier ministre choisira (ou non) de rassembler les partenaires sociaux. Mais au sortir de leur rencontre avec Xavier Bettel, OGBL, LCGB et CGFP étaient optimistes sur une prochaine rencontre possiblement dans la première quinzaine de juillet.
IPO,corona Tripartite Senningen. Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
Le devenir du chômage partiel inquiète les syndicats
Avec la fin de l'état de crise, c'est aussi le régime transitoire du chômage partiel qui expire. Une situation qui préoccupe l'OGBL, le LCGB et la CGFP. Ces derniers vont adopter une position commune ce lundi avant de retrouver la table des négociations avec le gouvernement.
IPO , Adem , Arbeitslosenzahlen , Arbeitsamt , Konjunktur , Foto: Guy Jallay/Luxemburger Wort