Changer d'édition

Nouvelle ère pour le régulateur: Le directeur de la CSSF sur le départ
Économie 2 min. 22.08.2015

Nouvelle ère pour le régulateur: Le directeur de la CSSF sur le départ

Le directeur général de la CSSF quittera son poste le 1er janvier prochain

Nouvelle ère pour le régulateur: Le directeur de la CSSF sur le départ

Le directeur général de la CSSF quittera son poste le 1er janvier prochain
Gerry Huberty
Économie 2 min. 22.08.2015

Nouvelle ère pour le régulateur: Le directeur de la CSSF sur le départ

La commission de surveillance du secteur financier s'est mise en quête d'un nouveau directeur général et de deux directeurs.

par Thierry Labro

«Appel à candidatures pour le poste de directeur général et pour deux postes de directeurs de la Commission de surveillance du secteur financier (CSSF)». S'adresser à la direction de l'administration du ministère des 
Finances. 

Sur le site internet de 
la CSSF, au milieu des postes vacants de superviseurs, de risk managers ou de juristes, le régulateur bancaire luxembourgeois cherche aussi une nouvelle direction, précisément trois des cinq postes de directeurs que prévoient ses statuts. 

Assermenté le 30 mai 2009 par le ministre du Trésor, Luc Frieden, dont il est réputé proche, le directeur général de la CSSF, Jean Guill, partira à la retraite le 1er janvier 2016. Comme Andrée Billon. 

L'ancien directeur du Trésor n'aura pas eu un mandat de tout repos avec la mise en oeuvre de toute la nouvelle régulation bancaire européenne née des crises économique et financière qui avaient précédé son arrivée à ce poste pour succéder à Jean-Nicolas Schaus, arrivée dictée par des considérations «diplomatiques» au moment où les questions se faisaient de plus en plus pressantes autour du rôle joué par UBS dans l'affaire Madoff. 

Depuis son arrivée, les effectifs du régulateur ont presque doublé passant de 322 à 580 employés et cette boulimie opérationnelle devrait se poursuivre face à l'entrée en vigueur des mécanismes de surveillance unique, des nouvelles règles prudentielles et de l'accroissement des volumes et et de la complexité des produits financiers. Autant de sujets qu'il connaît bien pour avoir notamment été membre du conseil d'administration de l'«European Securities and Markets Authority» de fin janvier 2011 à fin octobre 2014. 

Grand patron ou directeur 
d'une grande administration 

A ce poste stratégique, le gouvernement, lancé dans une opération de réhabilitation de l'image du pays après le scandale du LuxLeaks et qui participe désormais à tout ce que la planète compte de forums sur l'éthique, va devoir trouver la perle rare pour cette énorme et complexe entreprise qu'est désormais la CSSF, lancée malgré tout dans une petite cure d'amaigrissement de ses frais de fonctionnement... 

 D'ici dix jours, elle pourra enfin prendre possession de son nouveau siège, de l'autre côté de la route d'Arlon où elle est installée, pour réunir ses effectifs en un seul endroit. Seulement les 12.000 m2, construits par Drees&Sommer, ne tarderont pas à afficher complet: ils ont été pensés pour 660 personnes «seulement». La direction avait déjà laissé sous-entendre qu'elle cherchait à louer d'autres locaux pour pallier cette difficulté à venir. 

Le profil recherché, ancien dirigeant d'une grande entreprise ou d'une importante administration de l'Etat, passera par le filtre du dossier, d'un examen écrit puis oral, dit l'annonce. Et devra avoir le sens des relations publiques. 

Les recalés pourront essayer un autre poste très sensible et surtout marqué au sceau de la discrétion: l'administration des biens du Grand-Duc cherche un secrétaire général. Il devra remplacer le conseiller économique Christian Billon, arrivé en 2013. Une fonction tout aussi particulière.


Sur le même sujet

Panama Papers: Claude Marx rejette les nouvelles accusations
Le directeur de la Commission de surveillance du secteur financier était bien plus impliqué dans le scandale financier des «Panama Papers» que prétendu jusqu'ici a révélé mardi la «Süddeutsche Zeitung». Ce mercredi, Claude Marx, nie avoir agi dans une «fonction personnelle» pour une société offshore, mais seulement comme «signataire autorisé» au nom de HSBC, son ancien employeur.
Claude Marx en avril 2016 lors d'une interview avec le LW citée par Süddeutsche Zeitung hier