Changer d'édition

Nouveau revers pour Google devant la justice européenne
Économie 2 min. 10.11.2021
Internet

Nouveau revers pour Google devant la justice européenne

A priori, la fonctionnalité Google shopping n'était pas si impartiale dans ses études comparatives de prix.
Internet

Nouveau revers pour Google devant la justice européenne

A priori, la fonctionnalité Google shopping n'était pas si impartiale dans ses études comparatives de prix.
Photo : AFP
Économie 2 min. 10.11.2021
Internet

Nouveau revers pour Google devant la justice européenne

Le tribunal de l'Union européenne a rejeté le recours du géant américain de l'internet. Confirmant, mercredi, une amende de 2,4 milliards d'euros pour pratiques anticoncurrentielles sur le marché des comparateurs de prix.

(AFP) - Oui, Google a bien «abusé de sa position dominante en favorisant son propre comparateur de produits par rapport aux comparateurs concurrents». C'est en ces termes que la firme s'est vu confirmer l'amende infligée par la Commission européenne, en juin 2017. Une amende qui, à l'époque, avait constitué un montant record pour une sanction infligée à une entreprise. Ce dossier est l'un des trois gros contentieux ouverts par Bruxelles à l'encontre du géant américain des moteurs de recherche.


Google assoit encore son emprise sur la Belgique
En annonçant mardi investir plus de 500 millions d'euros dans un projet d'extension de son site de Saint-Ghislain et en faisant état de l'achat d'un terrain près de Charleroi voué à accueillir un data center, le géant américain impose sa marque de l'autre côté de la frontière.

La Commission, gardienne de la concurrence au sein de l'UE, accuse Google d'avoir abusé de sa position dominante dans la recherche en ligne pour favoriser son comparateur de prix Google Shopping dans 13 pays européens. De quoi lui assurer, selon les magistrats européens, une position hégémonique en rendant ses concurrents moins visibles pour les consommateurs.

Google Shopping a bénéficié «d'une présentation et d'un positionnement privilégiés» tandis que les résultats des comparateurs concurrents étaient relégués dans les pages de résultats de recherches «par le biais d'algorithmes de classement», a indiqué le tribunal en rendant sa décision. «Google reste en défaut de démontrer des gains d'efficience liés à cette pratique qui compenseraient ses effets négatifs pour la concurrence», a-t-il estimé.

«C'est un bon jour pour la concurrence sur les marchés numériques. Ce verdict envoie un signal clair que même les entreprises du Big Tech ne peuvent pas faire ce qu'elles veulent. Les règles sont les règles, même pour Google», a réagi Markus Ferber, député européen, porte-parole pour les affaires économiques du Groupe PPE (droite).

L'affaire constituait un test majeur pour la commissaire à la Concurrence, Margrethe Vestager, qui avait subi l'an dernier un échec retentissant devant la justice européenne face à Apple, dont elle dénonçait les avantages fiscaux en Irlande.


(FILES) In this file photo Christopher Edwards of Chesapeake Beach, Maryland, holds up a memorial to those who died of Covid-19, including his grandmother Brenda Meadows, as demonstrators hold a rally to call on US President Joe Biden to commit to a global coronavirus vaccination plan that includes  sharing vaccine formulas with the world to help ensure that every nation has access to a vaccine, on the National Mall in Washington, DC, May 5, 2021. - America's latest coronavirus wave, driven by the hyper-contagious Delta variant, has left vaccinated people seething at the unvaccinated for prolonging the pandemic and ensuring the return of restrictions rather than the carefree summer they were promised. "It's almost like they don't care about the rest of the world. They're being selfish and self-centered," Alethea Reed, a 58-year-old health care administrator in the capital Washington told AFP.On July 29, 2021, President Joe Biden announced the country's millions of federal workers would need to either get vaccinated or submit to regular tests and wear masks, following similar steps taken by California and New York. (Photo by SAUL LOEB / AFP)
Uber, Google, Facebook imposent le vaccin à leurs employés
Les trois géants emboîtent le pas à Joe Biden. Le président américain a notifié aux quatre millions d'agents fédéraux l'obligation de venir travailler soit vaccinés, soit testés et masqués.

Selon des experts, cette décision pourrait encourager Bruxelles à ouvrir de nouvelles procédures ciblant d'autres activités de Google notamment dans le domaine des locations de vacances ou des annonces d'emplois pour des griefs similaires.

Dans une autre affaire, Google a contesté fin septembre devant la justice européenne une amende record de 4,3 milliards d'euros infligée en juillet 2018 par Bruxelles au sujet de son système d'exploitation Android pour téléphones mobiles, accusé d'asseoir la suprématie de son moteur de recherche et de son navigateur Chrome.

8,2 milliards d'euros réclamés

La Commission européenne avait aussi sanctionné Google d'une amende de 1,5 milliard d'euros en mars 2019 pour des pratiques anticoncurrentielles de sa régie publicitaire AdSense.

Au total, la Commission réclame donc au groupe de Mountain View (Californie) quelque 8,2 milliards d'euros, en additionnant les trois procédures, ce qui en fait l'une des firmes les plus lourdement sanctionnées par Mme Vestager.


Sur le même sujet

Le géant américain de l'internet contre l'UE: la bagarre dure depuis 2010. Ce mercredi, elle se déplace devant les juges européens, où l'Américain, mis trois fois à l'amende pour abus de position dominante, se défendra devant la justice.
Au total, Google s'est déjà vu infliger 8,25 milliards d'euros d'amende par la Commission européenne
La Commission européenne a infligé mercredi pour la troisième fois en moins de deux ans une forte amende au géant américain de l'internet, l'accusant de nouveau de pratiques anticoncurrentielles dans l'UE.
ARCHIV - 08.05.2018, USA, Mountain View: Das Logo von Google an der Fassade des Hauptsitzes des Mutterkonzerns Alphabet. Google will mit einem Streaming-Dienst für Videospiele ins Games-Geschäft einsteigen. Foto: Christoph Dernbach/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
La Commission européenne s'apprête à infliger la semaine prochaine une nouvelle sanction au géant américain pour abus de position dominante, cette fois-ci concernant sa régie publicitaire AdSense.
Margrethe Vestager, Member  of the EC in charge of Competition,  read out of the college meeting
La Commission européenne passe à l'offensive
La Commission européenne est passée à l'offensive contre Google, accusant le géant américain d'abus de position dominante dans la recherche sur internet, ce qui pourrait lui valoir une gigantesque amende de 6 milliards de dollars.
Margrete Vestager, commissaire européenne chargée de la Concurrence. (Photo: AFP)