Changer d'édition

«Nous avons atteint notre vitesse de croisière»
Économie 5 min. 12.11.2019

«Nous avons atteint notre vitesse de croisière»

Marco Houwen, fondateur de LU-CIX, préside à l'organisation des Luxembourg Internet Days.

«Nous avons atteint notre vitesse de croisière»

Marco Houwen, fondateur de LU-CIX, préside à l'organisation des Luxembourg Internet Days.
Photo: Julian PIERROT
Économie 5 min. 12.11.2019

«Nous avons atteint notre vitesse de croisière»

Marc AUXENFANTS
Marc AUXENFANTS
Mardi et mercredi, LU-CIX, le nœud de transit Internet au Luxembourg, organise ses Luxembourg Internet Days, à la Chambre de Commerce de Luxembourg. Marco Houwen, président fondateur de LU-CIX présente les points forts de cette édition 2019.

Marco Houwen, quels seront les grands moments de ces 6es Luxembourg Internet Days?

Marco Houwen - «La première journée de l’événement sera axée sur les défis sécuritaires, que sont les cyberattaques, l’espionnage industriel, ou encore la confidentialité des données. Dans un monde qui tend à la fois vers l’hyperconnectivité des hommes et des machines, la sécurité des réseaux et des environnements cloud est en effet devenue un enjeu vital. Mercredi sera consacré aux défis de l’e-commerce et de la digitalisation.

Comment ces sujets seront-ils traités?

«Ils seront abordés de manière pragmatique et technique, au cours de présentations, de tables rondes et de sessions de formation, qui feront intervenir des experts de différents horizons. Ces derniers apporteront leur éclairage sur ces questions fondamentales. Plus de 50 exposants, quelque 1.200 personnes et 450 sociétés sont par ailleurs attendus.

Plus de 50 exposants, quelque 1.200 personnes et 450 sociétés sont attendus pour cette édition 2019 des Luxembourg Internet Days.
Plus de 50 exposants, quelque 1.200 personnes et 450 sociétés sont attendus pour cette édition 2019 des Luxembourg Internet Days.
Photo: Anouk Antony

Il y aura une quarantaine de discours liminaires, de tables rondes, d’études de cas... Quel sera le fil rouge de l’événement?

«Nous avons choisi la direction stratégique de l’événement autour d’une journée orientée sur nos membres et sur leurs besoins de sécurité et de cloud. Avec des sessions très techniques, ouvrant l'horizon des participants. Nous organisons aussi la sous-conférence Luxembourg Network Operative Groups (LUNOG), avec des experts des réseaux qui se rencontreront et discuteront sur les meilleures pratiques. Tandis que la thématique de mercredi sera dédiée à des problématiques plus larges autour de l’Internet, comme la digitalisation, où les sociétés peuvent rencontrer.

Les Luxembourg Internet Days en sont à leur 6e édition: qu’est-ce qui a changé depuis leurs débuts?

«Désormais, nous comprenons mieux le besoin de l’écosystème ICT. Nous-mêmes, nous nous sommes professionnalisés au fil des ans. Nous avons en effet pris de l’ampleur et mis sur pied une équipe dédiée à l’événement. Nous sommes à l’écoute de nos membres, visiteurs et exposants. Aussi, nous pouvons chaque année proposer des thématiques qui répondent à leurs attentes. Tout en continuant à nous concentrer sur notre cœur de cible, à savoir le monde professionnel et ses défis. Désormais, nous avons atteint notre vitesse de croisière, comme lorsqu'on crée une société. Une fois entrés dans cette logique de croisière, nous pouvons élever le débat, et mieux nous concentrer sur les problématiques. C’est ce que nous faisons aujourd’hui. Et nous sommes vraiment fiers d’en être arrivés là.

 La cybersécurité est une thématique très ambivalente  

La France est l’invitée d’honneur de cette sixième édition. Pourquoi ce choix?

«C’est d’abord la proximité géographique. L’occasion pour la communauté ICT luxembourgeoise de rencontrer des acteurs et décideurs français du secteur. Nous travaillons déjà beaucoup avec les régions lorraine et alsacienne. Il s’agit aussi de rassembler les écosystèmes de la Grande Région. Une bonne partie de notre infrastructure réseau de fibre optique passe déjà chez nos voisins de ces deux régions, via Metz et Strasbourg, vers Paris et Francfort. Notre décision fait aussi suite à l’Appel de Paris, lancé l’année dernière par le président français Emmanuel Macron.

LU-CIX a signé cet Appel, pourquoi?

«C’est un message fort, dans lequel nous croyons et auquel nous avons décidé d'adhérer. C'est avant tout une question de sensibilisation. Nous ne changerons pas le monde, avec cette signature. Et nous en sommes conscients. Cependant, nous voulons faire partie de cette démarche. En l'adoptant, nous sensibilisons ainsi nos membres, et l’écosystème luxembourgeois. La cybersécurité est une thématique très ambivalente, avec des pour et des contre. Sur ce point une ligne directrice est nécessaire. L’Appel de Paris en définit une que nous pouvons suivre.

L’ancien secrétaire d’État français chargé du Numérique,  Mounir Mahjoubi sera présent. Qu’attendez-vous de son intervention ?

«Nous sommes très fiers de le recevoir au Luxembourg. Nous attendons qu’il nous parle des meilleures pratiques en termes de digital, et de celles qu’il a entre autres initiées en France. J’espère également qu’il pourra livrer son point de vue personnel sur ce qui a fonctionné et ce qui n’a pas fonctionné. Et ce d’autant plus librement et avec son franc-parler, maintenant qu’il a quitté le gouvernement… Marc Hansen, le ministre délégué luxembourgeois à la Digitalisation viendra également à l’événement. J’espère aussi qu’il y aura entre eux deux des échanges, qui déboucheront sur des solutions constructives pour notre pays.

Qu'attendez-vous de cette édition 2019?

Plus généralement je m'attends à ce que notre communauté bénéficie de nouveaux savoirs et perspectives. Je souhaite aussi que ces rencontres aboutiront pour les participants à de nouveaux contrats et partenariats d’affaires. 


Sur le même sujet

Bettel annonce un centre contre les attaques DDoS
Le Premier ministre, Xavier Bettel, a annoncé la création d'un centre national de mitigation des attaques DDoS pour les situations de crise, mardi matin à l'ouverture des 9es Luxembourg Internet Days à la Chambre de commerce.
C'est une tradition depuis cinq ans: le Premier ministre vient. Pour faire une annonce.