Changer d'édition

Négociations sur le Brexit: Barnier a vu les lobbys financiers luxembourgeois
Économie 2 min. 05.04.2017

Négociations sur le Brexit: Barnier a vu les lobbys financiers luxembourgeois

Michel Barnier au cours d'un point presse improvisé mardi midi devant l'Hôtel de Bourgogne.

Négociations sur le Brexit: Barnier a vu les lobbys financiers luxembourgeois

Michel Barnier au cours d'un point presse improvisé mardi midi devant l'Hôtel de Bourgogne.
Anouk Antony
Économie 2 min. 05.04.2017

Négociations sur le Brexit: Barnier a vu les lobbys financiers luxembourgeois

Pierre SORLUT
Pierre SORLUT
Lors de son passage à Luxembourg ce lundi, le négociateur en chef de l'Union européenne dans le cadre du Brexit a rencontré les représentants des principaux lobbys financiers du pays.

Par Pierre Sorlut

Lors de son passage à Luxembourg ce lundi, le négociateur en chef de l'Union européenne dans le cadre du Brexit a rencontré les représentants des principaux lobbys financiers du pays. Selon des informations du «Luxemburger Wort», après s'être entretenu successivement avec différents membres du gouvernement et du Parlement, Michel Barnier a entendu les dirigeants de l'ABBL (Association des banques), de l'Alfi (fonds d'investissement) et de l'ACA (assurances).

La réunion n'a pas fait l'objet de publicité, même si l'ancien commissaire aux services financiers a glissé lors d'un point presse improvisé mardi midi qu'il rencontrerait «aussi la communauté économique, très importante au Luxembourg, ainsi que les syndicats». L'échéance n'avait toutefois pas été précisée. Les réunions, auxquelles ont également participé le patronat (UEL et Chambre de commerce) et les syndicats (OGBL, LCGB et CGFP) se sont tenues dans l'après-midi après une rencontre avec le ministre des Finances Pierre Gramegna. Dans la matinée, M. Barnier avait vu le ministre des Affaires étrangères Jean Asselborn, des membres de la Chambre des députés et le Premier ministre Xavier Bettel, avec qui il a déjeuné.

Le patronat également entendu

Au cours des entretiens menés au Grand-Duché, le négociateur de l'UE face au Royaume-Uni a présenté le calendrier des négociations. Elles débuteront de manière effective fin mai après avoir accédé à «l'unité» des 27 sur une feuille de route et des directives des négociations.

Avec les représentants des lobbys et les partenaires sociaux dans l'après-midi, les discussions ont porté sur les conséquences du retrait du Royaume-Uni sur le marché du travail européen. «Ils ont aussi parlé de l'importance de maintenir un level playing field dans tout éventuel accord de libre-échange ultérieur», nous communique un membre du bureau de M. Barnier. «Tout dumping fiscal et social devrait aussi être évité» ont fait valoir les parties prenantes à la discussion, indique encore notre contact. Depuis plusieurs années et concomitamment à l'élaboration de normes internationales sur la transparence financière, le Royaume-Uni baisse significativement son taux d'imposition des sociétés. Une chute plus brutale encore est annoncée depuis le référendum de juin 2016 sur la sortie de l'UE, ce qui inquiète les centres financiers concurrents, notamment ceux qui restent soumis aux contraintes de l'UE.

Une dissociation vraiment?

Depuis la mise en œuvre officielle la semaine passée de la procédure de divorce entre l'UE et le Royaume-Uni, la Commission européenne et les Etats membres insistent sur la nécessité de dissocier les discussions sur le solde de tout compte entre les parties et celles sur un futur accord de coopération. Cela n'empêche visiblement pas le négociateur en chef de sonder les milieux économiques dès son deuxième tour des capitales.

«Je connais l'importance de la place financière de Luxembourg qui est une des principales du monde et d'Europe», a rappelé l'ancien commissaire hier devant l'Hôtel de Bourgogne.


Sur le même sujet

Le Brexit, c'est «la lose-lose»
Pour Michel Barnier, le négociateur en chef de l'UE, le texte de retrait négocié par Theresa May avec Bruxelles est «le seul traité possible pour un retrait ordonné». Des propos qu'il a réaffirmés ce vendredi à Paris, alors que le processus pour la succession de la Première ministre britannique vient de débuter.
Pour Michel Barnier, le négociateur en chef de l'UE, le Brexit n'a aucune valeur ajoutée.
Que changera le Brexit au Luxembourg?
Programmé le 29 mars, le Brexit est dans l'impasse. Ce lundi, Michel Barnier, négociateur de l'Union européenne pour le Brexit, sera au Luxembourg pour un échange de vues avec Xavier Bettel, puis les députés. Que sait-on, à ce stade, sur les effets du Brexit au Luxembourg?