Changer d'édition

Ne brûlez pas vos billets de banque !
Économie 3 min. 18.03.2020 Cet article est archivé

Ne brûlez pas vos billets de banque !

Ne brûlez pas vos billets de banque !

Photo : DR
Économie 3 min. 18.03.2020 Cet article est archivé

Ne brûlez pas vos billets de banque !

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
S'il est recommandé de régler ses achats en carte bancaire, la Banque centrale de Luxembourg veut tordre le coup à une «fake news : non, la monnaie papier n'est pas significativement porteuse du covid-19.

Habituellement, quand la Banque centrale du Luxembourg prend la parole, c'est pour parler «gros sous». Mais en ces temps de pandémie, la BCL a décidé d'évoquer aussi la «petite monnaie» en circulation et plus précisément les billets. Et de se vouloir rassurante : «Rien n'indique que le coronavirus se soit propagé via des billets de banque en euros».   

Et la BCL d'appuyer ses dires sur des recherches menées par l'Eurosystème, organe regroupant la Banque centrale européenne et l'ensemble des banques nationales des Etats ayant adopté l'Euro. Le dispositif mène ainsi régulièrement des études sur l'impact potentiel de la production et de la circulation des billets en euros sur la santé publique, notamment en ce qui concerne les virus. Et ces derniers temps, le coronavirus a été au centre de ses préoccupations.


Le Luxembourg garde sa petite monnaie
Pas question pour le Grand-Duché de se passer des pièces de 1 ou 2 cents, contrairement à l'Irlande ou la Finlande. Le ministre des Finances, Pierre Gramegna (DP) l'a rappelé ce mardi.

Même, l’Institut Robert Koch (établissement responsable du contrôle et de la lutte contre les maladies en Allemagne), a récemment confirmé que «la transmission du virus par des billets de banque n’a pas de signification particulière». 

Il va cependant de soi que des précautions doivent être prises actuellement. Comme pour la grippe saisonnière normale, les gouttelettes respiratoires d'une personne infectée par un virus pourraient en effet survivre pendant une période limitée sur un billet de banque, comme sur tout autre objet. Ainsi, le covid-19 peut rester actif sur des surfaces inertes (métal, verre, plastique) de quelques heures à un jour ou deux. Cela dépendra de la surface, de la température, et de la quantité de virus déposée sur la surface.

La probabilité de contagion avec un virus via un billet de banque est cependant jugée «très faible» par rapport à d'autres surfaces (poignées de porte, rampes, interrupteurs d'éclairage, etc). Même s'il est préférable à toute manipulation, l'emploi d'un terminal de paiement ne dispense pas d'appliquer les règles d'hygiène communes. 

Selon l’Organisation mondiale de la Santé, en se lavant régulièrement les mains au savon ou avec un gel hydroalcoolique, le risque d’être infecté en touchant pièces de monnaie, billets de banque est très infime pour un citoyen ordinaire. Pour les personnels en caisse, il va de soi que la multiplication des contacts accentue le risque de contamination. La protection du gant, d'un masque, et éviter de se toucher le visage fréquemment avec les doigts sont des «gestes barrières» à mettre en place. 

Coronavirus COVID-19 - Affiche
Coronavirus COVID-19 - Affiche


Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

La «movie money» circule au Luxembourg
Depuis le printemps, de nombreux faux billets imprimés pour le 7e Art circulent dans toute l'Europe. 15 cas ont été découverts au Grand-Duché, mais une seule plainte a été déposée.
Facebook pourrait nuire à l'euro
Une forte adhésion à la cryptomonnaie «Libra» annoncée par le géant numérique pourrait nuire à la politique monétaire de la zone euro et à la monnaie unique, a déclaré lundi un haut responsable de la Banque centrale européenne.
(FILES) In this file photo taken on July 4, 2019 in Nantes, shows the logo of the US online social media and social networking service, Facebook. - Facebook said August 28, 2019 it would tighten its rules for political ad spending ahead of the 2020 US elections, notably by requiring more information about who is paying for campaign messages. The move is the latest by Facebook to crack down on efforts to deceive or manipulate users after the social network admitted lapses in the 2016 election. (Photo by LOIC VENANCE / AFP)