Changer d'édition

Mission économique en Corée: Luxembourg en quête de nouveaux partenaires
Comment garer sa voiture sans avoir les mains sur le volant. Une innovation à laquelle le Grand-Duc héritier s'est prêté après un petit briefing. 
PHOTO: GUY WOLFF

Mission économique en Corée: Luxembourg en quête de nouveaux partenaires

Guy Wolff
Comment garer sa voiture sans avoir les mains sur le volant. Une innovation à laquelle le Grand-Duc héritier s'est prêté après un petit briefing. PHOTO: GUY WOLFF
Économie 4 min. 06.10.2014

Mission économique en Corée: Luxembourg en quête de nouveaux partenaires

Le secteur de l'automobile était au coeur de la première vraie journée de promotion en Corée. Point d'orgue de la journée, la visite de l'équipementier Hyundai Mobis, sixième acteur mondial du secteur au cour de laquelle le Grand-Duc héritier et le ministre de l'Economie, Etienne Schneider, ont vanté les qualités du Luxembourg en tant que hub européen.

Le Grand-Duc héritier est assis, tout sourire, au volant d'une Hyundai flambant neuve. Il a les deux mains levées pour montrer qu'il ne touche pas le volant et, pourtant, la voiture se gare sans soucis en marche arrière entre deux autres véhicules. Sur le siège arrière, le ministre de l'Economie discute joyeusement avec l'employé coréen chargé d'expliquer les innovations de la voiture. La scène se passe sur le parking du centre de recherche-développement de Hyundai Mobis, près de Séoul. Elle symbolise bien la façon dont le Luxembourg assure sa promotion pour cette mission économique en Asie. Cette visite incluant à la fois de Grand-Duc héritier et le vice-Premier ministre est un honneur pour l'équipementier coréen, qui a sorti le tapis rouge et toute son équipe dirigeante. Et, en respectant le protocole, la délégation luxembourgeoise maintient un caractère détendu à l'événement, tout en faisant passer les messages qui conviennent.

«Un environnement 
que n'a pas Francfort»

Hyundai Mobis, c'est la branche équipement automobile du géant coréen. Il connaît une forte croissance qui lui a permis d'atteindre la sixième place au classement des équipementiers mondiaux, avec 33,2 milliards d'euros de chiffre d'affaires l'an passé. Il est actif dans les pièces de chassis, les équipements de sécurité, la connectivité et les solutions écologiques. Quatre de ses 46 usines sont en Europe, dont un centre de recherche-développement près de Francfort. C'est ce point qui intéresse particulièrement le ministre de l'Economie Etienne Schneider. Sur un ton badin mais avec des arguments précis, il suggère à Hyundai de penser au Luxembourg pour développer sa branche innovation en Europe. Et ça tombe bien, l'équipementier envisage d'agrandir son site allemand. Le ministre déroule alors un discours bien rodé de promotion: soutien du gouvernement aux innovations, interaction importante entre le monde de la recherche et les entreprises et un environnement fiscal très attractif «que n'a pas Francfort», précise Etienne Schneider.

Après la photo souvenir, le Grand-Duc hériter et le ministre retournent à Séoul, laissant sur place une délégation d'entrepreneurs luxembourgeois du monde de l'automobile venue pour nouer des contacts.

Plus tôt dans la matinée, le prince Guillaume et le vice-Premier ministre avaient inauguré une journée de séminaires économiques dans un grand hôtel de Séoul. L'événement a regroupé quelque 200 participants, dont 140 Coréens. «Le Luxembourg et la Corée ont une stratégie similaire de leur développement économique», a affirmé le Grand-Duc héritier en guise d'introduction. «Elle est fondée sur la saisie de nouvelles opportunités et la volonté d’être toujours créatif.» La délégation luxembourgeoise est là pour vendre le pays et utilise les arguments habituels: porte d'entrée centrale en Europe, stable, sure et à la pointe de la technologie. Avec parfois des statistiques étonnantes mises en avant par le directeur de la Chambre de Commerce, Carlo Thelen: «Le Luxembourg est le plus grand producteur d'acier par habitant au monde ». Après cette présentation générale, les participants se sont repartissent entre trois séminaires, automobile, tourisme et ICT. Dans ce dernier, la tâche semble facile pour les participants luxembourgeois qui vantent les infrastructures les plus compétitives d'Europe, l'accent mis sur la sécurité et la position centrale en Europe. Les questions des entrepreneurs coréens mettent toutefois le doigt sur une lacune du hub luxembourgeois: qu'en est-il du potentiel créatif pour utiliser ces infrastructures. L'opération de promotion se montre quand même productive, avec les traditionnels échanges de cartes de visite à la clé. Demain, la logistique sera à l'honneur avec l'ouverture de la foire internationale TIACA en présence du ministre des Transports François Bausch.

A Séoul, Linda Cortey


Sur le même sujet

Le couple grand-ducal à Paris: une première depuis 40 ans
Le couple grand-ducal, accompagné d'une délégation de ministres luxembourgeois, sera en visite officielle en France en ce début de semaine. Une première depuis 1978. Et pour l'occasion, le Grand-Duc et la Grande-Duchesse sont reçus avec les honneurs à Paris ce lundi.
Le Grand-Duc Henri et la Grande Duchesse Maria Teresa arrivent au Palais de l'Elysée avec le Président Francais Emmanuel Macron et son épouse Brigitte Macron, à Paris, France, le 19 Mars 2018 . Photo: Chris Karaba
Mission économique en Asie: Guillaume est en Corée du Sud
Entrevues politiques, visites d'entreprises,  séminaires économiques...le grand-duc héritier Guillaume est arrivé à Séoul dimanche. Il accompagnera toute la semaine à venir une mission économique luxembourgeoise en Corée du Sud et au Japon.
La mission économique a débuté dimanche par un dîner offert par le consul honoraire du Grand-Duché de Luxembourg à Séoul, Young-Chul Hong, auquel a participé le grand-duc héritier Guillaume, Etienne Schneider, la délégation officielle et la délégation économique.