Changer d'édition

Marriott, une des cinq offres pour l'hôtel Alfa
Économie 2 min. 03.10.2018 Cet article est archivé

Marriott, une des cinq offres pour l'hôtel Alfa

Un an et demi après sa fermeture, l'hôtel Alfa n'est pas près de rouvrir. Un an à un an et demi de travaux seront nécessaires après la reprise.

Marriott, une des cinq offres pour l'hôtel Alfa

Un an et demi après sa fermeture, l'hôtel Alfa n'est pas près de rouvrir. Un an à un an et demi de travaux seront nécessaires après la reprise.
Photo: Guy Jallay
Économie 2 min. 03.10.2018 Cet article est archivé

Marriott, une des cinq offres pour l'hôtel Alfa

Thierry LABRO
Thierry LABRO
Le groupe américain aux 7.204 hôtels de luxe a-t-il une chance de reprendre l'hôtel Alfa à la Gare? Oui, mais son dossier est en concurrence avec quatre autres grands groupes hôteliers et les dés sont loin d'être jetés.

Le groupe hôtelier Marriott serait en passe de reprendre l'hôtel Alfa, annonçaient nos confrères de Paperjam, mardi soir.

Pas si sûr, répond en substance l'administrateur de la société immobilière, Pierre Metzler, mercredi matin. "Ce n'est ni vrai, ni faux. Juste trop agressif", commentait l'ex-avocat devenu notaire en août.

Le représentant du mystérieux propriétaire suisse lui a transmis cinq offres de groupes hôteliers "avec lesquels nous avons signé une clause de confidentialité", explique-t-il.

Chaque dossier porte un projet basé sur une étude de marché et de faisabilité. Les cinq offres seront analysées avant une décision, espérée en fin d'année.

Une fois la décision connue, le repreneur devra consentir de gros investissements et des travaux de un an à un an et demi avant une réouverture pour l'instant programmée en 2020. "L'hôtel n'a pas été entretenu de façon correcte ces dernières années", commente Me Metzler qui a obtenu de la curatrice de la faillite d'Alfa Gestion la possibilité de sortir "de vieux meubles et du débarras" de l'hôtel.


Un an après la fermeture de l’Hôtel Alfa - Photo : Pierre Matgé
Alfa Hôtel, un an après
Un an après sa fermeture surprise, le mercredi 15 mars, le mythique établissement de la gare n'a toujours pas rouvert ses portes. Et ce n'est pas pour demain.

Certains des 73 salariés, eux, ne cachent pas leur amertume: les indemnités qu'ils ont touchées dans le cadre de cette faillite sont plafonnées à six mois de salaire social minimum. Pour les plus fidèles d'entre eux à l'enseigne, qui travaillaient là depuis près de 20 ans, le montant atteint à peine 50% de ce qu'ils espéraient.

Tout comme le propriétaire, ils espèrent que la curatrice récupérera de quoi redistribuer un peu d'argent.

Le 15 mars 2017, au petit matin, des huissiers et Rolphe Reding, le gestionnaire de l'établissement dans lequel les généraux américains Eisenhower, Patton et Bradley descendaient à la fin de la Seconde Guerre mondiale, invitaient les 80 employés à retourner chez eux. On ignore toujours le montant des dettes de sa société à ce moment-là.

 Le chiffre d'affaires de l'hôtel, alors de six millions d'euros annuels, aurait pu atteindre 9 millions d'euros après les rénovations, selon lui.

Le groupe hôtelier américain de luxe Marriott n'est pas présent au Luxembourg, mais compte dix hôtels en Belgique, 19 aux Pays-Bas, 51 en France et 89 en Allemagne.  


Sur le même sujet

Lebenszeichen aus dem Grand Hotel Alfa
Seit mehr als einem Jahr steht das Gebäude gegenüber dem hauptstädtischen Bahnhof verlassen wie ein Geisterhaus. Jetzt prangen Schilder eines Renovierungsunternehmens an der historischen Fassade.
16.3. Gare / Fermeture Hotel Alfa , Gare / Logo Accor wurden bereits entfernt , geschlossene Türen / Hotel u. Brasserie Foto:Guy Jallay