Changer d'édition

Marché pétrolier: Les ventes de carburant confirment leur repli
Les dépôts pétroliers de Bertrange. (Photo: Guy Jallay)

Marché pétrolier: Les ventes de carburant confirment leur repli

Guy Jallay
Les dépôts pétroliers de Bertrange. (Photo: Guy Jallay)
Économie 3 min. 13.02.2015

Marché pétrolier: Les ventes de carburant confirment leur repli

Pas d'embellie en vue pour le marché pétrolier luxembourgeois. En 2014, les ventes de carburants routiers ont baissé de 3,3 % par rapport à l'année précédente. En comparaison avec l'année record de 2005, cette baisse s'élève même à 8,6 %.

(ndp).- Pas d'embellie en vue pour le marché pétrolier luxembourgeois. En 2014, les ventes de carburants routiers ont baissé de 3,3 % par rapport à l'année précédente. En comparaison avec l'année record de 2005, cette baisse s'élève même à 8,6 %, selon le Groupement pétrolier luxembourgeois (GPL), qui a présenté hier les récentes évolutions du marché au Luxembourg.

En 2014, le volume du gasoil non-routier a également diminué. Il a enregistré une baisse de 12 % par rapport à l'année précédente. Seules les ventes de carburéacteur ont connu une évolution positive de 8,5 %, notamment grâce au redressement de l'activité dans le secteur de l'aviation. Malgré des ventes de carburant en repli, le secteur pétrolier continue de jouer un rôle de premier plan dans l'approvisionnement énergétique du pays: il représente en effet deux tiers de la consommation finale d'énergie.

1,10 milliard d'euros pour l'Etat

Par ailleurs, en 2014, le montant total des recettes budgétaires collectées sous forme de taxes sur les carburants s'est élevé à 1,10 milliard d'euros contre 1,30 milliard en 2013. Le secteur emploie 2.500 personnes, dont 2.100 dans les stations-service du pays. En matière d'investissement, le GPL fait savoir que la valeur neuve des 236 stations-service s'élève à environ 500 millions d'euros.

Sur un plan plus politique, le groupement a évoqué le stockage des produits pétroliers au Luxembourg. Il s'est notamment dit «prudent» par rapport aux dispositions de la nouvelle loi votée en janvier dernier. Celle-ci oblige le Luxembourg à avoir des réserves pétrolières pour au moins 90 jours. Le GPL plaide à ce sujet pour le maintien d'un minimum de capacités de stockage sur le territoire national, notamment «pour accueillir les stocks opérationnels de proximité qui contribuent positivement au bon déroulement des approvisionnements». Dans le même ordre d'idées, le GPL a mis en garde contre les risques économiques liés à des projets trop ambitieux en matière de développement du stockage stratégique. Ainsi, selon René Winkin, secrétaire général du GPL, le Luxembourg n'a pas intérêt «à renoncer outre mesure» aux solutions de stockage pétrolier qui sont offertes autour de notre pays et qui offrent de nombreux avantages en termes d'accessibilité et de coûts.

Règles de concurrence

Le GPL souhaite aussi que les nouvelles dispositions de la loi soient associées à des mesures de sauvegarde des règles de la concurrence. Car, selon lui, une non-prolongation des autorisations d'exploitation de plusieurs dépôts pétroliers existants pourrait mener à une situation de quasi-monopole sur ce marché. Le groupement suggère ainsi que la future Agence nationale de stockage puisse réserver les stocks nécessaires sur le territoire national et les refacturer ensuite équitablement aux sociétés pétrolières concernées.

Le groupement pétrolier a également évoqué les enjeux en matière de politique climatique. Une réduction des émissions de gaz à effet de serre de 40 % par rapport au niveau de 1990 est l'objectif que s'est fixé l'Union européenne en octobre dernier. Selon les prévisions du groupement, les ambitions de réduction des émissions de CO2 pour 2030 continueront très probablement à dépasser le potentiel propre à la politique climatique nationale. Il resterait donc un écart à combler. Le GPL aimerait que ce solde soit réalisé sous forme d'acquisition de droits d'émission plutôt que sous forme d'une délocalisation volontaire des ventes de carburants. Une solution jugée beaucoup plus efficace et rentable.


Sur le même sujet

Les vrais-faux 600 millions perdus
La différence entre les fiches techniques et les émissions polluantes réelles des véhicules aurait coûté 600 millions d'euros de trop aux conducteurs luxembourgeois depuis 2000, dit une étude de «Transport et Environnement».
Zum Themendienst-Bericht "Auto/Umwelt/Verbraucher/Ratgeber/" vom 7.Februar: Klimakiller oder Ökomobil? Autofahrer können leicht ausrechnen, wieviel Kohlendioxid ihr Fahrzeug durch den Auspuff bläst. (Die Veröffentlichung ist für dpa/gms-Themendienst-Bezieher honorarfrei.)  +++ +++