Changer d'édition

Marché du travail dans le monde: l'ONU met en garde
Économie 3 min. 31.10.2022
Un ralentissement «brutal»

Marché du travail dans le monde: l'ONU met en garde

Le rapport insiste sur la situation désastreuse de l'emploi en Ukraine, envahie le 24 février par la Russie voisine et soumise depuis à une guerre intense sur son territoire.
Un ralentissement «brutal»

Marché du travail dans le monde: l'ONU met en garde

Le rapport insiste sur la situation désastreuse de l'emploi en Ukraine, envahie le 24 février par la Russie voisine et soumise depuis à une guerre intense sur son territoire.
Photo: Shutterstock
Économie 3 min. 31.10.2022
Un ralentissement «brutal»

Marché du travail dans le monde: l'ONU met en garde

A la guerre qui fait rage en Ukraine sont venues s'ajouter d'autres crises qui pèsent lourdement sur les marchés du travail dans le monde, a averti lundi l'ONU, estimant qu'un ralentissement «brutal» était déjà en cours.

(AFP) - Dans un nouveau rapport, l'Organisation internationale du travail (OIT) avertit que «selon les tendances actuelles, la croissance mondiale de l'emploi se détériorera de manière significative au quatrième trimestre 2022».


Le Luxembourg se dirige tout droit vers la récession
Entre des bonnes et des mauvaises nouvelles, le Statec prévoit également une nouvelle tranche d'indexation pour le premier trimestre 2023.

Face à cette situation qui se dégrade rapidement, «de nouveaux efforts coordonnés à la fois au niveau national et au niveau international seront nécessaires pour s'attaquer à la situation profondément inquiétante de l'emploi au niveau mondial et empêcher un ralentissement général important du marché du travail», a enjoint Gilbert Houngbo, le nouveau directeur général de l'organisation.

La création d'emplois et leur qualité est en baisse, constate le rapport, dans un contexte d'aggravation des crises de l'énergie et de la sécurité alimentaire, de la hausse de l'inflation, du resserrement des politiques monétaires et des craintes d'une récession mondiale imminente. «Les données disponibles suggèrent qu'un ralentissement brutal du marché du travail est déjà en cours», prévient l'organisation.

Il manque 40 millions d'emplois

Au début de cette année, le monde commençait à se remettre du pic de la pandémie, et les taux d'emploi avaient retrouvé ou même dépassé les niveaux d'avant-covid dans la plupart des économies avancées, rappelle l'OIT.

Elle indique que cette hausse était particulièrement apparente dans les professions hautement qualifiées et chez les femmes, mais a averti qu'elle était également due à une augmentation des emplois informels, pour lesquels les protections sociales font généralement défaut. Et la situation s'est aggravée ces derniers mois, souligne l'organisation, qui estime que le niveau des heures travaillées était inférieur de 1,5% au 3ème trimestre à celui d'avant la pandémie, soit un déficit de 40 millions d'emplois à temps plein.


Lokales,Mobilität,Auto,Zug,Tram,Bus,öffentlicher Transport.Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
L'emploi salarié a augmenté de 3,6% en un an au Luxembourg
La progression de l'emploi salarié au Grand-Duché est de 0,8% entre le premier et le deuxième trimestre 2022.

Cette baisse vient se conjuguer à une flambée des prix qui fait baisser le salaire réel dans de nombreux pays. Le rapport insiste sur la situation désastreuse de l'emploi en Ukraine, envahie le 24 février par la Russie voisine et soumise depuis à une guerre intense sur son territoire.

L'inflation devrait y atteindre 30% d'ici la fin de l'année et l'emploi y est inférieur de 15,5% au niveau de 2021, ce qui représente une perte de 2,4 millions d'emplois depuis le début de la guerre. C'est moitié moins que la projection initiale de l'OIT, mais les forces ukrainiennes ont depuis reconquis beaucoup de territoire.

Une reprise fragile

«Cette reprise partielle du marché du travail est modeste et très fragile», souligne l'OIT, ajoutant que le grand nombre de personnes déplacées à l'intérieur du pays et de réfugiés à la recherche d'un emploi en Ukraine et ailleurs «risque de pousser les salaires à la baisse».

Dans le même temps, le rapport estime que 10,4% de la main-d'oeuvre ukrainienne d'avant-guerre, soit 1,6 million de personnes-pour la plupart des femmes-avaient fui en tant que réfugiés vers d'autres pays. Une enquête récente a révélé qu'à ce jour, un peu plus d'un quart des réfugiés ukrainiens avaient trouvé un travail salarié ou indépendant dans leur pays d'accueil, indique l'OIT.

Appel au dialogue social

Examinant la meilleure manière de faire face à la crise, le rapport met en garde contre une simple réaction à la hausse de l'inflation et appelle à un dialogue social approfondi pour mettre sur pied les politiques nécessaires pour contrer les ralentissements du marché du travail.


Virgule , Wirtschaftsminister Franz Fayot Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
«Certaines entreprises feront peut-être faillite»
Dans une interview accordée à Virgule.lu, le ministre de l'Economie passe en revue la situation économique actuelle du pays et ses dossiers en cours.

Les politiques doivent aussi se concentrer sur les implications plus larges sur l'emploi, les entreprises et la pauvreté dans les stratégies de lutte contre la hausse des prix. Le rapport met en garde contre un resserrement excessif des politiques qui pourrait causer «des dégâts injustifiés au niveau des emplois et des revenus à la fois dans les pays avancés et dans les pays en développement».



Sur le même sujet

Luxembourg Stratégie a tenu sa deuxième conférence publique annuelle le 17 et le 18 octobre, avec pour thématique «L’économie réelle: entre fondations & limites biophysique».
«Jobs, jobs, jobs»: la formule qui résonne comme un leitmotiv tient de l’obsession chez Charles Michel. A raison, puisqu’au début de cette législature, le chômage passait pour une calamité en Belgique. Quatre ans plus tard, la situation s’est nettement améliorée, sans que l’on sache vraiment si la création accrue d’emplois est le fruit des mesures gouvernementales ou la conséquence de l’embellie économique que vit le pays.
En un an, plus de 47.000 nouveaux emplois ont été créés en Belgique, un niveau jamais atteint depuis 2011.