Changer d'édition

Maman et chef d'entreprise, le défi des «mompreneurs»
Économie 3 min. 28.07.2022
Entrepreneuriat

Maman et chef d'entreprise, le défi des «mompreneurs»

Pour les «mompreneurs», la clef réside dans l'organisation.
Entrepreneuriat

Maman et chef d'entreprise, le défi des «mompreneurs»

Pour les «mompreneurs», la clef réside dans l'organisation.
Photo: Shutterstock
Économie 3 min. 28.07.2022
Entrepreneuriat

Maman et chef d'entreprise, le défi des «mompreneurs»

Anne-Sophie DE NANTEUIL
Anne-Sophie DE NANTEUIL
Flexibilité de l'emploi du temps, meilleur équilibre ou encore possibilité de vivre de leur passion... L'entrepreneuriat séduit de plus en plus de mamans qui y voient un bon moyen de concilier leur parentalité avec leur carrière professionnelle. Non sans difficultés.

Elles ont donné naissance à deux projets de vie. Le premier, celui de devenir maman, le second, celui d'être cheffe d'entreprise. Celles que l'on surnomme les «mompreneurs» - contraction de l'anglais «mom» et du français «entrepreneur» - sont de plus en plus nombreuses à se lancer. Outre-Atlantique, l'appellation rassemblerait plus de 7 millions d'Américaines.


La belle occasion de la puériculture
L'arrivée d'un bébé est généralement synonyme de dépenses. Pour limiter les coûts - et faire un geste pour la planète - de plus en plus de parents se tournent vers le marché de la seconde main. Ce qui n'a pas échappé aux marques et entreprises qui n'hésitent pas à saisir l'occasion.

Au Luxembourg, le phénomène reste difficile à quantifier, faute de données officielles. Mais s'il n'existe pas de chiffres précis concernant ces indépendantes, le concept n'en séduit pas moins pour autant.

Pour certaines, entreprendre était d'ailleurs une évidence. «Ça m'a été transmis par le cordon ombilical», plaisante Alexandra qui suit le chemin tracé par ses parents et grands-parents. Et c'est à la naissance de son second enfant qu'elle a décidé de se lancer. 

Car pour cette experte en communication, le fait de devenir maman a été décisif. «Je voulais offrir aux autres parents des informations et produits qui pourraient leur faciliter la vie», explique la fondatrice d'Aloha Kids et auteure des guides Quoi de 9?.

Si certaines ont l'entrepreneuriat dans les veines, d'autres ont vu plusieurs de leurs projets avorter. Mais pas de quoi les démotiver pour autant! À l'image d'Emilie qui a laissé à ses ambitions le temps de bien grandir. En 2018, son site Talentueuses.com a ainsi vu le jour, faisant d'elle une heureuse business coach à son compte. 

Une nouvelle vie d'indépendante qui a permis à la jeune femme de retrouver «du sens à [sa] vie», mais aussi et surtout «une liberté dans [son] quotidien». En d'autres termes, de gérer son agenda comme elle l'entend. Un élément qu'elle juge indispensable pour passer du temps en famille. 

Une frontière très fine

Mais travailler à la maison a aussi un revers de la médaille. «Le plus gros défi est de ne pas penser 24h/24 à son activité», confesse Emilie. À en croire, rien de bien différent du salariat, à une exception près, «l'enthousiasme qui peut créer une surchauffe mentale si on ne le cadre pas un minimum», précise-t-elle. 

Car la frontière entre vie professionnelle et vie personnelle peut être mince. Pour Alexandra, les deux vont d'ailleurs «main dans la main». Et pour cause. Passionnée par son activité, la jeune femme affirme n'avoir «pas l'impression de travailler». Mais quand il est question des enfants, ces deux mamans savent mettre des barrières. 

Non, c'est non

Et pour cela, à chacune sa technique. Si Emilie prend toujours le temps de clôturer sa journée «avec [ses] réussites et [ses] points de suivi», Alexandra, elle, mise sur une organisation militaire. «En tant que maman solo, la tenue d'un agenda rigoureux est primordial», explique celle qui réserve ses mercredis après-midi et week-ends à ses enfants et ses amis.


Zu hohe Ansprüche an sich selbst kann Eltern in die Erschöpfung abrutschen lassen.
Burn-out des parents: quand maman n'en peut plus
À Esch, les mamans et les papas peuvent se détendre un moment au Café des parents et les enfants peuvent être tout à fait eux-mêmes. De l'aide est également disponible en cas d'urgence.

Mais encore faut-il s'y tenir. «Le fait d'être maman m'a permis d'apprendre à dire plus facilement non», argue néanmoins Emilie. Un refus sans lien avec sa volonté, mais indispensable pour protéger un agenda «déjà bien rempli». Et à ce jeu, toutes s'accordent sur ce point: la parentalité constitue pour elles un véritable atout.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

L'arrivée d'un bébé est généralement synonyme de dépenses. Pour limiter les coûts - et faire un geste pour la planète - de plus en plus de parents se tournent vers le marché de la seconde main. Ce qui n'a pas échappé aux marques et entreprises qui n'hésitent pas à saisir l'occasion.
À Esch, les mamans et les papas peuvent se détendre un moment au Café des parents et les enfants peuvent être tout à fait eux-mêmes. De l'aide est également disponible en cas d'urgence.
Zu hohe Ansprüche an sich selbst kann Eltern in die Erschöpfung abrutschen lassen.