Changer d'édition

Malgré la crise, le secteur de la construction n'a cessé de grandir
Économie 2 min. 22.02.2022 Cet article est archivé
Travail au Luxembourg

Malgré la crise, le secteur de la construction n'a cessé de grandir

En 2021, il y avait nettement plus d'entreprises dans le secteur de la construction que lors des années précédentes.
Travail au Luxembourg

Malgré la crise, le secteur de la construction n'a cessé de grandir

En 2021, il y avait nettement plus d'entreprises dans le secteur de la construction que lors des années précédentes.
Photo: AFP
Économie 2 min. 22.02.2022 Cet article est archivé
Travail au Luxembourg

Malgré la crise, le secteur de la construction n'a cessé de grandir

Simon MARTIN
Simon MARTIN
On le sait, le secteur de la construction fait face à une grosse pénurie de personnel. Est-ce pour autant que le secteur a connu un nombre croissant de faillites ces dernières années ? Pas forcément.

Le marché de l’emploi s’enflamme ces derniers temps. Toutes les entreprises recherchent de nombreux talents, et ce, rapidement. Parmi les secteurs où l'on réclame le plus de main-d'œuvre, celui de la construction arrive largement en tête. Le secteur fait face à une cruelle pénurie de personnel qui semble s'éterniser. En plus de cette crise de personnel, les chefs d'entreprise ont également dû composer avec une certaine pandémie, de quoi faire craindre plusieurs faillites dans le secteur depuis 2020. 


The numbers mark an increase of 33.7% in the first six months of 2018 Photo: LW
Moins de faillites en 2021 que lors des deux années précédentes
C'est désormais officiel: il y a eu 1.181 faillites déclarées en 2021. C'est moins qu'en 2020 et encore moins qu'en 2019 même si les chiffres restent stables.

Or, il semblerait que ce soit tout l'effet inverse qui se soit produit si l'on en croit les chiffres abordés par le ministre de l'Economie Franz Fayot (LSAP) dans le cadre d'une réponse parlementaire adressée au député André Bauler (DP). Ce dernier se demandait notamment dans quelle mesure la pénurie de matériaux de construction, causée par la pandémie de covid-19, avait impacté le secteur. Il souhaitait également connaître l'évolution du secteur ainsi que la concurrence au sein de celle-ci.

Plus d'entreprises qu'en 2018

Dans une réponse commune du ministre des Classes moyennes, Lex Delles (DP), et de la ministre de la Justice, Sam Tanson (Déi Gréng), Franz Fayot indique qu'en 2021, il y avait nettement plus d'entreprises dans le secteur de la construction que les années précédentes. Chiffres à l'appui, il a notamment expliqué qu'en 2018, il existait 3.748 entreprises de construction au Luxembourg. En 2020, ce chiffre a augmenté à 4.036 et même 4.430 en 2021. 

Forcément, en raison de cette augmentation du nombre d'entreprises, le nombre total d'insolvabilités a augmenté en conséquence. «La part des faillites dans le secteur est restée stable». En effet, 126 «défaillances» ont été recensées dans des entreprises de construction en 2021 contre 114 en 2018


Women run on Falaserna beach on the western coast of Crete island on May 15, 2021. Tourists basked in the warmth, sun and crystal waters of Crete for long-awaited holidays as Greece kickstarted its tourism season after last year's pandemic misery.
Adecco offre des vacances pour booster le marché de l'emploi
C'est ce qui s'appelle un sacré coup de communication, l'agence d'intérim Adecco propose des vacances en Grèce dans l'espoir de recruter davantage d'intérimaires.

Bref, malgré la crise sanitaire et le manque de personnel, le secteur continue de se développer. «Bien que le secteur de la construction ait été impacté par le confinement début 2020 pendant cinq semaines, le commerce s'est montré relativement résistant. La pandémie n'a donc pas eu d'impact substantiel sur le nombre de faillites dans le secteur du BTP», indique Franz Fayot. «Les raisons des faillites sont donc pour la plupart les mêmes qu'avant même la crise du covid: l'insolvabilité et la mauvaise gestion».

Rappelons qu'il y a quelques semaines, le nouveau ministre de l'Emploi Georges Engel (LSAP) soulignait l'évolution constante du marché de l'emploi, d'où l'importance d'avoir des données pour observer les tendances, alors que l'écart entre compétences et offres d'emploi continue de se creuser.  

Une enquête de l'ADEM montrait que ce sont les «compétences transversales» (l'adaptation au changement, la flexibilité, le travail en équipe ou encore la communication) qui sont de plus en plus demandées par les entreprises. Sur 50% des offres analysées, les employeurs recherchaient ces soft skills auprès des candidats.  

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Chaque canton du pays devrait avoir au moins un site de déchargement pour les gravats. Or, ce n'est pas le cas. La ministre de l'Environnement Carole Dieschbourg (Déi Gréng) reste vague.
Bereits nach zwei Jahren war die Bauschuttdeponie in Strassen aufgefüllt: Das angelieferte Material besteht zu 95 Prozent aus Erdaushub und zu fünf Prozent aus Bauschutt.
Pas un secteur d'activité du domaine de la construction n'a échappé à la flambée du coût des matières premières. Résultat, du carrelage à la charpente, toutes les factures grimpent sur l'échelle des prix.
Worldskills, Fliesenleger
Le Luxembourg disposerait de 3.750 hectares de réserve foncière disponible pour des opérations d'habitat. De quoi possiblement assurer un toit pour 300.000 habitants. Sauf que libérer ces terrains s'avère bien compliqué.
ILLUSTRATION - Zum Themendienst-Bericht von Katja Fischer vom 14. Oktober 2021: Ein Haus braucht ein Grundstück, auf dem es gebaut werden kann. Nicht jedes Grundstück ist aber automatisch Bauland. Foto: Christin Klose/dpa-tmn - Honorarfrei nur für Bezieher des dpa-Themendienstes +++ dpa-Themendienst +++