Changer d'édition

Luxport au creux de la vague
Économie 2 min. 30.03.2020 Cet article est archivé

Luxport au creux de la vague

Le site multimodal est à l'arrêt quasi complet depuis près d'une dizaine de jours.

Luxport au creux de la vague

Le site multimodal est à l'arrêt quasi complet depuis près d'une dizaine de jours.
Photo : John Oesch
Économie 2 min. 30.03.2020 Cet article est archivé

Luxport au creux de la vague

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Privé de son principal client et fournisseur, ArcelorMittal, le port de Mertert a vu son activité plonger depuis le début de la crise du covid-19. Son directeur croise donc les doigts pour que la sidérurgie retrouve sa pleine activité.

Arrivé à la tête de Luxport en janvier dernier, voilà Jürgen Helten à la barre d'un site devenu quasi immobile. «Catastrophique», n'hésite pas à résumer le directeur qui ne voit plus face à lui le ballet des trains, poids lourds et péniches qui habituellement anime le seul port marchand du Grand-Duché.  «On tourne à peine à 10% de notre activité classique», commente le chef d'entreprise.

Pour cette semaine, calme plat en vue sur le site multimodal. Ce lundi, tout juste si une dizaine de camions vont venir déposer ou charger des marchandises. Habituellement, plus d'une vingtaine circulent sur les installations. Même horizon désert du côté des amarrages de bateaux. Pour cette semaine, une seule péniche est annoncée alors qu'il n'est pas rare de voir jusqu'à 10 chargements ou déchargements s'effectuer dans le même temps. 

Direction le Findel

A cela une explication principale : ArcelorMittal a considérablement réduit l'activité de ses sites de production au Luxembourg. Résultat, pas d'arrivée de ferraille d'un côté, pas de départ de produits finis de l'autre. «Chaque jour, j'attends le coup de téléphone ou le mail qui m'annoncera LA bonne nouvelle : que les aciéries fonctionnent à nouveau à plein», indique Jürgen Helten. La rumeur veut que cela ne tarde plus. 

En attendant, Luxport a revu totalement la gestion de ses personnels, ceux attachés aux installations portuaires comme ceux intégrés à la filiale de transport routier Lorang ou à ThesiLux. Ainsi, sur les 130 chauffeurs de la maison, 80% ont été placés en chômage partiel. Côté administratifs, la moitié des effectifs bénéficie de cette même mesure. Quant aux employés dédiés à la manutention, ils ont, en partie, déserté les quais et les 5.000 m2 d'entrepôts pour se mettre au service de LuxairCARGO, au Findel.

«Il s'agit d'un contrat de mise à disposition temporaire dans le cadre de l'initiative Jobswitch du gouvernement», relate le directeur de Luxport. Heureux de voir 19 de ses personnels actifs et utiles côté aéroport à l'heure où de nombreux chargements sanitaires arrivent.

En attendant d'avoir à nouveau de quoi les occuper sur les rives de la Moselle, Jürgen Helten prend son mal en patience. «J'en profite pour faire le tour complet et dans le détail des installations, réfléchis à la future organisation. Je ne perds pas mon temps, mais j'ai surtout hâte de réentendre le bruit des camions, des wagons et des grues.» Des décibels qui annonceraient que la sortie de crise est arrivée.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Coup de froid pour les fours Hein
Spécialisée dans l'équipement des boulangeries et produisant essentiellement pour l'export, l'entreprise de Strassen a vu son carnet de commandes se vider brutalement. Pour son directeur, il faut déjà envisager la sortie de crise.
Wi , Strassen , fours Hein , ITV Pierre Thein , Foto: Guy Jallay/Luxemburger Wort
Les décideurs satisfaits du plan de 8,8 milliards
Pour relancer une économie quasiment au point mort, le gouvernement a énoncé mercredi les grandes lignes de son «plan Marshall» doté de près de neuf milliards d’euros. Une initiative saluée par tous les décideurs qui attendent désormais «une mise en œuvre rapide».
4.3. Wi / PK Fedil nach GV /  Rene Winkin Foto:Guy Jallay
Le congé collectif comme prochain chantier
Bloqué depuis le 20 mars, le secteur du bâtiment commence à s'interroger sur l'opportunité d'un nouvel arrêt des chantiers cet été. Pour Roland Kuhn de la Fédération des entreprises de construction, la question devra être posée.
NEW YORK, NY - MARCH 26: Construction workers build a new tower on March 26, 2020 in New York City. Some construction workers building luxury condominiums are being forced to work in the city by their companies, while across the country schools, businesses and places of work have either been shut down or are restricting hours of operation as health officials try to slow the spread of COVID-19.   Eduardo Munoz Alvarez/Getty Images/AFP
== FOR NEWSPAPERS, INTERNET, TELCOS & TELEVISION USE ONLY ==
«Il faut faire le dos rond, ça va passer»
Le conseil sort de la bouche de Franck Fuss, dirigeant notamment de For-Sci-Tech au Luxembourg. Pour lui, le secteur de la construction a une chance de s'en tirer. Sa chance venant du nombre important de chantiers en cours, à finir et tous ceux à venir.
Comment sauver l'économie du pays... en trois points
Les ministres des Finances, de l'Economie et des Classes moyennes ont présenté, mercredi soir, leur plan pour aider les entreprises du pays à passer la crise. Soit 8,8 milliards d'euros répartis entre dépenses d'urgence, report de paiement et aides au crédit.