Changer d'édition

Luxair vole pour... mieux redécoller
Économie 4 min. 26.01.2021

Luxair vole pour... mieux redécoller

Gilles Feith : «2020 aura été une année catastrophique. Mais je suis satisfait que la compagnie ait assumé 30% de son réseau. Et il faut le dire haut et fort "Oui, nous volons toujours"».

Luxair vole pour... mieux redécoller

Gilles Feith : «2020 aura été une année catastrophique. Mais je suis satisfait que la compagnie ait assumé 30% de son réseau. Et il faut le dire haut et fort "Oui, nous volons toujours"».
Photo : Pierre Matgé
Économie 4 min. 26.01.2021

Luxair vole pour... mieux redécoller

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
«C'est stratégique !» Aux commandes de la compagnie aérienne depuis sept mois, Gilles Feith n'en démord pas : «Maintenir tous nos avions au sol coûterait bien plus cher que maintenir une certaine activité, donc des vols.»

Rostock, Oslo... La semaine passée encore, Luxair dévoilait de nouvelles destinations pour les semaines à venir. Comme si rien n'avait changé à l'horizon de la compagnie. Mais n'allez pas croire que le nouveau CEO de la compagnie aux 3.000 salariés est tombé sur la tête. «En moins de 12 heures, Dubaï affichait complet, donc ça marche. On va donc certainement proposer les Emirats jusqu'en mai» Même rush constaté en fin d'année. Du last minute qui n'a toutefois pas réussi à sauver une année que Gilles Feith lui-même qualifie de «catastrophique».


online.fr,  Illustration, Flughafen, Covid 19, Test für die Reisende, Urlaub, Vakanz, Airport, Findel, Ankünfte können auf der Stelle getestet werden  Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
Un test dans les bagages pour les passagers du Findel
A compter de vendredi, les voyageurs arrivant au Luxembourg par avion devront être en possession d'un résultat négatif, sous peine de risquer d'être placés deux semaines en quarantaine. Une mesure valable jusqu'à fin février, indiquent lundi soir Xavier Bettel et Paulette Lenert.

En 12 mois, Luxair a vu le nombre ses passagers piquer du nez comme jamais. Terminant l'année avec 387.370 voyageurs embarqués (contre 1,3 million en 2019). Les différents lockdown ici et là, la peur de la contamination covid en cabine, les changements incessants de règles sanitaires selon les Etats ont bien sûr contribué à cette chute de -72% du trafic passagers. Mais comme le dit le slogan actuel de la compagnie: «Yes we still fly» (trad. «Oui, nous volons toujours»). Une obstination revendiquée.

«Nous afficherons certainement de l'ordre de 150 millions d'euros de perte pour l'entreprise cette année. Mais Luxair est toujours bien sur les écrans radars», se satisfait le directeur général. Et c'est fermement, les deux mains sur le manche, que Gilles Feith entend maintenir la compagnie en l'air. En ayant réussi à tenir près de 30% du réseau prévu, le pilote pense avoir choisi le juste cap.

«D'autres compagnies sont en très grande difficulté, pas nous. Et tout le mérite ne revient pas seulement à la tripartite sectorielle qui a bien répondu à la crise», estime le directeur. En se maintenant dans le ciel, Luxair a rendu service à des milliers de personnes «qui, je le sais, nous en sont reconnaissantes. Et puis, nous n'avons pas fait flamber nos tarifs -au contraire. Il n'était pas question que le client paye une surcompensation de la crise. Nous avons aussi changé l'ADN même de nos offres, en misant sur la flexibilité que nous procure notre petite taille et le fait de disposer d'appareils de moindre capacité». La flotte de De Haviland Q400 s'avérant alors particulièrement adéquate pour des jauges plus restreintes.

Alors oui quand Easyjet ou Ryanair refusaient de décoller du Findel vers Londres cet hiver, Luxair l'a fait. Oui quand il faut proposer plus de possibilités d'évasion aux résidents, Luxair révise la liste de ses points de chute «en étant plus ponctuel, mais en ciblant bien les attentes». La liaison aller-retour vers Belgrade, proposée depuis peu, ravira ainsi certainement une partie de la communauté serbe du Grand-Duché. «En fait, nous stimulons la demande avec notre enthousiasme.»

Indiscutablement, Gilles Feith aura apporté ce souffle qui a aidé à franchir les trous d'air 2020. Avec quelques coups médiatiques, comme ce relooking d'appareils signé Sumo. Mais son engagement va bien au-delà «Quand je me réveille, je sais que j'ai cette responsabilité sur les épaules : une compagnie et ses diverses branches (airlines, cargo, tours, catering...), 3.000 employés, leur famille, les passagers... Je regarde les taux de remplissage des appareils, ensuite j'attrape sur Twitter les derniers événements qui peuvent bouleverser la journée et j'essaye de penser à la meilleure façon d'aller plus loin», jure celui dont la venue avait soulevé quelques controverses au printemps dernier.


Sumo s'envoie en l'air grâce à Luxair
La compagnie aérienne prend des couleurs cet été grâce au grapheur luxembourgeois. Sa patte multicolore va maintenant décoller et être visible dans le ciel de toute l'Europe grâce à deux engins au fuselage entièrement redécoré.

Sans fausse modestie, le dirigeant préfère saluer «l'engagement des équipes dans tous les coups durs passés». Mais la compagnie aura pu aussi s'appuyer sur le solide CV de son patron de 44 ans. Un cursus professionnel, passant du poste d'audit consultant chez Arthur Andersen à la haute fonction publique (Post, Centre des technologies de l'information de l'Etat ou ministère de la Défense) lui donnant des ailes suffisamment solides pour supporter les turbulences actuelles.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

«Tout ne va pas dans la bonne direction» pour Luxair
Vacances de Pâques obligent, la compagnie aérienne connaît un pic d'activité et fait faire des rotations à ses huit Boeing.Une première depuis un an. Mais cette parenthèse ne permettra pas d'effacer le passif, selon les perspectives dressées par Gilles Feith, CEO de Luxair.
Ganze Luxair Flotte wegen coronavirus am Boden - Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort
Dès vendredi, nouvelles règles à l'atterrissage
Jusqu'à fin février, il faudra que tout passager débarquant au Findel présente au moins un test covid négatif. Mais ce mode s'adaptera en fonction des contaminations des pays de départ des voyageurs, y compris ceux venant d'Europe.
WI,Flughafen Luxemburg,Findel.Covid19 Test im Flughafen,Ankunft.Corona.Luxairport, Foto:Gerry Huberty/Luxemburger Wort
Luxair vole au secours du tracing
Privés d'activité dans l'aérien, 68 personnels de la compagnie aérienne ont été mis à disposition de la Helpline covid et du service d'appel aux personnes contacts. Un renfort plus que bienvenu.
Lokales, Findel, Direction de la santé neues Gebäude Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
Bausch s'explique sur le «tour d'honneur» de l'A400M
Avant de gagner sa base belge de Melsbroek vendredi, le nouvel Airbus de l'armée luxembourgeoise s'est offert quelques «détours» dans le ciel belge. Le ministre de la Défense justifie cette dépense de carburant jugée «inutile» par le député Marc Goergen.
Cérémonie d’accueil de l’avion de transport A400M à l’aéroport du Findel - Foto : Pierre Matgé/Luxemburger Wort