Changer d'édition

Liberty Steel Dudelange pourrait reprendre à 100%
Économie 2 min. 31.08.2021
Industrie

Liberty Steel Dudelange pourrait reprendre à 100%

Les salariés du site pourront tous reprendre leur activité, un quart étant depuis plusieurs mois au chômage partiel.
Industrie

Liberty Steel Dudelange pourrait reprendre à 100%

Les salariés du site pourront tous reprendre leur activité, un quart étant depuis plusieurs mois au chômage partiel.
Photo: Anouk Antony
Économie 2 min. 31.08.2021
Industrie

Liberty Steel Dudelange pourrait reprendre à 100%

Selon le groupe GFG Alliance, l'usine luxembourgeoise devrait de nouveau fonctionner à plein régime au mois d'octobre. Des «bruits de couloir» au vu des carnets de commande, selon le principal syndicat du site.

(m.d. avec MeM) Alors que son avenir était encore incertain à la mi-juillet, l'horizon semble s'éclaircir pour l'usine de Liberty Steel de Dudelange. Le site sidérurgique devrait à nouveau fonctionner au maximum de ses capacités dès le mois d'octobre. C'est en tout cas ce qu'a indiqué le groupe GFG Alliance ce mardi au Luxemburger Wort.


Galati Liberty Steel
Le sort de Liberty Steel reste incertain
85 des 220 postes du site de Dudelange bénéficient actuellement du chômage partiel et les salaires de juillet-août semblent assurés, a informé le ministre de l'Economie. Mais le devenir de l'usine continue de préoccuper Franz Fayot.

Mais côté syndicat, le doute persiste encore. «Au vu des carnets de commande et du volume de production, nous n'avons pas de vision au-delà du mois de septembre», indique Robert Fornieri, secrétaire général adjoint du LCGB. Pour lui, ces déclarations ne sont encore «que des bruits de couloir» et les employés «n'ont pas eu de réelle confirmation» d'une reprise de cette envergure.

La Roumanie livrera

«Il faudrait pour cela que Liberty Steel ait trouvé de nouveaux financiers», souligne le représentant syndical. Interrogé à ce sujet, GFG Alliance n'a pas fait de commentaire. Selon le groupe sidérurgique, les 200 postes de l'entreprise (rachetée à ArcelorMittal) devraient être pleinement opérationnels dans un peu plus d'un mois, signant la fin du chômage partiel qui s'appliquait encore à un quart de ses effectifs. Le site de Liège serait également concerné par cette reprise de l'activité.

Cette reprise à plein régime de la production serait notamment possible grâce à la restructuration opérationnelle menée au cours de l'été par GFG Alliance. Ainsi, Liberty Galati devrait approvisionner l'usine de Dudelange depuis la Roumanie. Forte d'un chiffre d'affaires de 359 millions d'euros et d'un bénéfice brut de 52 millions au cours du dernier trimestre, la plus grande aciérie roumaine a également relevé son objectif de production pour 2021, ce qui lui permettrait d'honorer ses livraisons belgo-luxembourgeoises.


L'aciérie de Dudelange deviendra «roumaine»
Pour assurer son avenir malgré la faillite de son principal créancier, le groupe Liberty Steel annonce ce lundi se restructurer. Le site luxembourgeois et son homologue de Liège intégreront l'entité basée en Roumanie.

Un dispositif bénéfique financièrement pour le groupe mais qui tranche avec sa volonté affichée de produire «un acier vert», en réduisant notamment ses émissions carbone. Avec un fournisseur et un producteur situés à plus de 2.000 kilomètres de distance l'un de l'autre, difficile pour GFG Alliance de tenir cet engagement.

Quoi qu'il en soit, cette reprise de l'activité permettrait au site luxembourgeois de reprendre espoir en son avenir. Rachetée en 2019, l'usine de Dudelange est sur le fil du rasoir depuis mars 2021 après la chute de Greensill au Royaume-Uni, principal bailleur de fonds de GFG Alliance.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

L'activité de l'aciérie de Dudelange tourne toujours au ralenti, et le chômage partiel concerne encore de nombreux employés. Le destin du site luxembourgeois reste toujours lié au sort de l'usine belge de Liège, elle aussi en plein marasme.
Liberty-Steel übernahm 2019 das Werk in Düdelingen von ArcelorMittal, das seit Sommer von Galati aus beliefert wird.
85 des 220 postes du site de Dudelange bénéficient actuellement du chômage partiel et les salaires de juillet-août semblent assurés, a informé le ministre de l'Economie. Mais le devenir de l'usine continue de préoccuper Franz Fayot.
Galati Liberty Steel
Intervenu mardi à la Chambre, le ministre de l'Economie n'a pas caché son scepticisme quant aux annonces de restructuration faites lundi par Liberty Steel pour l'usine de Dudelange. Franz Fayot y préfère la recherche de nouveaux partenaires industriels.
Pour assurer son avenir malgré la faillite de son principal créancier, le groupe Liberty Steel annonce ce lundi se restructurer. Le site luxembourgeois et son homologue de Liège intégreront l'entité basée en Roumanie.
Les sites industriels de Dudelange, Hayange, mais aussi à Liège voient leur avenir se troubler après la chute de Greensill au Royaume-Uni. cette multinationale étant le principal bailleur de fonds de GFG Alliance propriétaire de nombre d'aciéries en Europe et dans le monde.