Changer d'édition

Liberty racheté à Hayange, en sursis à Dudelange
Économie 2 min. 03.08.2021 Cet article est archivé
Sidérurgie

Liberty racheté à Hayange, en sursis à Dudelange

L'usine d'Ascoval (FR)  était entrée dans le giron Liberty Steel en 2020, Dudelange un an auparavant.
Sidérurgie

Liberty racheté à Hayange, en sursis à Dudelange

L'usine d'Ascoval (FR) était entrée dans le giron Liberty Steel en 2020, Dudelange un an auparavant.
Photo : AFP
Économie 2 min. 03.08.2021 Cet article est archivé
Sidérurgie

Liberty racheté à Hayange, en sursis à Dudelange

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Le groupe allemand, Saarstahl, a mis la main sur deux sites sidérurgiques français, dont l'usine à rails de la vallée de la Fensch. Mais pas question pour l'industriel d'investir dans l'usine Liberty Steel luxembourgeoise dans la tourmente.

En ce début août, le tribunal de commerce de Paris a validé l'offre de reprise du groupe industriel allemand Saarstahl portant sur les sites sidérurgiques français de Hayange (en Lorraine) et Ascoval (Nord). Deux usines ayant fait partie de l'empire du groupe Liberty Steel, en grande difficulté depuis le premier trimestre 2021 et la chute de son principal financeur, Greensill Capital.


«La confiance en Sanjeev Gupta et son groupe diminue»
Intervenu mardi à la Chambre, le ministre de l'Economie n'a pas caché son scepticisme quant aux annonces de restructuration faites lundi par Liberty Steel pour l'usine de Dudelange. Franz Fayot y préfère la recherche de nouveaux partenaires industriels.

«C'est une grande satisfaction de se retrouver dans le groupe Saarstahl, qui est quand même un groupe industriel lourd. On est à peu près certain que cela assurera la pérennité des sites», a affirmé Gérard Glas, président de Liberty Rail Hayange (Moselle), précisant que les actes de vente ne seront pas signés avant mercredi. Un soulagement pour l'usine mosellane qui emploie 430 salariés et dont la production de rails acier pour le réseau TGV est hautement stratégique. 

Le groupe sidérurgique Saarstahl, basé à Volklingen en Sarre, avait confirmé le 2 juillet la conclusion d'un accord de principe pour le rachat de ces deux sites. Contacté par la rédaction du Luxemburger Wort, l'investisseur a clairement signifié son manque d'intérêt pour un positionnement sur la reprise de l'usine Liberty de Dudelange. Pas plus que sa «petite soeur belge» de Liège. «Pas de pourparlers», assure-t-on côté allemand.

Toutes les options possibles

Racheté à ArcelorMittal par le magnat britannique Sanjeev Gupta et sa holding familiale GFG Alliance, le site dudelangeois fonctionne au ralenti depuis des mois. L'Etat se chargeant de couvrir actuellement le chômage partiel de quelque 85 employés sur les 220 recrues; les installations tournant à 20% de leur capacité.

Du côté du ministère de l'Economie luxembourgeois, pas un mot sur une éventuelle reprise. Dans l'entourage de Franz Fayot (LSAP), chacun s'en tient au discours servi depuis plusieurs semaines : «En concertation avec les syndicats et la direction de Liberty Steel Dudelange, le ministère de l’Economie et la Société nationale de crédit et d'investissements (SNCI) suivent activement le dossier en prenant en considération toutes les options possibles, dans l’intérêt du maintien des activités et de la préservation de l’emploi». Ce qui inclut notamment « la reprise de Liberty Steel Dudelange par un autre acteur industriel avec le soutien de la SNCI».

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Avec une hausse de 2% du nombre d'emplois créés en 2020, le Luxembourg fait figure d'exception au sein de l'UE, indique lundi le Statec qui fait état «d'une meilleure résistance» de l'activité économique et du recours au télétravail.
Lok , Luxemburg Stadt , Bevölkerung , Demografie , Grand Rue , Foto:Guy Jallay/Luxembuzrger Wort
Bénéficiant de la forte demande en acier depuis le début de l'année, le leader mondial de la sidérurgie enregistre un bénéfice de 5,3 milliards d'euros au premier semestre, annonce jeudi le groupe. Un résultat inédit depuis 2008.
Un jour avec un Couleur-Giesser, Chez Arcelor Mittal, Stahlwerk, Siderurgie, Stahlindustrie a Esch-sur-Alzette, le 06 Decembre 2016. Photo: Chris Karaba
Ce 22 juillet, la procédure de redressement juridique du site belge de Liberty Steel sera étudiée par les magistrats. Une nouvelle attendue par les 220 salariés de l'usine luxembourgeoise en lien avec l'usine liégeoise.
Liberty Steel Flachstahl
85 des 220 postes du site de Dudelange bénéficient actuellement du chômage partiel et les salaires de juillet-août semblent assurés, a informé le ministre de l'Economie. Mais le devenir de l'usine continue de préoccuper Franz Fayot.
Galati Liberty Steel
Bien que relativement peu impactées par la crise sanitaire, les banques actives au Luxembourg se voient contraintes d'évoluer pour répondre à un environnement en pleine mutation. Des transformations visibles dans les bilans annuels, compilés par le «Luxemburger Wort».
Illustration,  boulevard Royal, banque de Luxembourg,  Finanzen, Finanzsektor, Finanzplatz, Bank, Bankenplatz, Finanzzentrum,  Finanzkonnektivität, Foto: Luxemburger Wort/Anouk Antony
Ce lundi, l'univers des datas luxembourgeois s'est encore agrandi avec la mise en service d'un premier superordinateur. L'équipement, capable de calculer à des vitesses impressionnantes, doit être un atout pour la recherche et le développement des entreprises.
Wi , WO fr , Bissen , Luxconnect , Einweihung MeluXina , Erster Supercomputer in Luxemburg , Foto:Guy Jallay/Luxemburger Wort