Changer d'édition

Les trois visages du «monstre» Amazon
Économie 4 min. 18.11.2019

Les trois visages du «monstre» Amazon

 La «machine à vendre» n'a plus de secrets pour le journaliste Benoit Berthelot.

Les trois visages du «monstre» Amazon

La «machine à vendre» n'a plus de secrets pour le journaliste Benoit Berthelot.
Économie 4 min. 18.11.2019

Les trois visages du «monstre» Amazon

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Le journaliste Benoit Berthelot sera à Luxembourg ce mardi pour parler de son enquête sur le mastodonte du commerce électronique. Une multinationale dont il dénonce les travers notamment sociaux, fiscaux et environnementaux.

Benoit Berthelot a enquêté sur Amazon pendant trois ans. De ce géant des GAFA, il dresse le portrait d'un ogre dévoreur de business, d'emplois et de ressources énergétiques. Le journaliste vient dévoiler ce mardi à Luxembourg les dessous de son livre Le Monde selon Amazon

Avec Amazon, il est question de bien plus que d'un mastodonte. Votre portrait de l'entreprise tient plus du monstre.

Benoit Berthelot: «De tous les GAFA (Goggle, Amazon, Facebook, Apple), Amazon a cette particularité d'être un employeur surpuissant. Le groupe a un appétit féroce de main-d'œuvre pour accompagner son incroyable développement commercial. Nous parlons d'une firme de 750.000 salariés dans le monde; d'une firme qui applique des méthodes de management très innovantes bien souvent borderline par rapport aux lois sociales. Amazon joue les apprentis sorciers comme s'il lui appartenait d'être le laboratoire de ce que sera le monde du travail demain.


Amazon fête ses 25 ans
Un quart de siècle pour l'une des entreprises les plus connues au monde. Retour sur l'histoire du site de commerce en ligne, dont l'un de ses chapitres a été écrit au Luxembourg.

Du bureau au camion du livreur en passant par l'entrepôt, tout est mesuré, calculé, inspecté. L'efficacité ne tient que via ce contrôle incessant, selon la méthode instaurée par le patron Jeff Bezos lui-même. L'obsession est le service aux clients et les employés doivent se plier à cette unique exigence quelles que soient les conséquences pour eux.

Mais Amazon crée de l'emploi, ce qui est positif? Au Luxembourg, l'entreprise est ainsi le 12e employeur du pays.

«Sans évoquer le Grand-Duché, dont le rôle est spécifique, il faut voir ce qu'il se passe ailleurs. En France, l'entreprise compte 9.000 salariés mais pour les fêtes va recruter autant d'intérimaires. Nous sommes sur un modèle qui favorise la précarité, avec des niveaux de salaires bas. On sait que le développement du site d'e-commerce Amazon a d'abord nui aux petits commerces. Ils ont été les premiers à disparaître, mais maintenant ce sont des milliers d'emplois qui viennent à être supprimés de la grande distribution du fait de l'omnipotence de cette entreprise. 

C'est la chaîne alimentaire libérale : le gros mange le plus petit. Comme là on a affaire à un énorme prédateur, cela fait du dégât. Mais avec quelles armes pourra-t-on terrasser ce mastodonte qui, aujourd'hui, vend 11 milliards de produits, propose 180 millions de références, et pèse 95.000 emplois en Europe (ndlr : 2.200 au Luxembourg)?

Vous parlez également des dérives fiscales du géant…

«Depuis les débuts à Seattle, en 1994, le créateur Jeff Bezos a toujours recherché l'optimisation fiscale. Le choix du Luxembourg n'est pas innocent. Même si certains accords avec le pays se sont déjà traduits par une décision de la commission européenne contre le Grand-Duché pour qu'il perçoive 250 millions d'euros d'impôts supplémentaires (décision qui fait l'objet d'un appel), le groupe centralise toujours au Grand-Duché les revenus de ses activités les plus rentables comme le cloud, les commissions versées par les vendeurs ou la publicité.


Les 50 personnes concernées par la migration en Espagne et en Slovaquie devraient quitter le pays d'ici à la fin de 2020
Amazon Luxembourg délocalise 50 emplois
Le géant américain de la livraison, qui emploie plus de 2.000 personnes au Grand-Duché, envisage la migration de plusieurs dizaines de salariés d’un département de traduction vers l’Espagne ou la Slovaquie au cours des prochains mois.

Voilà pourquoi certains Etats et l'UE montent au créneau pour réguler la fiscalité due localement par la firme. En attendant, ce que se permet le groupe lui offre un avantage énorme qui, petit à petit, réduit à néant ses concurrents potentiels.

Enfin, Amazon est loin d'être exemplaire au niveau environnemental.

«Cela n'a jamais été dans ses priorités. La firme pose bien quelques panneaux solaires par-ci par-là, prend des parts dans des fermes éoliennes, achète une poignée de véhicules électriques, mais elle reste parmi les 150 entreprises les plus polluantes du monde. L'entreprise n'a jamais voulu être auditée sur son bilan carbone, et avance officiellement 44 millions de tonnes de CO2 émises par an. 

En activant le commerce à l'échelle planétaire, Amazon fait circuler des produits sur des millions de kilomètres et pas toujours de la façon la plus propre. Des centaines de navires venus de Chine, sa propre flotte d'une soixantaine d'avions, des milliers de camionnettes pour la distribution : tout cela impacte l'environnement. 

Pour le seul premier trimestre 2019, le chiffre d'affaires d'Amazon représentait 54 milliards d'euros. Et pas seulement via le e-commerce mais aussi grâce au service de stockage de données.
Pour le seul premier trimestre 2019, le chiffre d'affaires d'Amazon représentait 54 milliards d'euros. Et pas seulement via le e-commerce mais aussi grâce au service de stockage de données.
Photo : AP

Mais il faut aussi parler de son activité cloud. Peu de gens le savent mais Amazon est la 1ère entreprise dans ce secteur du stockage de données. Elle emploie pour cela des serveurs extrêmement énergivores. Des data centers qui génèrent autant de gaz à effet de serre qu'un pays comme le Portugal, mais sans aucune compensation environnementale.

Cette position très en retrait sur les questions de protection du climat est d'ailleurs étonnante, à notre époque. Un géant comme Google a tout mis en œuvre pour arriver à sa neutralité carbone, et a réussi.» (ndlr: Amazon a annoncé vouloir devenir carboneutre d'ici 2040)

 


Sur le même sujet

A Metz-Frescaty, Amazon sortira de terre en janvier
Au Sud de Metz, la prochaine plateforme du distributeur mondial sera mise en service en juillet 2021. Mais déjà la base de vie du chantier s'installe et les aménagements se réalisent autour de la future base logistique.
Centre de tri Bettembourg Amazon, Post, Bettembourg, le 11 Juillet 2017. Photo: Chris Karaba
L'Éducation nationale prendra la suite d'Amazon
Laissés vacants depuis la fin septembre et le départ des salariés du géant américain de l'e-commerce, les locaux des Rives de Clausen seront occupés par des fonctionnaires du ministère dirigé par Claude Meisch (DP). À une date encore à déterminer toutefois.
28.09.12  bureaux amazon luxembourg rives de clausen  photo: Marc Wilwert
Amazon, nouvelle cible de Bruxelles
La capitale belge a ouvert mercredi un nouveau front contre le géant américain du numérique en annonçant une «enquête approfondie», soupçonné d'enfreindre les règles européennes de concurrence en utilisant à son avantage les données issues des détaillants indépendants qui vendent sur son site.
(FILES) This file photo taken on March 4, 2019 shows the Amazon logo at the entrance area of the Amazon logistics centre in Lauwin-Planque, northern France. - US online retail giant Amazon said it would "cooperate fully" with an EU investigation into its use of third-party merchant data hosted on its website, on July 17, 2019. (Photo by DENIS CHARLET / AFP)
Opération communication: Amazon a devancé la Commission
Le géant du e-commerce a surpris son monde ce week-end en manifestant sa volonté de déclarer ses revenus dans les pays où il en génère. Il a anticipé de la sorte une initiative de la Commission européenne contre l'optimisation fiscale abusive des sociétés. Celle-ci lance aujourd'hui son plan d'action
Les locaux d'Amazon sur les rives de Clausen.