Changer d'édition

Les trois défis de la banque privée
Économie 8 min. 02.07.2022
Classement des Banques

Les trois défis de la banque privée

«Grâce au Brexit, nous observons une augmentation du nombre d'acteurs sur la Place financière», observe Fabio Mandorino.
Classement des Banques

Les trois défis de la banque privée

«Grâce au Brexit, nous observons une augmentation du nombre d'acteurs sur la Place financière», observe Fabio Mandorino.
Photo: Anouk Antony
Économie 8 min. 02.07.2022
Classement des Banques

Les trois défis de la banque privée

Nadia DI PILLO
Nadia DI PILLO
Entretien avec Fabio Mandorino, conseiller en charge du métier Banque privée à l'Association des banques et banquiers Luxembourg (ABBL).

Fabio Mandorino, quel bilan tirez-vous de l'année écoulée et de la gestion de la crise?

Les retours que nous avons obtenus au niveau du cluster dédié à la banque privée sont dans l'ensemble très positifs. Le secteur a bien performé et la crise du covid-19 a été bien gérée au Luxembourg. Du jour au lendemain, les banques privées se sont adaptées en utilisant de nouveaux outils digitaux et en proposant entre autres le télétravail. La chose la plus importante était de continuer la relation avec la clientèle, une clientèle qui est à 80 % internationale et donc non résidente au Luxembourg. Grâce à l'utilisation des outils digitaux, toutes les banques ont pu maintenir la proximité et les contacts avec leurs clients.


Wirtschaft, Yuriko Backes, Partei, DP, Politik, Finanzministerin Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
«La Place financière a beaucoup changé»
La ministre des Finances Yuriko Backes évoque les défis auxquels est confrontée la Place financière et l'impact des crises actuelles sur le budget.

Au niveau des actifs sous gestion, les chiffres sont encore en cours de validation par la Commission de surveillance du secteur financier (CSSF). Mais d'après une première estimation, on s'approcherait de 600 milliards d'euros d'actifs sous gestion fin 2021, alors qu'on était à 508 milliards d'euros d'actifs sous gestion à la fin de l'année 2020.

Comment expliquez-vous cette forte progression?

Ce résultat s'explique essentiellement par trois facteurs. Tout d'abord par l'effet du Brexit, puisque les sociétés britanniques étaient soudainement privées du «passeport européen» qui permettait à la City de Londres de proposer ses produits partout dans l'Union européenne. Le Luxembourg a ainsi pu accueillir de nouveaux arrivants dans le secteur de la banque privée, comme par exemple JP Morgan, Citibank ou Goldman Sachs. Même si certains groupes étaient déjà présents au Luxembourg, ils n'étaient pas toujours actifs dans le private banking. 

Dans le contexte du Brexit, les trois banques américaines ont donc établi un hub à Luxembourg afin de pouvoir continuer à fournir des services indispensables à leurs clients. De manière globale, si on regarde les statistiques sur le nombre de banques privées au Luxembourg, on s'aperçoit que celui-ci avait commencé à chuter ces dernières années. 

Grâce au Brexit, nous observons une augmentation du nombre d'acteurs sur la Place financière, ce qui est aussi très bénéfique pour les clients. Les clients font confiance au Luxembourg pour la gestion de leurs avoirs parce qu'ils savent que le Luxembourg a une approche «best in class», qu'il est un centre d'excellence dans le domaine de la gestion patrimoniale. La stabilité politique, sociale et économique du Grand-Duché, confirmée par son triple A, attire aussi bien les institutions financières que les clients.


Les taux directeurs revus à la hausse dès juillet
La Banque centrale européenne (BCE) a acté jeudi l'arrêt de son soutien monétaire à l'économie, mettant fin à des années d'achats nets d'actifs et planifiant pour fin juillet la première hausse, en plus de dix ans, de ses taux directeurs.

Enfin, les autres facteurs positifs ont été la performance à la hausse des marchés financiers, ainsi que l'effet «net new money», donc l'apport d'argent nouveau, qui a aussi augmenté au cours de l'exercice 2021.

La Banque centrale européenne (BCE) a annoncé qu'elle relèvera en juillet ses taux directeurs pour lutter contre l'inflation. Comment réagissent les banques privées?

Depuis la crise financière de 2008, les banques ont dû s'adapter à des taux d'intérêt très faibles, voir négatifs ces derniers temps. Suite aux crises successives de ces deux dernières années, l'inflation galopante a incité certaines Banques centrales à agir vite et fort en relevant leur taux directeur. La Réserve fédérale des États-Unis n'est pas la seule à avoir pris une telle mesure. Les banques centrales du Royaume-Uni et du Canada ont également changé de politique monétaire pour lutter contre une inflation historique. Maintenant, c'est au tour de la Banque centrale européenne. 


The newly-released figures are a preliminary estimate of GDP levels
Les premiers effets de la guerre se font ressentir sur l'économie
Près de 100 jours après le début du conflit en Ukraine, les conséquences sur les marchés financiers du Luxembourg commencent à pointer le bout de leur nez.

La hausse prochaine des taux d'intérêt sera un genre de test pour les banques privées, qu'il va falloir suivre et surveiller en temps réel. Mais naturellement, pour les établissements qui ont vu leur profitabilité impactée par des taux faibles voire négatifs, cela aura un effet positif, puisque les banques devraient voir leurs marges d'intérêt nettes augmenter à nouveau. C'est donc une annonce globalement positive, même s'il va falloir vérifier cela dans les faits au cours des prochains mois.

Quels sont les principaux défis auxquels le secteur fait face aujourd'hui?

Ils tiennent essentiellement en trois mots: profitabilité, people et potential new entrants, les trois P. Le premier défi concerne la profitabilité des banques privées dans un contexte de consolidation du marché. Le Grand-Duché compte 48 banques privées, dont un certain nombre de banques de petite ou moyenne taille. Pour celles-ci se pose la question de la taille critique. Les banques privées sont confrontées, d'une part, à une hausse des coûts opérationnels – en raison du durcissement des contraintes réglementaires et des exigences accrues des clients en termes d'efficacité administrative et technologique – et, d'autre part, à une pression sur les revenus. Face à cet effet, les banques sont contraintes de grandir pour atteindre la taille minimale qui leur permet de rester rentables. La seule solution: grandir par fusions ou acquisitions.

«La hausse prochaine des taux d'intérêt sera un genre de test pour les banques privées.»

Fabio Mandorino, conseiller en charge du métier Banque privée à l'ABBL

Le deuxième P concerne les personnes, et plus particulièrement la recherche de nouveaux talents. Il se trouve que la clientèle des banques privées au Luxembourg est aujourd'hui plus internationale et plus complexe que par le passé. Les banques attirent une clientèle de plus en plus HNWI (high net-worth individual) et ont besoin, au niveau de leurs collaborateurs, de profils et de compétences spécifiques pour gérer les intérêts multi-juridictionnels de cette clientèle. Ils sont donc surtout à la recherche de spécialistes capables d'appréhender les besoins très diversifiés de leur clientèle.


Im April gab es eine Lohnindexierung von 2,5 Prozent - die einzige in diesem Jahr, trotz hoher Inflation.
Des taux d'intérêt plus élevés freinent-ils l'explosion des prix?
Les consommateurs luxembourgeois luttent contre la hausse des prix. Les hausses de taux d'intérêt sont censées endiguer l'inflation. Cela comporte des risques et le succès est incertain.

Le troisième P fait référence au «potential new entrants», à ces nouveaux entrants sur le marché qui font de la compétition aux banquiers privés. Il s'agit non seulement des fintechs, mais aussi des «investment firms», des experts en asset management, qui ont le statut de PSF et qui peuvent offrir un bon service advisory avec une structure beaucoup plus légère que les banques privées traditionnelles. Nous avons au sein de l'ABBL un groupe de travail dédié à ces assets managers et on voit que la clientèle choisit de plus en plus souvent ce type de firmes parce qu'elles ont, entre autres, des relations plus proches avec leurs clients. C'est une concurrence très forte que les banques privées subissent sur ce terrain.

Comment qualifieriez-vous la collaboration entre les banques privées et les fintechs à Luxembourg?

La collaboration est de plus en plus étroite; on voit des banques racheter des fintechs prometteuses, ou collaborer avec des start-up pour fournir de nouvelles solutions digitales et personnalisées à leur clientèle. On le voit surtout pour la clientèle de moins d'un million d'euros d'actifs sous gestion. Pour ces clients moins haut de gamme, on voit apparaître de plus en plus souvent des solutions de type «roboadvisor» ou d'intelligence artificielle. 

Par contre, plus on monte dans les tranches de richesse, plus la relation humaine est recherchée et appréciée par le client dans la gestion de son patrimoine. Au sein de l'ABBL, nous avons un Forum dédié à la fintech (FinTech and Innovation Forum), l'idée étant de mettre en relation les banques de la Place et les fintechs de l'écosystème et d'être en quelque sorte un intermédiaire entre les acteurs.

Comment les banques font-elles face aux exigences en matière de développement durable?

Le métier bancaire est depuis longtemps par nature très régulé. C'est pourquoi, dans le domaine de la finance durable, les banques estiment que des règles claires sont indispensables. Elles attendent que des textes de loi soient approuvés, ne serait-ce que pour éviter un des gros problèmes liés à la finance verte, le greenwashing. Les banques ont besoin de lignes directrices, car une partie du problème se situe au niveau du manque de définitions claires de ce qu'est un investissement durable, de ce qui est un placement vert ou brun. Ceci est d'autant plus urgent, que la clientèle privée, qui est en général plus informée sur ce sujet, est de plus en plus demandeuse de produits financiers verts.


gdfg
Les banques veulent dissiper les doutes sur le placement vert
Les événements de ces dernières semaines ont montré qu'il existe des pièges en matière d'investissements ESG. Néanmoins, pour les banques, il n'y a pas d'autre solution.

La finance verte est un développement plutôt «client driven», dans le sens où ce sont les clients qui demandent à leur banquier que leur investissement n'offre pas seulement une diversification accrue ou un retour sur capital, mais qu'il permette un impact environnemental et sociétal. 

Les banques sont donc en train de répondre à cette demande. Elles fournissent du conseil aux clients et ont mis en place un certain nombre de produits verts. Mais effectivement, les banques ont besoin d'un cadre réglementaire cohérent pour éviter le greenwashing et s'engager véritablement. Ceci est très important pour obtenir une amplification de l'impact dans le domaine de la finance verte. 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Le choc d'inflation a eu raison du soutien à l'économie : la Banque centrale européenne va préparer le terrain jeudi à la sortie de sa politique controversée de taux négatifs, en commençant par remballer son dernier outil de rachat de dettes.
Au sein de la BCE, les partisans d'une politique monétaire plus restrictive face à l'inflation élevée sont pressés de démarrer le cycle de hausses des taux.
La guerre en Ukraine a fait s'accélérer la flambée des prix de l'énergie, entraînant une inflation inédite doublée d'une croissance à plat en Europe. La combinaison de ces deux phénomènes réveille le spectre de la stagflation.
(FILES) This file photo taken on April 29, 2020 shows a customer pushing a shopping cart past the shelves during  purchases at a supermarket in Duesseldorf, western Germany, on April 29, 2020. - A surge in eurozone consumer prices, propelled even higher by Russia's invasion of Ukraine, is "very close" to reaching its peak, European Central Bank vice-president Luis de Guindos said on April 28, 2022. (Photo by Ina FASSBENDER / AFP)
En raison de la guerre en Ukraine
L'inflation dans la zone euro a pulvérisé un nouveau record en mars, à 7,5% sur un an, alimentée par la guerre en Ukraine qui fait flamber les tarifs de l'énergie, mais aussi ceux de l'alimentation.
Businessman with empty wallet and a few coins on the table
Fin 2020, l'argent sous gestion pour le secteur de la banque de détail dépassait les 92,4 milliards d'euros au Luxembourg. Une progression de plus de 9% sur un an à laquelle le covid n'est pas étranger.
Illustration,  banque de Luxembourg, Finanzen, Finanzsektor, Finanzplatz, Bank, Bankenplatz, Finanzzentrum,  Finanzkonnektivität, Foto: Luxemburger Wort/Anouk Antony