Changer d'édition

Les syndicats montent au créneau chez Luxair
Économie 2 min. 30.04.2020

Les syndicats montent au créneau chez Luxair

Face aux incertitudes du secteur de l'aviation, OGBL et LCGB exigent des garanties. Mais pas sur les mêmes thèmes.

Les syndicats montent au créneau chez Luxair

Face aux incertitudes du secteur de l'aviation, OGBL et LCGB exigent des garanties. Mais pas sur les mêmes thèmes.
Photo: Anouk Antony
Économie 2 min. 30.04.2020

Les syndicats montent au créneau chez Luxair

Jean-Michel HENNEBERT
Jean-Michel HENNEBERT
Alors que l'activité du groupe est à l'arrêt jusqu'à la fin du mois de mai et qu'un nouveau directeur général est sur le point d'être nommé, OGBL et LCGB revendiquent jeudi «des gestes» à destination du personnel. De garantie de maintien de l'emploi d'un côté et d'une prime de l'autre.

Une importante zone de turbulences s'annonce pour Luxair. Alors que le groupe s'apprête à subir de lourdes pertes financières en lien avec la crise sanitaire actuelle, que ses avions resteront cloués au sol jusqu'à la fin mai et que sa direction s'apprête à changer, un nouveau front potentiel vient de s'ouvrir. Dans deux communiqués distincts, OGBL et LCGB revendiquent de nouvelles demandes.

Pour le syndicat basé à Esch-sur-Alzette, «la crise sanitaire ne doit pas se transformer en crise sociale pour les salariés de l'aviation civile», référence aux annonces de plusieurs compagnies aériennes concernant la suppression potentielle de milliers d'emplois en Europe. Et l'OGBL de demander «une véritable garantie de l'emploi pour tous les salariés de Luxair S.A.», saluant au passage «les déclarations publiques de l'actuel directeur, Adrien Ney, de ne pas vouloir procéder à des licenciements». 

Des discussions âpres

Sauf que, note le syndicat, cette déclaration d'intention «ne constitue pas encore une garantie», d'autant plus qu'elle n'engage un directeur qui ne restera en poste que jusqu'à la fin du mois de mai. D'où l'appel lancé à son successeur d' «un engagement clair et contraignant quant au maintien de tous les emplois et des acquis des salariés de Luxair S.A.»

Son de cloche légèrement différent de la part du LCGB qui axe son intervention sur la seule question salariale. Dénonçant la décision de la direction d'appliquer l'indemnisation du chômage partiel sur les seules dispositions légales, le syndicat chrétien-social regrette que l'engagement pris de compenser des pertes comprises «entre 20 et 70%» du salaire ne soit pas encore suivi d'effet. Et ce, malgré «des discussions âpres au cours de ce mois».

Estimant que la direction ne doit pas se contenter «de garantir l'existence du groupe» mais aussi d'assurer «la sauvegarde des existences du personnel», le LCGB exige «un geste positif envers les salariés» en reconnaissance de «l'engagement (...) tout au long des dernières années permettant à Luxair d'avoir aujourd'hui une bonne situation financière». Et le syndicat majoritaire dans l'aviation d'assurer qu'en cas d'absence d'actions immédiates pour remédier à la situation, un conflit social majeur n'est plus à exclure lorsque les activités actuellement à l'arrêt vont reprendre.» 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Gilles Feith proposé pour prendre la tête de Luxair
Moins d'une semaine après l'annonce du départ d'Adrien Ney du poste de directeur général de la compagnie aérienne, le conseil d'administration annonce vouloir nommer l'actuel coordinateur de la Défense. Une proposition qui «rend heureux» le principal intéressé qui doit prendre ses fonctions le 1er juin prochain.
Réception en l’honneur de Gilles Feith, Foto Lex Kleren
Adrien Ney lâche les commandes de Luxair
Le directeur général de la compagnie aérienne nationale depuis 2005 prendra sa retraite à compter du 1er juin 2020, annonce vendredi LuxairGroup. Aucun nom pour lui succéder n'a encore été annoncé.
Wirtschaft - Bilan Luxair Group 2018, Adrien Ney,  Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
Luxair restera clouée au sol jusqu'à fin mai
La compagnie aérienne a indiqué lundi prolonger la suspension de ses activités. Le prochain avion de la compagnie nationale à prendre la voie des airs devra patienter encore quatre semaines supplémentaires.
L'an dernier la compagnie a acheté deux nouveaux Boeing 737-700.
«Luxair s'apprête à subir de lourdes pertes»
Comme tout le secteur aérien, la compagnie nationale luxembourgeoise Luxair subit de plein fouet la crise du coronavirus. La décision de fermer l'aéroport du Findel lundi envoie «la plupart de ses 3.000 employés au chômage partiel», comme l'explique le PDG, Adrien Ney.
Wirtschaft, Politik, Lokales, Luxair,   Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort