Changer d'édition

Les syndicats de la Place «déterminés» sur les congés

Les syndicats de la Place «déterminés» sur les congés

Photo: Pierre Matge
Économie 2 min. 12.04.2019

Les syndicats de la Place «déterminés» sur les congés

Jean-Michel HENNEBERT
Jean-Michel HENNEBERT
Quelques jours après la sortie de l'ABBL et de l'ACA dénonçant la mise en oeuvre d'un 26e jour de repos légal «dans des secteurs régis par une convention collective de travail ayant plus de 25 jours», Aleba, OGBL et LCGB entendent «faire entendre raison» aux organisations patronales.

La remise en question par le patronat du secteur bancaire et des assurances de  l'implémentation d'un 26e jour de congé légal sur la Place n'aura pas manqué de faire réagir. Plus d'une semaine après le pavé dans la mare lancé par l'ABBL et l'ACA, l'Aleba aura été le premier à dénoncer des recommandations jugées «inacceptables». 


Place financière Luxembourg - photo : Pierre Matgé
Débat autour des congés légaux sur la Place
Une semaine après l'adoption à la Chambre d'un jour de repos légal supplémentaire, la question de l'application de la mesure pose question. Notamment dans le secteur financier où l'ABBL et l'ACA regrettent que «la politique de l'arrosoir soit une nouvelle fois utilisée».

Dans un communiqué publié mercredi, la principale organisation syndicale du secteur financier estime non seulement que cette prise de position «ne respecte ni la loi ni son esprit», mais également qu'elle peut être considérée comme «discriminante vis-à-vis des salariés plus âgés». 

 Il n'est pas concevable de faire une différence entre les salariés de la Place  

Une référence aux recommandations patronales qui s'étonnaient de l'application de la nouvelle loi à toutes les catégories de personnels, notamment ceux de 50 ans et plus, bénéficiaires de dispositions spécifiques prévues dans les conventions collectives sectorielles. L'ABBL et l'ACA précisant que ces dernières leur octroyaient actuellement entre 36,5 et 38,5 jours de congés chaque année.

«Il n'est pas concevable de faire une différence entre les salariés de la Place», martèle de son côté Gabriel Di Letizia, président du LCGB-SESF, qui précise que «l'interprétation de la loi faite par l'ABBL et l'ACA sera mise à l'ordre du jour de la prochaine commission paritaire». Cette dernière, chargée de résoudre «les problèmes qui pourraient concerner l'application de la convention collective», doit se réunir le 7 mai prochain.


Les deux jours de congé supplémentaires validés
C'est un vote unanime: les 60 députés de la Chambre ont confirmé, mercredi après-midi, l'introduction d'un jour férié et d'un congé supplémentaire au Luxembourg, à compter de cette année 2019.

26e jour déjà entériné dans certaines banques

Pour Véronique Eischen, membre du bureau exécutif de l'OGBL, la prise de position patronale est jugée «d'autant plus étonnante qu'elle a été faite sans même une concertation avec les partenaires sociaux, ce qui n'est pas de nature à promouvoir le dialogue social». 

Analyse partagée par Laurent Mertz, secrétaire général de l'Aleba, qui estime «que la décision du gouvernement doit être appliquée pour tous, et que les syndicats sont déterminés à se battre pour cela.» À l'heure actuelle, certaines banques ont d'ores et déjà appliqué la nouvelle législation à l'ensemble de leurs salariés.


Sur le même sujet

Débat autour des congés légaux sur la Place
Une semaine après l'adoption à la Chambre d'un jour de repos légal supplémentaire, la question de l'application de la mesure pose question. Notamment dans le secteur financier où l'ABBL et l'ACA regrettent que «la politique de l'arrosoir soit une nouvelle fois utilisée».
Place financière Luxembourg - photo : Pierre Matgé
Secteur bancaire: La convention collective à l'arrêt
En même temps mais dans deux endroits différents, l'OGBL et le LCGB ont réclamé au ministre du Travail l'introduction d'un droit à la déconnection. Dans le secteur bancaire et financier, les atteintes au droit sur le temps de travail bloquent les avancées pour la nouvelle convention collective.
Bereits am Montag hatten die Verbraucherschützer der ULC luxemburgische Mobilfunkanbieter gewarnt, sie sollten nicht versuchen die EU-Roaming-Kostenregelung zu umgehen.