Changer d'édition

Les Steffen remettent le couvert au Royal-Hamilius
Économie 4 min. 17.12.2021
Commerce

Les Steffen remettent le couvert au Royal-Hamilius

Le nouvel établissement offre une vue imprenable sur le boulevard Royal et la rue Aldringen.
Commerce

Les Steffen remettent le couvert au Royal-Hamilius

Le nouvel établissement offre une vue imprenable sur le boulevard Royal et la rue Aldringen.
Photo : Christophe Olinger
Économie 4 min. 17.12.2021
Commerce

Les Steffen remettent le couvert au Royal-Hamilius

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Dans la famille, on connaissait le père Frank, le fils Tom voilà maintenant la fille Lisa. C'est elle qui vient de mettre à sa sauce le nouveau restaurant du groupe. Au cœur de la capitale, la "Mezzanine du boulevard" ouvre le 6 janvier.

Au rez-de-chaussée, ça s'agite déjà. Depuis mardi, le nouveau take-away du groupe Steffen ne désemplit pas. A l'étage, la valse des assiettes a déjà débuté. Pas encore pour rendre opérationnel le nouveau restaurant de la société familiale, juste pour «se roder et recevoir les appréciations sur les plats que nous souhaiterions mettre à la carte», indique Lisa Steffen. Ce troisième établissement, c'est «son bébé», sourit-elle du haut de ses 25 ans.


Bienvenue à la table du «chef de l'année»
Douze ans après son arrivée au Luxembourg, le Japonais Ryodo Kajiwara a vu sa cuisine saluée par le plus haut prix du guide Gault & Millau.

Ainsi, après La Table de Frank à Steinfort, Le Quai Steffen à la gare centrale de Luxembourg, voilà maintenant La Mezzanine du boulevard qui s'apprête à recevoir ses premiers clients dès la deuxième semaine de janvier 2022. Une pierre de plus dans une saga commerciale débutée, en 1989, avec l'ouverture d'une première boucherie par le papa. Depuis, l'ensemble des activités du groupe pèse près de 200 salariés. «D'un mordu de la viande, nous sommes passés à une génération de passionnés de tous les métiers de bouche», souligne Tom, le fiston premier à avoir suivi les traces paternelles. 

Là où initialement l'enseigne Victorine devait s'installer, au cœur du Royal-Hamilius, les Steffen jouent donc la carte de l'audace. Deux adresses en une. «Mais le tout sur une même  ligne : accompagner chacun dans le rythme de sa journée.» Autrement dit du petit-déjeuner pris sur le pouce ou de façon plus cosy, à la pause sandwich ou déjeuner gourmet, en allant jusqu'à la sortie du travail et l'afterwork. En fonction du temps disponible et des attentes, ce sera donc soit un passage devant les rayons viennoiseries-sandwiches du «Prêt à manger», soit une montée vers la salle qui domine le boulevard Royal.

A l'étage, mobilier en bois, plantes aux murs et au plafond, balancelles, larges baies vitrées sur 270° donnent son allure au lieu qui compte 50 couverts. Pour la carte, les cuisiniers entendent se distinguer des deux autres adresses déjà ouvertes par la maison. «On restera sur du frais, de l'aliment de saison mais sur des concepts un peu plus modernes», annoncent frère et sœur. Ainsi, par exemple, la pomme de terre de la carte pourrait s'accompagner d'une mousse aérée à base de poisson. «Là, les dix séances de testing que nous organisons, permettront d'ajuster les goûts sur tel ou tel plat ou dessert».

Joli challenge en tout cas que d'ouvrir un nouvel établissement dans une ambiance économique encore bien incertaine. Mais le groupe a pris le temps de bien réfléchir à cette nouvelle opportunité, étudiant plusieurs localisations, jaugeant les baux. «Là avec le flux de population qui vient travailler, faire ses achats sur le secteur piéton, prendre le tram ou le bus à la station au pied ou juste flâner dans la Ville-haute, nous avons estimé qu'il y avait un bon potentiel. Et le loyer n'était pas si ''déconnant''», notent d'une même voix Tom et Lisa. 


Panorama,Beste Gemüserestaurants der Welt - We’re Smart World Awards,René Mathieu-La Distillerie Bourglinster. Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
«La Distillerie», table verte par excellence
Le restaurant du chef René Mathieu vient à nouveau de décrocher le titre de Meilleur restaurant de légumes de la planète.

Pour la carte, leur double expérience en école hôtelière a permis d'avancer sur le menu spécifique à La Mezzanine. D'ailleurs, l'ambition serait-elle d'ouvrir dans la foulée une quatrième enseigne? Sourires et bouches cousues. «On va déjà essayer d'être à la hauteur ici.» 

Avec une barre que les autres restaurants familiaux ont déjà placée à un certain niveau d'ailleurs... 12/20 au dernier Gault&Millau pour Le Quai, 13/20 pour La Table. «Mieux vaut faire bon que plus», suggère donc la nouvelle génération. 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.