Changer d'édition

Les prix vont continuer à s'envoler
Économie 4 min. 23.02.2022
Inflation

Les prix vont continuer à s'envoler

Les prix des denrées alimentaires connaissent une hausse fulgurante depuis 2020.
Inflation

Les prix vont continuer à s'envoler

Les prix des denrées alimentaires connaissent une hausse fulgurante depuis 2020.
Photo: Getty Images/iStockphoto
Économie 4 min. 23.02.2022
Inflation

Les prix vont continuer à s'envoler

Mélodie MOUZON
Mélodie MOUZON
Le variant Omicron cause de nouvelles turbulences dans les chaînes d'approvisionnement mondiales, ce qui va se répercuter dans les prochaines semaines sur les prix à la consommation.

Pas de répit pour les prix. Alors que l'inflation bat des records dans la zone euro, l'émergence du variant Omicron et l'envolée des prix de l'énergie continuent d'accentuer les récentes perturbations des chaînes d'approvisionnement, ce qui ne devrait pas détendre les pressions inflationnistes, indique le Statec dans sa dernière note de conjoncture. Malgré un essoufflement de la vague Omicron, le Luxembourg ayant atteint le pic de la vague au cours de la dernière semaine de janvier.


Accountant verify the Saving Account Book and Statement
L'indexation des salaires tombera au deuxième trimestre
Le Statec confirme ce mercredi que l'index sera activé avant l'été. La tranche suivante pourrait aussi tomber avant la fin de l'année.

Les absences de travailleurs liées au record d'infections au niveau mondial devraient encore aggraver les problèmes de pénuries de main-d'œuvre dans certains secteurs. A cela, s'ajoutent les mises à l'arrêt (partielles) de certains ports chinois, ce qui n'a pas aidé à désencombrer les routes maritimes. Et si l'offre a été perturbée, la demande, elle, n'a fait que de se renforcer au détriment des services, suite aux restrictions sanitaires imposées en décembre et en janvier.

Flambée des prix de l'énergie

Autre facteur qui a joué sur l'accroissement de ces pressions inflationnistes: la remontée graduelle du prix du pétrole et la nervosité prolongée du prix du gaz au comptant. Ces tensions devraient toutefois se relâcher dans les prochains trimestres. Les analyses prédisent un desserrement des goulets d'étranglement sur la deuxième moitié de 2022.

En attendant, c'est une nouvelle moins réjouissante qui nous attend dans les prochaines semaines. Les hausses de prix repérées en amont de la chaîne de production vont se répercuter partiellement et progressivement sur les prix à la consommation. Alors que les prix des matières de base hors énergie semblaient avoir culminé en mai dernier, ils ont atteint de nouveaux sommets en ce début d'année. 

L'alimentaire 30% plus cher 

L'alimentaire connaît aussi une flambée des prix depuis l'été 2020. En janvier 2022, ceux-ci s'affichaient plus de 30% au-dessus de leurs niveaux pré-crise!  Au Luxembourg, les plus fortes hausses en janvier ont été enregistrées pour le poisson frais (+5,9%), le pain (+1,4%), la viande (+1,4%) et le fromage (+1,1%). Les prix à la production industrielle ont également fortement accéléré au cours de 2021 au Luxembourg, avec plus de 25% sur un an.


Elegant man refueling his car's tank at the gas station in the city.
Les prix des carburants vont-ils continuer à gonfler?
Les compteurs s'affolent depuis plusieurs semaines à la pompe. La tendance à la hausse pourrait se poursuivre encore ces prochaines semaines.

Tout ce contexte a fait que le Statec et la Commission européenne ont revu leurs prévisions d'inflation à la hausse pour 2022. Au Luxembourg, un rebond de l'inflation à 4,4% est attendu, alors qu'une stabilisation à 2,5% était attendue pour cette année. L'envolée des prix de l'énergie mais également l'inflation sous-jacente devraient également être plus vigoureuses. Tout cela devrait cependant se tasser en 2023 et le taux d'inflation devrait revenir à 1,4%. La semaine dernière, le Statec a également confirmé que l'index devrait tomber avant cet été et une deuxième tranche indiciaire devrait suivre avec moins d'un an d'écart.

Les entreprises recrutent

Avec les mesures sanitaires mises en place depuis la fin décembre 2021, le nombre d'entreprises ayant recours au chômage partiel est de nouveau remonté début d'année. Près de 1.500 entreprises ont bénéficié de cette aide en janvier, soit deux fois plus qu'en novembre. Cette hausse récente provient exclusivement de l'Horeca. Les effectifs toujours concernés par le chômage partiel restent faibles cependant (3%), en comparaison avec les deux dernières années. Et cette part devrait encore diminuer dans les prochaines semaines.

Quant aux perspectives d'emploi, elles restent bonnes, même si elles ont légèrement reflué fin 2021. Hormis le commerce de détail et les services non financiers, toutes les autres branches montrent une forte intention de recruter, tandis que le taux de chômage est à son plus bas niveau depuis 2009. Les perspectives d'emploi ont même atteint un niveau record dans l'industrie.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Même si le Luxembourg est l'un des pays européens les moins concernés par la hausse des prix, l'inflation continue de se propager à tous les secteurs de l'économie, dont les activités récréatives.
La hausse généralisée des prix, et en particulier de ceux de l'énergie, rend la vie des familles à faibles revenus encore plus difficile. Une situation qui inquiète Caritas Luxembourg et la Chambre des salariés.