Changer d'édition

Les prix des carburants ont bondi de 52% en un an
Économie 2 min. 04.03.2022
Consommation

Les prix des carburants ont bondi de 52% en un an

Elle devait initialement tomber avant l'été, l'indexation des salaires pourrait arriver encore plus vite.
Consommation

Les prix des carburants ont bondi de 52% en un an

Elle devait initialement tomber avant l'été, l'indexation des salaires pourrait arriver encore plus vite.
Photo: Shutterstock
Économie 2 min. 04.03.2022
Consommation

Les prix des carburants ont bondi de 52% en un an

Laura BANNIER
Laura BANNIER
La prochaine tranche indiciaire ne devrait pas se laisser désirer encore très longtemps. En février, les prix, notamment ceux des produits pétroliers, ont poursuivi leur envolée.

La tendance inflationniste s'est bel et bien confirmée au Luxembourg. Sous l'influence de l'envolée des produits pétroliers, les prix ont encore bondi, note le Statec dans un rapport publié ce vendredi. Entre janvier et février, le prix du diesel s'est ainsi envolé de 6,2%, celui de l'essence de 4,9%, tandis que le mazout a pris 12% d'augmentation. En un an, le prix des produits pétroliers a augmenté de 51,7%.


«Le problème de l'index, c'est que l'argent n'est pas là»
Alors que la prochaine augmentation automatique des salaires doit tomber au printemps, certaines entreprises luxembourgeoises redoutent cette échéance. Le secteur de l'artisanat craint de ne pouvoir compenser l'index par une hausse du chiffre d'affaires.

Le secteur de l'énergie tout entier est à la hausse. Le gaz de ville coûte 6,3% plus cher qu'en janvier, tandis que le prix de l'électricité a également augmenté de 6%. Par rapport à février 2021, les tarifs de l'électricité sont supérieurs de 2,6%, indique le Statec. 

Mais cette envolée ne se limite pas à l'énergie. Les prix de l'alimentation ont également connu une hausse mensuelle, même si cette dernière est plus limitée (+0,7%). Parmi les produits qui ont enregistré les plus fortes augmentations par rapport au mois précédent, on retrouve les pâtes et le couscous (+5,7%), les fruits de mer (+3,4%) et les légumes frais (+3,1%). En février 2022, les prix alimentaires étaient supérieurs de 3,5% par rapport à ceux pratiqués en février 2021.

Le taux d'inflation annuel à 6,6%

Le Statec souligne cependant que des produits saisonniers ont particulièrement participé à doper l'inflation. Les prix des voyages à forfait ont ainsi augmenté de 10,2% par rapport au mois précédent, en raison des vacances de carnaval, tandis que ceux des fleurs ont pris 12,1%, à cause de la Saint-Valentin.


L'inflation grimpe encore en février à 5,8%
Le taux d'inflation dans la zone euro a battu un nouveau record en février, à 5,8% sur un an, toujours propulsé par la flambée des prix de l'énergie, selon Eurostat, alors que la guerre en Ukraine fait craindre une nouvelle aggravation.

Le taux d'inflation annuel se fixe pour sa part à 6,6%, tandis que le taux annuel d'inflation sous-jacente atteint 4,3%. Dans sa note, l'institut fait toutefois remarquer que ces taux donnent une «image déformée de la réalité», notamment entraînée par le décalage des soldes d'hiver de l'année dernière, en raison de la pandémie de covid-19. L'«effet soldes» avait ainsi été décalé de janvier à février. En neutralisant ce décalage, les taux seraient donc respectivement de 5,5% et 3,2%.

En conclusion, l'institut note que «la moyenne semestrielle de l'indice raccordé à la base 1/1/1948 passe de 910.27 à 916.09». Pour que la prochaine tranche indiciaire soit déclenchée, la valeur 918.18 doit être atteinte. Quoi qu'il arrive, le Statec avait estimé que l'index tomberait avant l'été.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Le variant Omicron cause de nouvelles turbulences dans les chaînes d'approvisionnement mondiales, ce qui va se répercuter dans les prochaines semaines sur les prix à la consommation.
Surprised African-American man in denim jacket looks at receipt total in sales check holding paper bag with products in mall
La hausse généralisée des prix, et en particulier de ceux de l'énergie, rend la vie des familles à faibles revenus encore plus difficile. Une situation qui inquiète Caritas Luxembourg et la Chambre des salariés.
Les prix à la pompe ne font que de grimper ces dernières semaines au Luxembourg, qui devient moins attractif pour ses voisins. Une envolée spectaculaire qui s'explique par les taxes, mais pas que.
Weil die Preise für Sprit und Energie dramatisch steigen, muss die Regierung endlich handeln, fordert die CSV in einer von ihr beantragten Aktualitätsstunde im Parlament.