Changer d'édition

Les prix à la pompe boostés par les crises et les taxes
Économie 2 min. 06.01.2020

Les prix à la pompe boostés par les crises et les taxes

Les tarifs des carburants augmentent, ce mardi, notamment en raison des tensions entre Etats-Unis et Iran.

Les prix à la pompe boostés par les crises et les taxes

Les tarifs des carburants augmentent, ce mardi, notamment en raison des tensions entre Etats-Unis et Iran.
Photo : Chris Karaba
Économie 2 min. 06.01.2020

Les prix à la pompe boostés par les crises et les taxes

En plus de la hausse substantielle de l'essence et du diesel à partir de ce mardi, le gaz naturel et le mazout de chauffage seront également impactés par les tensions internationales et les accises grand-ducales.

(SC avec AA) - À partir du 7 janvier, les prix de l'essence et du diesel augmenteront au Luxembourg. Le litre de Sans Plomb 98 grimpera à 1,356 euro, soit un peu plus de cinq cents supplémentaires, tandis que le litre de diesel s'établira à 1,202 euro, en hausse de près de sept cents. La conséquence de plusieurs bouleversements internationaux et nationaux, à l'instar des tensions entre les Etats-Unis et l'Iran ou les différentes hausses des accises sur les carburants.  

Un ensemble complexe de facteurs que détaillait Jean-Marc Zahlen, secrétaire général du groupement pétrolier luxembourgeois (GPL), au Luxemburger Wort en juin dernier. «Le prix des carburants dépend du taux de change euro-dollar, qui joue un rôle important, du cours du baril de pétrole sur les marchés internationaux et des taxes, qui sont les accises et la TVA», expliquait le patron du lobby des pétroliers.

A l'international, la crise entre Washington et Téhéran a en effet dopé les cours du pétrole. Ainsi, vendredi dernier, le prix du baril avait bondi de trois pourcents à la suite de l'assassinat par les Etats-Unis du général iranien Qassem Soleimani, tué dans un raid à Bagdad

Au Luxembourg, c'est la revalorisation des accises qui fait monter les tarifs à la pompe. Après l'entrée en vigueur d'une première salve d'augmentations le 1er mai dernier, la prochaine hausse est attendue entre février et avril. Une stratégie qui vise à lutter contre le tourisme à la pompe et à faire baisser les émissions polluantes du pays. 


Les droits d'accise tirent les ventes du gazole vers le bas, faisant régir le patron du GPL
Les taxes freineraient le tourisme à la pompe
Les ventes de gazole au Luxembourg ont baissé pour la première fois, comme l'a annoncé le Groupement pétrolier luxembourgeois (GPL), jeudi. Un manque à gagner de 35,5 millions d'euros pour l'État depuis le 1er mai et la hausse des accises voulue par le gouvernement.

Les automobilistes ne seront pas les seuls concernés par les nouveaux changements de tarifs. Le gaz naturel et le mazout de chauffage deviennent également plus chers, ce mardi. Le gaz naturel coûtera 0,841 euro le kilo, soit quelque cinq cents de plus. Le prix du mazout (10 ppm), lui, augmente d'un peu plus d'un cent, à 0,663 euro.



Sur le même sujet

Le secteur automobile fête un nouveau record
Plus de 55.000 nouveaux véhicules ont été enregistrés au Luxembourg en 2019. Soit quatre pourcents de plus que l'année précédente, confirmant la bonne santé du marché grand-ducal.
Les nouveaux véhicules luxembourgeois sont plus polluants que la moyenne européenne.
Aides et taxes à venir pour préserver le climat
Si le Luxembourg veut réduire de 55% ses émissions de gaz à effet de serre, cela ne se fera pas sans contraintes, ni incitations. Et la mesure la plus spectaculaire est l'instauration, à compter de 2021 d'une taxe CO2 qui touchera entreprises comme particuliers.