Changer d'édition

Les millennials, principales victimes de la crise
Économie 3 min. 24.07.2020

Les millennials, principales victimes de la crise

La récession a non seulement gonflé le chômage économique, mais elle engendre aussi un sentiment de peur de l'avenir chez les moins de 30 ans.

Les millennials, principales victimes de la crise

La récession a non seulement gonflé le chômage économique, mais elle engendre aussi un sentiment de peur de l'avenir chez les moins de 30 ans.
Photo: Guy Wolff
Économie 3 min. 24.07.2020

Les millennials, principales victimes de la crise

Avec un quart de ses jeunes de moins de 30 qui ne trouvent actuellement pas de travail, le Luxembourg fait partie des mauvais élèves européens. Seules la Grèce et l'Espagne présentent des chiffres moins favorables. Explication d'un phénomène aux conséquences potentielles importantes.

(JFC, avec Marlene Brey) - Actuellement, 26,9% des résidents luxembourgeois âgés de moins de 30 ans recherchent en vain un emploi. Avec la crise du coronavirus, le nombre de demandeurs d'emploi de cette catégorie d'âge en juin 2020 a crû de 51,9% par rapport au même mois l'année dernière. De manière globale cette fois, ce nombre a augmenté de 32% toutes générations confondues dans le même laps de temps. La récession a non seulement gonflé le chômage économique, mais elle engendre aussi un sentiment de peur de l'avenir chez les moins de 30 ans.

«A l'Adem, c'est clairement l'embouteillage», déclare Christine Witte, spécialisée dans le département «Jeunes» de l'agence pour l'emploi. «En temps normal, on observe une sorte de roulement: environ 70% des nouveaux inscrits d'une année s'en vont l'année suivante, un boulot en main». Or aujourd'hui, selon la conseillère, s'il n'y a «pas plus de nouveaux inscrits que d'habitude, en revanche ils sont beaucoup moins nombreux à trouver un job». Autrement dit, si la crise du covid n'a pas entraîné de vague de licenciements, elle a fait fondre l'offre d'emplois disponibles.

La caractéristique principale de cet «embouteillage» est qu'il frappe particulièrement la jeune génération. Car, alors que le nombre de postes vacants sur le marché du travail luxembourgeois a baissé de 16,5% en juin par rapport au même mois de l'année dernière, le nombre de contrats d'apprentissage a quant à lui diminué de... plus de moitié: là où 2.000 de ces postes étaient recensés en 2019, il n'en reste que 959 actuellement.

Ainsi, là où l'Université du Luxembourg reçoit en moyenne entre 60 et 80 offres d'emploi par mois, seulement la moitié sont arrivées ces derniers mois. Pour Christine Witte, vu l'avenir incertain, les employeurs sont pour le moment plus occupés «à tenter de garder leur personnel» qu'à se soucier «d'embaucher un apprenti».

Selon les dernières données de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), le Luxembourg affiche le troisième taux de chômage des moins de 30 ans le plus élevé de l'Union européenne. Seules la Grèce et l'Espagne, deux pays encore fortement marqués par la dernière crise économique et financière, affichent des chiffres plus élevés.

Trouver une explication rationnelle à ce podium peu glorieux s'avère malaisé, dans la mesure où l'Adem elle-même ne publie pas le taux de chômage chez les -30 ans, mais en livre seulement le chiffre absolu, en l'occurrence 4.398 inscrits actuellement. L'agence pour l'emploi l'explique par des «difficultés méthodologiques», car notamment de nombreux jeunes de moins de 25 ans poursuivent leurs études et disparaissent ainsi des radars de l'Adem. Mais pour Ariane Toepfer, active au Centre de coaching «Youth and Work», ce fait est «choquant, car les chiffres ne peuvent alors pas faire l'objet d'une discussion publique».


ADEM - Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort
Le Luxembourg, mauvais élève européen du chômage
D'après des données publiées ce jeudi par Eurostat, le taux de chômage moyen au sein de l'UE pour le mois de mai accuse une légère hausse de 0,1% par rapport au mois précédent, à 6,7%. Contrairement à ses voisins belge et allemand, le Grand-Duché navigue au-dessus de cette moyenne.

L'âge moyen des personnes qui se tournent vers «Youth and Work» est de 23 ans. 56% possèdent la nationalité luxembourgeoise. Rares sont ceux qui veulent bien l'évoquer, mais leur situation est souvent précaire. 61% des jeunes participant au programme déclarent manquer d'orientation professionnelle, 59% ont abandonné l'école ou sont au chômage de longue durée. La crise du coronavirus n'a rien arrangé, que du contraire, pour ces jeunes le plus souvent sans expérience professionnelle, sans diplôme de fin d'études, et avec peu de connaissances en droit du travail.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Un deuxième mois marqué par la baisse du chômage
L'Adem a communiqué ses chiffres concernant le marché de l'emploi pour juin 2020. Comme pour mai dernier, la tendance est à une très légère diminution. Une petite surprise vu le contexte économique difficile lié à la crise du covid-19.
online,fr, Isabelle Schlesser, Direktorin der ADEM, Arbeitslosigkeit Monat Mai  Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
L'épidémie emporte des milliers d'emplois en Europe
La pandémie de coronavirus a fait vaciller des pans entiers de l'économie européenne, compris parmi de grands noms de l'industrie ou des services. Alors que la relance est au cœur du sommet des dirigeants des 27, vendredi à Bruxelles, le point sur cette vague de suppressions d'emplois massive.
An employee works on a truck assembly line at a factory in Fuyang in China's eastern Anhui province on July 16, 2020. - China's economy returned to growth in the second quarter, rebounding more strongly than expected from a historic contraction caused by the coronavirus outbreak, official data showed on July 16. (Photo by STR / AFP) / China OUT
«Engagez et formez des apprentis !»
Tel est le message lancé par la Chambre des Métiers et celle des Salariés. Un cri d'alerte même, alors que la crise aurait tendance à freiner les entreprises à ouvrir leurs portes aux demandeurs de formation professionnelle.
Handwerk, Industie, Stahl, Metall
Le Luxembourg, mauvais élève européen du chômage
D'après des données publiées ce jeudi par Eurostat, le taux de chômage moyen au sein de l'UE pour le mois de mai accuse une légère hausse de 0,1% par rapport au mois précédent, à 6,7%. Contrairement à ses voisins belge et allemand, le Grand-Duché navigue au-dessus de cette moyenne.
ADEM - Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort
Hélas, l'Adem ne va pas manquer de travail
Avec un peu plus de 20.200 chômeurs inscrits, l'Agence pour l'emploi fait face à un nombre de dossiers à traiter inédit en plus de vingt-cinq ans. Entretien avec Isabelle Schlesser, directrice de l'Adem pour évaluer les dispositifs à prendre pour contrecarrer cette vague de chômage.
online,fr, Isabelle Schlesser, Direktorin der ADEM, Arbeitslosigkeit Monat Mai  Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
Le chômage bondit... et recule !
Avec une hausse, sur un an, de 33,6% du nombre de demandeurs d'emploi inscrits au Luxembourg, certains pourraient crier à la catastrophe. Sauf que, paradoxalement, par rapport au mois dernier, le nombre de chômeurs a diminué, pour s'établir à 20.209.
Futurs chômeurs, voilà ce qui vous attend
Préavis, montant des indemnités, priorité à la réembauche... La fin de l'état de crise rebat les cartes en matière de fin de contrat des salariés après trois mois d'arrêt des mesures de suppression d'emplois. Tour d'horizon des règles en vigueur.
Wort.fr, Adem, rue Bender, Agence pour le développement de l’emploi, Luxembourg ville, Chris Karaba/Luxemburger Wort
La voix des jeunes artisans au milieu du déconfinement
Alexa Ballmann sera une des trois femmes à participer au comité chargé par le gouvernement de veiller à ce que le déconfinement se déroule au mieux pour les professionnels. Et la présidente de Jonk Handwierk n'entend pas rester muette.
Wirtschaft, Itv Alexa Ballmann, Prasidentin der Jonk Handwierker, Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort