Changer d'édition

Les ménages ne voient pas tout en noir
Économie 2 min. 02.11.2020 Cet article est archivé

Les ménages ne voient pas tout en noir

Les Luxembourgeois ré-envisagent de faire des achats importants dans les temps à venir.

Les ménages ne voient pas tout en noir

Les Luxembourgeois ré-envisagent de faire des achats importants dans les temps à venir.
Photo : Reuters
Économie 2 min. 02.11.2020 Cet article est archivé

Les ménages ne voient pas tout en noir

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Lentement, l'indicateur de confiance mesuré par la Banque centrale du Luxembourg remonte. Pour le deuxième mois consécutif, l'optimisme prévaut.

Bien sûr que le pays n'a pas retrouvé le niveau de confiance dans l'avenir qu'il avait encore en début d'année, mais la Banque centrale du Luxembourg observe une nouvelle éclaircie. Comme en septembre, l'enquête menée par la BCL laisse percevoir un moral à la hausse. A croire que la population envisage la maîtrise de la nouvelle vague virale comme probable, et son impact économique limité d'un point de vue personnel.

Ainsi, sur les quatre composantes de l'indicateur de confiance, un seul enregistre une baisse sur le dernier mois. Il s'agit de l'anticipation des ménages concernant la situation économique générale au Luxembourg. Il est vrai que l'épidémie, et les largesses du gouvernement pour parer au pire, pèsent sur les finances publiques comme jamais dans l'histoire récente.

Même si le chômage a enregistré un cinquième mois de recul, les résidents semblent conscients que le recours massif aux mesures de chômage partiel (plus de 3.600 entreprises) masque temporairement une réalité sociale bien plus sombre. Sidérurgie, aérien, Luxemburger Wort (74 personnels licenciés), Luxgard (passée d'un plan social à un plan de maintien dans l'emploi): le nombre d'entreprises en difficulté commence à s’accroître de façon préoccupante. Et les nouvelles restrictions sanitaires laissent envisager le pire pour nombre d'établissements de l'hôtellerie-restauration notamment. 

Mais les Luxembourgeois veulent visiblement voir le verre à moitié plein. Ainsi, reprennent-ils espoir que ce soit sur le devenir de leur situation financière mais également sur leur intention en matière d’achats importants. A noter toutefois que ce vent d'optimisme a été majoritairement enregistré avant l'annonce par le Premier ministre de l'instauration d'un couvre-feu pour les quatre semaines de novembre, nouvelle qui pourrait affecter le moral de plus d'un habitant.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Si l'indicateur de confiance mesuré par la Banque centrale du Luxembourg remontait lentement ces derniers mois, la tendance s'est inversée. En novembre, les consommateurs broient à nouveau du noir.
Lokales,Verkaufsoffener Sonntag /Stimmungsbericht. Geschäfte,Einkaufen,Shopping in Coronazeiten, hier: Fussgängerzone am Samstag. Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
Le secteur de l'artisanat a enregistré une nette baisse de son activité au cours du troisième trimestre 2020. Et les perspectives des prochains mois ne s'annoncent pas meilleures.
Lokales, Beruf Geschirrmachers, Pferde, Sattel, Handwerk, De Leederwon,  Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
Le Statec envisage un rebond de l'activité au Luxembourg pour ce troisième trimestre, après six premiers mois bien moroses. Mais la situation à venir du pays reste intimement liée à l'évolution de la crise covid.
Les ménages ont une image plus positive de l'économie du Grand-Duché pour les mois à venir. Mais une enquête de la Banque centrale du Luxembourg met aussi en avant les doutes des familles sur leur propre situation financière
“Plastikstuuten“ (Wegwerftuuten) aus dem Supermarché, Foto Lex Kleren
La confiance des consommateurs s’améliore nettement en octobre. L’indicateur de confiance des consommateurs établi par la Banque centrale du Luxembourg s’est nettement amélioré en octobre, pour s’établir à -3 contre -9 en septembre 2014.