Changer d'édition

Les Luxembourgeois n'ont jamais été aussi riches
Économie 3 min. 14.02.2022
Economie

Les Luxembourgeois n'ont jamais été aussi riches

Ces dernières années, les ménages luxembourgeois ont mis beaucoup d'argent de côté.
Economie

Les Luxembourgeois n'ont jamais été aussi riches

Ces dernières années, les ménages luxembourgeois ont mis beaucoup d'argent de côté.
Photo: dpa
Économie 3 min. 14.02.2022
Economie

Les Luxembourgeois n'ont jamais été aussi riches

Selon la Banque centrale, le patrimoine des ménages au Luxembourg a doublé au cours des dix dernières années.

(m. m. avec Nadia DI PILLO) - De nombreuses personnes au Luxembourg continuent à faire fructifier leur patrimoine. Au total, les ménages privés n'ont jamais été aussi riches, selon les calculs de la Banque centrale luxembourgeoise.


Les salaires pourraient de nouveau augmenter ce printemps
L'inflation galopante devrait entraîner une augmentation automatique des salaires de 2,5 % dans les prochains mois, a déclaré la ministre des Finances au Parlement.

Au cours des dix dernières années, le patrimoine financier des ménages privés au Luxembourg a presque doublé pour atteindre 110 milliards d'euros fin 2020. Compte tenu de la croissance démographique, le patrimoine financier brut moyen par ménage est passé de 122.733 euros en 2010 à 194.015 euros en 2020, indique la banque centrale.

Les ménages luxembourgeois se distinguent des autres pays de la zone euro par le poids relativement important des dépôts bancaires dans leur portefeuille. Avec un encours de 51,4 milliards d'euros à la fin de l'année 2020, la part des liquidités et des dépôts dans le patrimoine financier brut total a atteint 46,7 %, soit une hausse de six points de pourcentage depuis fin 2010. Les ménages ont placé 19,4 milliards d'euros de leur épargne en dépôts transférables et 4,3 milliards d'euros en dépôts non transférables (par exemple, dépôts à terme et comptes d'épargne-retraite). 

Une faible propension au risque 

«Cette évolution, qui s'est produite malgré un contexte de baisse des taux d'intérêt à court terme, illustre la faible propension au risque des ménages au Luxembourg, mais aussi l'incertitude générée par la crise financière et, plus récemment, par la crise liée à la pandémie», écrit la Banque centrale du Luxembourg dans son analyse. 

30,8% d'actifs financiers

Les actifs financiers, qui comprennent tous les investissements possibles, s'élevaient à 33,9 milliards d'euros fin 2020, soit 30,8 % du patrimoine financier des ménages au Luxembourg. Les placements effectués indirectement via des intermédiaires financiers ont nettement augmenté et atteignaient 22,9% du patrimoine financier total fin 2020. Les titres détenus via des fonds d'investissement et des compagnies d'assurance-vie représentaient respectivement 13,6 milliards d'euros et 11,5 milliards d'euros.

Les actions non cotées et autres participations représentaient 18,8 milliards d'euros ou 17,1 % du patrimoine financier brut total des ménages fin 2020. Il s'agit principalement de biens immobiliers à l'étranger et, dans une moindre mesure, de parts dans le capital d'entreprises, principalement des sociétés à responsabilité limitée (SARL). Pour des raisons institutionnelles, les droits des régimes de pension ne représentaient fin 2020 qu'une part limitée du patrimoine financier des ménages au Luxembourg. 

Les actifs risqués augmentent 

Dans l'ensemble, l'analyse révèle un profil d'investissement avec un degré plutôt élevé d'aversion au risque. La majorité des investisseurs luxembourgeois préfèrent laisser leur épargne sur des dépôts bancaires. «Toutefois, les taux d'intérêt exceptionnellement bas de ces dernières années ont entraîné une augmentation de la part des actifs risqués», constate la Banque centrale. 

Cette recherche de rendement s'est notamment traduite par une augmentation de la part des actions, des fonds non monétaires (principalement des fonds actions) et des contrats d'assurance-vie. Fin 2020, le portefeuille de titres des ménages luxembourgeois s'élevait à 13,3 milliards d'euros (obligations), 14,7 milliards d'euros (actions) et 5,9 milliards d'euros (parts de fonds étrangers).

Les USA, premier choix pour les investissements

Fin 2020, les ménages contribuaient à hauteur de 2,5 milliards d'euros au financement de l'économie nationale et à hauteur de 12,2 milliards d'euros au financement de l'économie de la zone euro. Les principaux pays de destination des investissements étaient les États-Unis, la France et l'Allemagne, avec des portefeuilles de titres d'une valeur respective de 5,9 milliards, 4,1 milliards et 2,6 milliards d'euros.

Comme l'indique encore la Banque centrale luxembourgeoise, la part des actions détenues par les investisseurs luxembourgeois est passée de 35 à 43,4 % entre 2016 et 2020. «Dans l'environnement actuel, caractérisé par des taux d'intérêt exceptionnellement bas pour les dépôts bancaires, les ménages pourraient être plus enclins à investir leur épargne sur les marchés financiers, que ce soit directement ou indirectement via des fonds ou des compagnies d'assurance-vie», conclut la Banque centrale du Luxembourg dans son rapport.  

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

La hausse fulgurante du prix des carburants a un impact terrible sur les exploitants de stations-service. Est-il encore rentable pour les frontaliers de passer la frontière pour faire le plein?
21.11.07 erhoehte benzinpreise, benzin, fuel, oelpreise, oel, kraftstoff, tanken, verbrauch, tankstelle, photo: Marc Wilwert
Malgré la crise sanitaire qui perdure, les agences de notation S&P Global et DBRS Morningstar ont attribué une nouvelle fois la meilleure note possible au Grand-Duché.
Si les inégalités s'accroissent, le patrimoine des ménages luxembourgeois a progressé ces dernières années. Compris dans une période où les taux d'intérêt ont baissé.
Si la part des foyers débiteurs diminue au Luxembourg, le montant de leur dette s’est accrue. En une année, en 2018, le montant à rembourser a grimpé de 8% constate la Banque centrale du Luxembourg.